Asie

 

  • MYANMAR: ‘The government needs to open the doors’

    CIVICUS speaks with Nay Lin Tun, a doctor and civil society humanitarian worker in Myanmar, about conflict in Rakhine State, the difficulties faced by minorities in the region, and civil society’s work to provide help.

    nay lin tun

    Can you tell us about your background and the work you’re doing in Rakhine State?

    I’m a doctor working in public health, particularly focusing on primary healthcare, reproductive and women’s health, HIV/AIDS and tuberculosis. I was part of a group who founded a civil society organisation, the Center for Social Integrity, which supports communities in conflict-affected areas, including Rakhine State. We’re trying to support people based on their needs, including their needs to food, shelter and livelihoods. Right now in Rakhine State we are providing basic humanitarian support, education, healthcare, livelihoods and water and sanitation services for people in the conflict areas. Because of my experience I focus on providing healthcare and humanitarian support.

    At the moment there is fighting in the north and east of Rakhine State between the Myanmar Army and the insurgent Arakan Army. According to the United Nations there are around 35,000 newly displaced people because of the fighting in 2019, living in camps in Rakhine State. We are supporting these communities and other conflict-affected communities in the area.

    What are some of the challenges minority groups face in Rakhine State?

    In my country there are 135 recognised ethnic groups. The majority ethnic group are the Bamar, who are the main group across most of Myanmar. At the other end of the spectrum are lots of small groups, often in the regions close to borders, who are becoming less and less recognised by the government. Different groups face different challenges. In Rakhine State there are religious, ethnic and social minorities, and they all face human rights challenges.

    The Rohingya community, who are Muslims, have been subjected to a lot of abuses. They are denied citizenship and treated as stateless persons. They are not recognised as an ethnic group by the 1982 Citizenship Law. They are called Bengalis by many in the dominant population groups, because they see them as belonging to Bangladesh. They have their movement restricted and struggle to access education and healthcare.

    Local hospitals are inadequate, so if there is a medical emergency people have to travel to a major city. Before 2017 they could go to the Bangladesh side of the border on a short-term pass and get hospital treatment, but now the border area is closed and they cannot do this. But because they don’t have citizenship and their movement is restricted, it is also hard to go to the big hospitals in Sitwe, the main city in Rakhine State. People can pay for this with their lives. If there is an emergency, the only way people can negotiate to get treatment is to pay a bribe. This happened to someone I was trying to treat for a tumour.

    In another case, a pregnant woman had severe labour pains in the middle of the night. They tried to take her to hospital, but there is a curfew, introduced in 2017 and in force ever since. No one can go out between 11pm and 5am. There are many police checkpoints in the area, and while other villages were okay, in this case they would not allow this pregnant woman to pass. She had to go home. By the time she could go to hospital the next day, the child was already dead. Luckily, the mother survived.

    Rohingya people are also denied education. The highest education most people can get is at high school. They cannot join a university as a full-time student. They can only do distance learning for a few subjects. They also struggle to find work. Most Rohingya people work in farming, fishing and cutting timber, but right now they are not allowed to fish or go into forests to chop wood. Most of the farming lands are occupied by the military. Most people are now involved in daily casual work. So everyday life is very challenging.

    The Rohingya are not the only minority in the region who face difficulties. Local ethnic groups such as the Chakma, Dynat and Mu, who live on the mountains, face challenges, even though their religion is Buddhist. Because they live in remote locations, they cannot access healthcare and education. They have no life opportunities.

    What was your experience of the violence that occurred in 2017?

    What I saw was people living in fear. I saw communities that were afraid of each other: Rohingya people and Rakhine people, the majority group within the state, were afraid of each other. I worked on medical clinics in northern Rakhine State and hired a taxi to transport medicines. My driver, who was from the Rakhine group, did not want to take me to the area. You had people unable to go to the other communities because they did not think they would come back.

    What role do you think hate speech and extremist views played in stoking conflict?

    Most of the hate speech and extremist protest and provocations came from extreme groups in the big cities, and was spread by social media, whereas in rural communities it was more that you had villages of different ethnic groups that were afraid of each other. There was a lot of misinformation spread through social media, and this was viral. No one could know what was true or not. Positive stories and true information were far less viral than hate speech and misinformation.

    In the major cities, hate speech and misinformation turned a social conflict into a religious conflict between Buddhism and Islam. Extremist Buddhist monks turned this into a bigger conflict. Extremist groups spread disinformation and encouraged extremism, with the unofficial support of the military and political parties, in their own interests. People played political games in the big cities, but they had no connection to the villages in the conflict area. Those people were the most affected and they were living in fear, and live in fear now. There is a big challenge in controlling hate speech and misinformation on social media.

    It is much harder for civil society voices promoting social cohesion and religious harmony to be heard compared to hate speech, but civil society is trying to do this. These are messages my organisation is trying to promote very strongly in the conflict areas. But there is a need for more impact, and more efforts, not just from civil society but from the government. There is a need for much more activity that strengthens communities.

    What support is needed, including from the international community, to improve the lives of minorities and people affected by conflict?

    There is a lot of willingness from the international community to support people in Rakhine State, and not only Rohingya people but also other minorities. But the most challenging thing at the moment is that national government and local authorities are limiting them from doing so, and have been doing since 2017. So there is a lack of ability to really go into the villages and directly help people.

    The international community needs to engage with the national government and local authorities so that they are willing to work with them and listen to the voices of local communities and support them in the areas affected by conflict. They need to build relationships with the government, and the government needs to work with the international community. The government needs to open the doors.

    It is all about access – access to healthcare, access to education, access to livelihoods. Right now access is blocked. Even access to the internet was blocked by the government, between June and September. People don’t have access to the means to share their voices. People are also scared of speaking out because of restrictive media laws. They fear they will get into trouble. This is why I try to share their stories. So, access is the big challenge. We need more access by the community for the community. This is why the government needs to open the doors for international and local civil society.

    Civic space in Myanmar is rated as ‘repressed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch withCenter for Social Integrity through its website andFacebook pages, and on Twitter@cfor_integrity.

     

  • REFUGEE RIGHTS: ‘It’s about finding ways to make refugee voices stronger’

    CIVICUS speaks to Evan Jones of theAsia Pacific Refugee Rights Network (APRRN) about the challenges that refugees face in Asia and civil society’s work to help realise refugee rights.

     

    Evan Jones

    Can you tell us about your network and what it does?

    APRRN is a civil society network with around 400 members across Asia and the Pacific, stretching from Iran to South Korea and Taiwan and down to New Zealand. We’ve existed for 10 years and our main aim is to advance refugee rights in Asia and the Pacific. We push for legislative and policy change in the region to help refugees have sustainable lives and access to the same rights as everyone else. Our key purpose is advocacy, and underneath this there are three pillars of work: first, capacity strengthening for our members, through training and courses in areas such as refugee law, advocacy, working with the media and gender; second, information sharing across borders about best practices, contacts, resources, skills and communication ideas: if there’s a good development that’s happened in one country, we’ll try to connect civil society organisations (CSOs) in other countries to share lessons learned and possible ideas to adapt; and third, advocacy on the national, regional and international levels.

    In recent years we’ve been working on building refugee self-representation and putting refugee voices front and centre of everything we do. A refugee, someone with lived experience, is the chair of our entire network and the chairs or deputy chairs of many of our working groups are either still in refugee situations or have been earlier in their lives. Throughout our advocacy, we make sure that refugees are present in everything we do.

    What are the key current movements of people in the region, and what are the main reasons that drive people to become refugees?

    We have movements of refugees both from outside the region into the region, and also within the region. Specific refugee populations vary from country to country and also in size. In Malaysia, for example, there are about 180,000 Rohingya refugees from Myanmar, a number of whom have arrived after the 2017 exodus. Others have been there for decades, eking out an existence, often on the fringes of society. In Thailand, there are a significant number of Pakistani refugees from religious minorities, along with groups of Hazaras from Afghanistan, Uighurs from China and Montagnards from Vietnam. In South Korea, there are refugees from Yemen. There are many populations in almost every country across the region.

    There are a number of reasons why people are forced to flee their homes, ending up as refugees in Asia. One is religious persecution. This has been clearly evident with the decades-long persecution of Rohingya Muslims in Myanmar, alongside persecution of Christian minorities such as the Chin. The Ahmadi Christian minority of Pakistan are another example of a population that has been subject to ongoing religious persecution.

    Aside from refugees fleeing religious persecution, many individuals are also fleeing persecution due to their race, nationality, or membership of a particular social group. Because often ethnic minorities are targeted, we see a sizable amount of people fleeing countries such as Afghanistan, Cambodia, China and Pakistan. Other groups include those fleeing generalised violence and civil war, for example in Syria and Yemen, LGBTQI community members fleeing persecution on the basis of their sexual identity and individuals fleeing despotic regimes such as North Korea’s.

    Refugees often find themselves in Asia for a number of reasons. For some, capital cities like Bangkok, Kuala Lumpur and Jakarta were the only places they could afford to travel to at short notice and with relatively easy visa requirements. For example, in Indonesia, Malaysia and Thailand, people from most countries can get a visa on arrival. Palestinians, Somalis and Yemenis can still get a visa on arrival in Malaysia, one of only a handful of countries around the world where they can do so. Many people came to these hubs thinking they would only be transit points, intending to claim asylum in Australia, Canada, or elsewhere, and then got stuck in these countries because they weren’t able to travel further.

    What are the key challenges refugees face?

    There are generally no local protections. There are usually no safeguards from detention, no capacity to work and no access to education and healthcare. Refugees struggle to attain almost all their human rights. This situation is common in most countries in both South and South East Asia.

    One of the biggest challenges, in Asia as well as globally, is the lack of durable solutions for refugees. Many have been and are expected to be here for years or even decades. With record numbers of refugees, no longer is it the norm nor can it be expected that refugees will be resettled in months or even years. Now, many have no real prospects of resettlement, with the number of resettlement spots globally having dropped so significantly. Under one per cent of all refugees in the world will ever get resettled, and the situation is even worse in Asia.

    Particularly in South East Asia, detention is a key concern and a continued focus of our advocacy. Instead of detention being used as an option of last resort it is quite often the norm. In Thailand for example, UNHCR (United Nations Refugee Agency) cardholders are subject to arrest and detention if they are unable to produce a valid passport or visa. The detention centre is, in essence, a jail, where refugees are often held indefinitely until they either return home – which is not really a possibility – or get resettled, which is also unlikely for many people.

    Access to a legal right to stay is extremely difficult for people with a passport from refugee-producing countries. It’s hard to maintain or extend a visa in many countries around the region. If you’re from Afghanistan, Somalia, or Sudan, for example, often one of the restrictions to maintain a visa is that you’re expected to go home and then come back, which obviously isn’t an option for refugees. In some countries like India, we are seeing a worrying rise in racism and xenophobia, where refugees from some Muslim countries are being requested to ‘return immediately’ and told that they ‘are no longer welcome’.

    A further worrying trend that we are seeing is the use of extradition. States both within and outside the region are using extradition as a tool to have refugees forcibly return to countries from which they’ve fled. Sadly, we are quite often seeing states where refugees have sought protection going ahead with these extraditions. In essence, we see them buckling to the weight or political interests of neighbouring governments.

    One such example that made world headlines was the case of Hakeem al-Araibi. Hakeem is a Bahraini refugee who lives in Australia and was held in a Thai prison for three months, from November 2018 to February 2019, pending extradition back to Bahrain, after going to Thailand on his honeymoon. There was also the case of Sam Sokha, the Cambodian political activist, who was famous for throwing her shoe at a billboard of Cambodian Prime Minister Hun Sen, an act that was filmed and widely shared on the internet. She was arrested in Thailand in January 2018 and held in the immigration detention centre even though she had a UNHCR card recognising her as a refugee. The Thai government allowed an extradition request to be processed and sent her back to Cambodia, where she’s currently serving a prison sentence. Another case is Praphan Pipithnampron, an activist from Thailand who fled to Malaysia, claimed refugee status and was then extradited back to Thailand with the agreement of the Malaysian government. These examples show a clear and fundamental breach of the principles of refugee protection. Even with UNHCR status, the lack of legal protection leaves refugees in precarious situations across the region.

    Access to work is another major challenge. There are generally no special provisions for refugees to access work unless they happen to have come on a business visa with work rights and have maintained their visa. The lack of labour rights for refugees impacts on all other rights, including their ability to obtain food and shelter, access education and pay for healthcare. Interestingly, there have been a few small positive steps towards addressing this. A few years ago, the Malaysian government instigated a pilot project on work rights for Rohingya refugees, for a very limited number of 300 people. Whilst the initiative was a failure, the fact that the government even initiated such a program indicated a notable shift towards recognition of work rights. It shows that work rights are now on the agenda.

    Access to education differs country by country, but broadly speaking, it’s very problematic across the region. In Malaysia, there’s no capacity for refugees to access primary education. Malaysia has a reservation against the Convention on the Rights of the Child that means refugee children aren’t able to access state schooling. In Thailand, despite there being a progressive ‘education for all’ policy, practically it’s still quite difficult for refugee children to be able to attend school. This is because of the costs, the requirement to have basic Thai language skills and concerns about xenophobia and racism. Schools may not want to receive children who don’t have the relevant immigration papers or who look or sound too different.

    Across the region more broadly, there is also a hidden but major concern regarding a lack of access to tertiary education. From the perspective of states, and even many CSOs and service providers, tertiary education is seen as something that far surpasses basic needs. However, without this access, there remains a large refugee population who are simply left to linger in a state of under-productivity. They are not only unable to work, but they also cannot improve the skills and expertise that would help them grow personally and professionally if they were resettled or even decided to return home. This is starting to change just a little, and there are some positives here. For example, Japan has opened up 20 scholarship spaces for Syrian refugees, and some universities in Malaysia have also begun to offer dedicated spaces and scholarships.

    Healthcare is also problematic. Often refugees have to pay upfront for healthcare before they can be reimbursed by CSOs or the UNHCR. Refugees often fear that if they go to hospitals when they lack the correct documentation they may even be referred to immigration authorities.

    What are the challenges refugees face from anti-rights groups and majority populations?

    There were three pronounced examples over the past year of majority religious groups mobilising against minorities in the region. In South Korea in June 2018, 500 Yemenis arrived on Jeju Island. Almost immediately there was a huge outcry from the public, church groups – particularly conservative Christian groups – and the media. This fanned what was partly an anti-refugee sentiment but was more strongly an anti-Muslim sentiment that swept through the country and became conflated with refugee issues. It connected to the anti-migrant, anti-Muslim rhetoric that was coming out of Europe, and showed how these two have become intertwined. Within weeks of the story hitting the headlines a petition with more than a million signatures was sent to the president’s office requesting that South Korea pull out of the 1951 Refugee Convention. Thankfully the government didn’t go down this track but there have been high-level talks about how potentially South Korea could modify its domestic legislation for refugees and wind back some of its protection for refugees.

    In Sri Lanka, the 2019 Easter Bombings in Colombo gave rise to an immediate anti-Muslim public sentiment, which affected the refugee population in Sri Lanka, which is significantly an Afghan and Ahmadi Pakistani population. Several hundred fled from Colombo to the city of Negombo and went into hiding. Some stayed in a police station for several weeks of their own volition for protection and others were supported by CSOs. UNHCR was so concerned it sent additional staff to try to expedite cases and look at emergency resettlement out of Sri Lanka because of the fear of retribution and abuses against Muslim refugees.

    The third example was what we saw in Myanmar with the Rohingya. Anti-Muslim rhetoric and sentiment have permeated through Myanmar society. The Rohingya are denied citizenship and viewed as associated with terrorism. This resulted in what many are calling a genocide.

    Given these challenges, how is civil society in the region trying to respond, and what have the successes and challenges been?

    Negative stories dominate the discourse, and we try to counter this by placing refugees’ voices front and centre. This is something that is being supported quite strongly within the region, from Australia and New Zealand, but also now from within South East Asia. Civil society groups are realising that it is refugee voices that are the most impactful, and civil society is trying to amplify these voices to show the agency and contribution of refugees. In Malaysia, for example, there is now a completely self-organised group, the Refugee Coalition of Malaysia, where Afghani, Eritrean, Rohingya, Somali and Sri Lankan refugees are all coming together by themselves, putting forward their messages. They are offering training and they have learning centres. This is a really positive development. CSOs are trying to facilitate and support these developments.

    There’s also awareness-raising with the public, and with local host communities, the media and government. The media are stakeholders with potential for huge good but also huge harm, depending on their messaging. Many CSOs are trying to engage better with the media, including through media training. Misinformation is a major issue in some countries, such as in Myanmar, where both before and after the upsurge in violence there was a lot of anti-Rohingya messaging. However, in other countries, such as Thailand, refugee stories are rarely covered by local media.

    Over the past few years, there has also been a definite shift towards building connections with parliamentarians across the region. There has been a lot of work in trying to find champions within governments and trying to get them to work for refugees within governments and across borders. One organisation we work with quite closely that has done excellent work on several issues, including refugees, is ASEAN (Association of Southeast Asian Nations) Parliamentarians for Human Rights. They have a network of members of parliament in each country where they share information and strategies and use their status as elected officeholders to try to support rights.

    As well as positive shifts on labour rights and education in Malaysia, the government there is also looking at possible ratification of the Refugee Convention. Another positive move in Malaysia which shouldn’t be underestimated is that the government is speaking more openly about the issue, and in many cases speaking the right language. Five years ago you would not have seen the Malaysian government speaking out bilaterally or within ASEAN about the atrocities in Myanmar. Now the government is quite strong in calling attention to the situation in Myanmar and has also spoken out about other vulnerable populations, such as the Uighurs in China. They seem to be heading in the right direction.

    Another positive development has come in Thailand. Despite the fact that there is still immigration detention, in January 2019 the Thai government signed a memorandum of understanding to release mothers and children from the immigration detention centre to live in the community. This might seem a small win, but it was a practice that went on for so long. It was a change largely driven by civil society advocacy.

    Elsewhere there are regressions, as with the anti-refugee sentiment in South Korea. There are still a million-plus Rohingya sitting in camps in Bangladesh and there’s the growing prominence of the Uighur detention camps in China. There have been other headline stories this year, such as that of Rahaf Mohammed, a Saudi Arabian woman who was fleeing from Kuwait to Australia and was stuck in a hotel within Bangkok airport. So even when we see governments in the region appearing to move in the right direction, all of a sudden they do something that takes them back again, such as threatening to return refugees for the sake of maintaining diplomatic relations. But we can have some cautious optimism that things are progressing in the right direction.

    What more could be done to support refugees and the civil society that supports them in the region?

    While the Refugee Convention is still incredibly important, this is no longer the pinnacle and the sole focus of our advocacy. We have states that have signed it that completely ignore it. So now we’re looking for tangible legal and policy changes on the ground.

    International civil society can help by keeping things on the agenda. Asia as a region is quite often forgotten and underrepresented globally. The huge refugee movements and protracted situations in Asia are often completely overlooked. A million Afghanis have been in Iran for 40 years with several million more in Pakistan. There are 100,000 Myanmar refugees on the Thai border along with the million-plus Rohingyas in Bangladesh. Compare this to headlines about migration in Europe and the USA and you’ll soon realise that our perception of refugee crises is skewed. There are these massive populations that don’t make the same global media impact and don’t get the attention they deserve. Keeping things on the agenda is really important.

    Cohesive messaging and cohesive action are also important. We all need to be able to work together to share resources and best practices, understand what is happening in other regions and learn the lessons that can be applied. I think in civil society we tend to look at the same things again and again: we look at national governments, the United Nations, we talk to ourselves a lot, but I think there are under-utilised mechanisms, such as ASEAN, the European Parliament and the private sector. I think in sensitive situations, such as with the Uighurs, the European Parliament could be lobbied to put pressure on ASEAN, which could then put pressure on the government of China. We need to look outside the box at how we can utilise regional platforms and also have other countries exert their influence in the region.

    People such as Abdul Aziz Muhammat, who spent years in the Australian government’s detention centre in Papua New Guinea and campaigns for refugees’ rights, should inspire us, and he should be a person we all aspire to be. He’s had such a traumatic life and so many things have gone against him, but he remains so positive and so ardent about supporting other populations. He continues to speak up for those left behind after him. To see refugees who have gone through everything and still fight for other refugees is inspiring. It’s about finding ways to make refugee voices stronger.

    Get in touch with APRRN through theirwebsite andFacebook profile, and follow@APRRN_ on Twitter.

     

  • Afghanistan: Demande pour exhorter les talibans à respecter les droits humains et faciliter le processus de fuite des Afghans vers l’Australie

    Hon. Scott Morrison
    Prime Minister of Australia 
    Parliament House
    CANBERRA ACT 2600

    CC

    Minister of Home Affairs 
    Hon Karen Andrew 
    Minister of Foreign Affairs 
    Hon Hon Marise Payne 

    Monsieur le Premier Ministre:

    Nous, soussignées, organisations de la société civile de différentes régions du monde, vous écrivons dans le cadre de la crise actuelle en Afghanistan, qui a suivi la chute du gouvernement du président Ashraf Ghani. Nous vous écrivons parce qu’il est urgent que la communauté internationale soutienne les défenseurs des droits humains, les représentants de la société civile et les journalistes qui tentent de fuir l’Afghanistan pour échapper aux actions potentiellement violentes des talibans. Dans les semaines à venir, il y a fort à craindre que les avancées accomplies en matière de  réalisations des droits humains au cours des 20 dernières années en Afghanistan soient rapidement remises en cause. 

    Comme vous le savez, les défenseurs des droits humains, en particulier ceux qui défendent les droits des femmes, les journalistes, et ceux associés aux groupes de la société civile, ont été victimes de violentes attaques, de menaces et d’intimidations de la part des talibans. Au cours des dernières années, CIVICUS et d’autres organisations de défense des droits humains ont documenté (en anglais) ces attaques ainsi que la très grande impunité dont jouissent leurs auteurs. Le Comité Afghan des Défenseurs des Droits Humains (AHRDC) a récemment rapporté (en anglais)que 17 défenseurs des droits humains avaient été tués rien qu’entre septembre 2020 et mai 2021. Plus de 200 défenseurs des droits humains et représentants des médias ont déclaré avoir reçu de graves menaces. Ces menaces se sont amplifiées compte tenu des conditions actuelles de conflit et de l’instabilité politique.

    Les talibans ont la réputation de violer les droits humains et d’attaquer des civils en toute impunité. Les femmes et les enfants ont fait les frais de ces attaques et beaucoup ont été empêchés de travailler et ont un accès limité à l’éducation et aux soins de santé. La déclaration (en anglais)du Secrétaire Général des Nations Unies António Guterres du 16 août 2021 exhortant la communauté internationale à parler d’une seule voix pour défendre les droits humains en Afghanistan est un pas dans la bonne direction. Nous notons également les préoccupations (en anglais)exprimées par le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme au sujet des premières indications selon lesquelles les talibans imposent de sévères restrictions aux droits humains dans les zones sous leur contrôle, ciblant en particulier les femmes.

    Comme on pouvait s’y attendre, de nombreux défenseurs des droits humains tentent de quitter le pays et nous avons reçu des informations selon lesquelles certains sont empêchés de monter à bord des avions, car les missions étrangères ont donné la priorité à l’évacuation de leurs propres ressortissants et de leur personnel. D’autres se sont cachés et craignent pour leur vie, et d’autres attendent l’inévitable. Les femmes qui ont milité pendant des années pour l’égalité des droits et une participation égale dans les espaces publics, y compris le processus de paix, ont fait l’objet de représailles.

    Nous prenons note des informations selon lesquelles au moins 3000 réfugiés afghans pourront se rendre en Australie au cours des dix prochains mois, et selon lesquelles les détenteurs de visas afghans actuellement en Australie ne seront pas invités à retourner en Afghanistan tant que leur sécurité est menacée. Cependant, il reste encore beaucoup à faire. La communauté internationale a la responsabilité, en vertu du droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire, de protéger les droits des Afghans, et l’un des moyens d’y parvenir est de permettre un voyage en tout sécurité à ceux qui sont en danger s’ils restent en Afghanistan.

    Honorable Premier ministre, nous exhortons votre gouvernement à s’entretenir en urgence avec les ministères concernés en Australie, afin d’élaborer un plan d’action national pour orienter la réponse de l’Australie face à la crise afghane. 

    Nous vous demandons de prioriser les actions suivantes dans le plan d’action ;

    • Appeler publiquement les talibans à respecter les droits humains, y compris les droits des filles et des femmes et les libertés fondamentales conformément au droit et aux normes internationaux relatifs aux droits humains.
    • Donner la priorité à l’octroi de sauf-conduits et de documents de voyage aux Afghans exposés à un risque accru de persécution de la part des talibans en raison de leur travail ou de leur statut antérieur, ainsi qu’aux membres de leur famille proche.
    • Exhorter les ambassades et missions australiennes à travers le monde à alléger les exigences de voyage pour les défenseurs des droits humains et les représentants de la société civile d’Afghanistan qui pourraient chercher à se rendre en Australie.
    • Créer un environnement favorable en Australie de nature à permettre à tous les Afghans qui fuient de se remettre des pressions psychosociales qu’ils ont endurées en Afghanistan et des angoisses qu’ils peuvent connaître en s’installant dans un nouveau pays.
    • S’engager à fournir un nouveau programme d’appui aux groupes de la société civile à l’intérieur et à l’extérieur de l’Afghanistan qui contribue à la réinstallation des réfugiés, ou bien qui sensibilise sur les besoins humanitaires et les droits humains.
    • Soutenir la création d’un mécanisme indépendant d’enquête et de redevabilité qui prenne en compte le genre lors de la session extraordinaire du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies sur l’Afghanistan prévue le 24 août 2021.

    Signatures:

    1. #TrustYourStruggleMovement
    2. ABAC
    3. Abraham's Children Foundation
    4. ACAT TOGO
    5. Accountability Lab
    6. ACDIEF
    7. ACP-DYSS
    8. ACT FOR CHANGE OU AGIR POUR LE CHANGEMENT 
    9. Action des Volontaires pour la Solidarité et le Développement AVSD
    10. Action for Community Transformation Initiative South Sudan
    11. Action for Humanity & Social Progress
    12. Action for Socio-political and Economic Change
    13. Actions Collectives pour le Développement Social, ACODES
    14. Actions for Development and Empowerment
    15. Actions pour la Lutte Contre les Injustices Sociales (ALCIS)
    16. Adult Learning Forum 
    17. Advance Centre for peace and credibility international and One Life Count Empowerment Foundation
    18. AFEDI
    19. AFeJE Bénin ONG
    20. Africa Rise Foundation 
    21. African Center for Solidarity and Mutual Aid between the Community (CASEC|ACSAC)
    22. African Development and Peace Initiative (ADPI)
    23. AFRICAN FOUNDATION FOR ENVIRONMENT AND DEVELOPMENT (AFED)
    24. African Leaders Hub
    25. African Network of Youth Policy Experts
    26. African Youth Empowerment and Capacity Building Academy AYECBA 
    27. Afrihealth Optonet Association
    28. Agrupación Fe
    29. AJAD (Association des Jeunes Africains pour le Développement Durable)
    30. Alliance for Development and Population Services-ADEPS
    31. Alliance for Gender Justice and Human Rights
    32. ALUCHOTO
    33. Alvin tech 
    34. Amahoro Human Respect 
    35. Amani community based organization
    36. América Diversa Inc
    37. Amicale des Jeunes Chrétiens pour le Développement, AJECDE
    38. Amnesty International
    39. Angels in the Field
    40. Anuesp
    41. APPUI SOLIDAIRE POUR LE RENFORCEMENT DE L AIDE AU DEVELOPPEMENT
    42. Arcfrancis Foundation
    43. AROHI
    44. ARPE
    45. Asaasiam Vision International
    46. Asian Academy for Peace, Research and Development
    47. Asociación Civil, Colectivo para la Participación de la Infancia y Juventud 
    48. Asociacion Desplazada Nuevo Renacer
    49. Asociación Unión de Talleres 11 de Septiembre 
    50. Association des Amis de la Nature 
    51. Association des Jeunes pour le Développement et la Protection des Droits de l'Homme
    52. Association for Advancement of Human Rights 
    53. Association For Promotion Sustainable Development 
    54. Association for Reproductive and Family Health Burundi 
    55. Association Nigérienne pour la Démocratie et la gouvernance inclusive
    56. Association pour les victimes du monde
    57. Badhon ManobUnnayan Sangstha
    58. Bangladesh Institute of Human Rights (BIHR)     
    59. Banlieues Du Monde Mauritanie 
    60. Bareedo Platform Somalia 
    61. Beautiful Hearts NGO
    62. Benimbuto
    63. BIHDP
    64. Biso peuple
    65. BOACSE TANZANIA
    66. Breaking Out Mental Health
    67. Brothers keeper NGO
    68. Burundi Child Rights Coalition (BCRC)
    69. CA Comrades Association Namibia
    70. CAHURAST, Nepal
    71. Campaña Defender la Libertad: Asunto de Todas
    72. Capellanes Conacce
    73. Care for Social Welfare International 
    74. CareMe E-clinic
    75. Center for civil society development PROTECTA
    76. Center for Communities Education and Youth Development
    77. Center for Public Health Laws Social Economic Rights and Advocacy
    78. Center for Social Integrity 
    79. Centre d’Actions pour le Développement 
    80. Centre de support aux personnes handicapées
    81. Centre for environment, media and development communication
    82. Centre for Good Governance and Social Justice
    83. Centre for Inclusion and Empowerment
    84. Centre for Peace and Justice (CPJ)
    85. Centre for Social Mobilization and Sustainable Development(CENSODEV)
    86. Centre for Sustainable Development and Education in Africa
    87. Centre Oecuménique pour la Promotion du Monde Rural
    88. Centro Cultural Equidad y Género
    89. Centro de Análisis Político
    90. Centro de Estudios y Apoyo al Desarrollo Local
    91. Cercle de Réflexion sur le Développement Humain et les Changements Climatiques CERDHUCC
    92. CFF-Ghana 
    93. CHALLENGES International
    94. Chambre Transversale des Jeunes Entrepreneurs du Burundi
    95. CHILDREN AND YOUNG PEOPLE LIVING FOR PEACE(CYPLP)
    96. Children and Youth for Peace Agency - Sierra Leone (CYPA-SL)
    97. Chinland Development Network CDN Myanmar, and Pyinkhonegyi Phunsang Pawlkom -3P
    98. Civic Engagement Initiatives Trust
    99. CIVICUS
    100. Centre International de Formation des de l'homme pour le Développement  de Kisangani, Province de la Tshopo
    101. Climate Tracker 
    102. CO-OPERATIVE FOR GOOD GOVERNANCE
    103. Coalition des organisations pour la promotion des droits des travailleurs de sexe et transgenre
    104. Coalition of youth organizations SEGA
    105. Colectivo Jóvenes Por El Cambio
    106. Colectivo Seres, A.C.
    107. Commission internationale des droits de l'homme au Tchad
    108. Commission on Human Rights
    109. Community Development Foundation
    110. Community for Peace Foundation(COPEF)
    111. Community Health Education Sports Initiative Zambia
    112. Community Support Center / CSC-Asbl
    113. Comunidad de Organizaciones Solidarias
    114. Connecticut Institute for Social Entrepreneurship
    115. Connecting Gender for Development 
    116. Consortium of Ethiopian Human Rights Organizations
    117. Construisons Ensemble le monde
    118. consultando soluciones
    119. ControlaTuGobierno A.C.
    120. Convention Nationale pour le Dialogue et le Règlement Pacifique des conflits au Tchad _CONDIRECT 
    121. COSAD BENIN
    122. Crisis Resolving Centre (CRC) 
    123. DAKILA
    124. Determined Society Organization
    125. Development and Service Centre (DESC)
    126. Differentabilities
    127. Digital Rights Activist 
    128. Earthforce Fight Squad NGO
    129. East Eagle Foundation
    130. Ecology Africa Foundation
    131. Edtech for Africa 
    132. EJO YOUTH EMPOWERMENT
    133. ELOSAN VISION
    134. Entaxis - Action for inclusion and Education
    135. Equality Rights Africa Organization
    136. Espérance Mères et Enfants en RDC "EME-RDC"
    137. Ethiopian Initiative for Human Rights 
    138. Euphrates Institute-Liberia
    139. Euro-Mediterranean Resources Network
    140. Fair Africa
    141. FAMA
    142. Family Visions Child Trust
    143. FEDERACION PROVINCIAL DE ORGANIZACIONES CAMPESINAS DE ZAMORA CHINCHIPE
    144. Fédération des ONG de la région du Goh
    145. Feminist Centre 
    146. Fight Against Aids Guinee West Africa
    147. FINESTE
    148. Forums Territorial de la Jeunesse Martiniquaise 
    149. Fraternity Foundation For Human Rights 
    150. FSM Alliance of NGOs (FANGO) 
    151. Fundacion Arcoiris por el respeto a la diversidad sexual
    152. Fundación Ciudadanía y Desarrollo
    153. Fundación Ecuatoriana Equidad
    154. Fundación T.E.A. Trabajo, Educación, Ambiente
    155. Fundación Váyalo
    156. Fundimma
    157. Future leaders Society
    158. Gender Accountability for Peace and Security 
    159. Gender Equality Club
    160. Ghana Youth Environmental Movement
    161. Gibson Chisale
    162. Gidan Dutse Multipurpose Concept 
    163. Give Hope Uganda
    164. Global Participe
    165. Global Socio-economic and Financial Evolution Network (GSFEN)
    166. Global Young Greens
    167. Golden Change for Concerned Youth Forum
    168. Grassroot Development Support and Rural Enlightenment Initiative
    169. Gutu United Residents and Ratepayers Association-GURRA
    170. H.E.R.O.
    171. Haakro Welfare Association
    172. HAKI Africa
    173. Halley Movement Coalition
    174. Hamdam Foundation
    175. Hear Their Voice International (HTVI)
    176. Hidden and Emerging Treasures Initiative
    177. Hondureños Contra el SIDA
    178. Hope for Vulnerable Children Association
    179. Hope Porters Foundation 
    180. Hope Worldwide-Pakistan 
    181. Hub Ciencia Emprende
    182. Human Rights
    183. HuMENA for Human Rights and Civic Engagement 
    184. I BAMBINI DELL 'AFRICA ONLUS
    185. IAW
    186. ICCA asbl(Icirore C'Amahoro asbl)
    187. ICYE Nigeria
    188. IDA Rwanda
    189. Ikage
    190. Imbali Western Cape and Adult Learning Forum
    191. Inclusive Bangladesh
    192. Independent humanitarian worker
    193. India Youth For Society
    194. Infinite hope for vulnerable Africa
    195. Initiatives des Femmes en Situations Difficiles pour le Développement Durable et Intégré, IFESIDDI
    196. Innpactia
    197. Inspirers
    198. Institute of Sisters of Mercy of Australia and Papua New Guinea
    199. Institute of Youth, women welfare
    200. Instituto de asilencia para adictos a.c.
    201. Instituto de Educación Cibernética Automotriz Robótica y Electrónica 
    202. Integrated Agricultural Association (I.A.A)
    203. Intelligent initiative for Peace & Security Consciousness  
    204. INTER-ACTIONS ONG
    205. Intercedes youth empowerment
    206. International Association for Migrant Support
    207. International Association for Political Science Students
    208. International Development Opportunity Initiative
    209. International Human Rights Council 
    210. International Society for Peace and Safety 
    211. Intersection Association for Rights and Freedoms
    212. Jade Propuestas Sociales y Alternativas al Desarrollo, A.C.
    213. Jesmak health & Safety Center
    214. Jesus Vazquez Garcia
    215. JEUNES LEADER DU MALI
    216. Jeunesse Assistance
    217. Justice Call
    218. Justice Initiative for the Disadvantaged and Oppressed Persons
    219. JusticeMakers Bangladesh 
    220. Kadiwaku Foundation
    221. Kanika Khurana
    222. kathak academy(KA)UNCSO(ECOSOC)
    223. Kenneth and Jacob's House
    224. Kijana Hai Foundation 
    225. KITUMAINI ASBL
    226. Knit Together Initiative 
    227. Koneta 
    228. Kwapda'as Road Safety Demand Foundation
    229. Lamu coastal indigenous people's rights for development (LCIPRD)
    230. Leaders for Leaders Champion 
    231. Leadership Development Association Bangladesh
    232. Liberia Sexual Gender Base Violence Movement LSGBV 
    233. Ligue Burundaise des droits de l'homme Iteka
    234. Local Communities Development Initiative 
    235. LOCAL SUSTAINABLE COMMUNITIES ORGANISATION (LOSCO)
    236. Locate i
    237. Love Alliance Foundation for Orphans, Disabled and Abandoned Persons in Nigeria 
    238. Lupus Initiative Uganda 
    239. Lutheran world federation
    240. Mahatma phule samaj seva mandal 
    241. Manica Youth Assembly 
    242. Masombo The Life/NGO
    243. Mémorial des victimes des conflits armés en République Démocratique du Congo
    244. Men 4 Equality
    245. MENA Research and Conferences
    246. Mercy Sisters 
    247. Merowa junior school Kampala
    248. Mike’s New Generation Vision
    249. MILES CHILE
    250. Mouvement Citoyen Ras-Le-Bol
    251. Mouvement INAMAHORO, Femmes & Filles pour la Paix & la Securite
    252. Movilizatorio
    253. Movimiento Juvenil Indígena de la Moskitia - Mark Rivas (MOJIMM) 
    254. MPS GABON
    255. MUDDH - MOVIMIENTO UNIDO POR LA DEFENSA DE LOS DERECHOS HUMANOS
    256. Municipal youth network-Nepal
    257. MUP'S COMMUNICATION
    258. Ñañaykuna
    259. National  Women Sudanese Association
    260. National Association of Youth Organizations (NAYO)
    261. National Campaign for Sustainable Development Nepal
    262. NEW ERA MOVEMENT
    263. NGO Federation of Nepal (NFN)
    264. Nigeria Youth SDGs Network
    265. Nigerian Global Affairs Council
    266. Noem Elderly Iutreach Uganda
    267. North Rift Human Rights Network
    268. North-East Affected Area Development Society (NEADS)
    269. Northern Initiative for Community Empowerment
    270. Nouveaux Droits de l'homme Congo Brazzaville
    271. Observatoire National pour la Démocratie et l’Environnement ONADE
    272. Oil Refinery Residents Association
    273. Onelife Initiative for Human Development
    274. ONG ADOKA
    275. ONG CRI DES JEUNES ET FEMMES VULNERABLES, CJFV.
    276. ONG Good Neighbors
    277. ONG ICON Niger 
    278. ONG ITODJU
    279. ONG María Acoge
    280. Organisation Internationale des volontaires des Nations Unies 
    281. Organisation pour la protection des droits de l'homme 
    282. Organizando Trans Diversidades (Asociación OTD Chile)
    283. Organization of the Justice Campaign
    284. OTRANS-RN 
    285. Otro Tiempo México AC
    286. Pahel Pakistan 
    287. Pan - African Peacemakers Alliance (PAPA)
    288. PARIVARTHANA
    289. PAWA - Pacific Australian Womens Association
    290. Peace Education and Practice Network (PEPNET)
    291. People's health movement
    292. People's Solidarity for Participatory Democracy
    293. Peoples Federation for National Peace and Development (PEFENAP)
    294. PJUD-BENIN ONG
    295. Plateforme des Femmes pour la Paix en Casamance 
    296. Plateforme nationale des organisations de la société civile pour la lutte contre le VIH et Tuberculose 
    297. POPULATION AND DEVELOPMENT INITIATIVE (PDI)
    298. Programme d'Appui à la Lutte contre la Pauvreté pour l'Emergence et la Restauration d'un développement durable
    299. Progressive Single Mothers Network
    300. Red de Desaparecidos en Tamaulipas 
    301. REDECIM
    302. Redemption Research for Health and Educational Development Society(RRHEDS)
    303. Redlad
    304. REFUGEES PARLIAMENTARIANS FOR PEACE-RPP 
    305. Regional Network of Children and Young People Trust 
    306. Réseau des Organisations de la Société Civile pour l'Observation et le Suivi des Élections en Guinée (ROSE) 
    307. Réseau Nigérien Anti-Corruption
    308. RIHRDO (Rural Infrastructure and Human Resource Development Organization )
    309. Rising Winners Youth Empowerment Initiative (RWYEI)
    310. RNDDH
    311. Rotary Club of Alabang Madrigal Business Park
    312. RUKIGA FORUM FOR DEVELOPMENT (RUFODE)
    313. Rural Development Foundation
    314. Ryht Group 
    315. Safe employee and volunteer
    316. Sahiba Foundation
    317. SAPI Child international
    318. Save the Climat
    319. Savie asbl NGO LGBTIQ PGEL Congo DRC
    320. Sehzoor Life Organization 
    321. Service Workers In Group Foundation Uganda 
    322. Shanduko Yeupenyu Child Care
    323. She & Peer
    324. Shibganj Integrated Development Society
    325. Sierra Leone School Green Clubs (SLSGC)
    326. Sierra Leone Unites
    327. Siyakholwa Support Care Centre 
    328. Social Action For Empowerment and Relief 
    329. Social democracy movement 
    330. Social Voice Networking Forum - Pakistan
    331. Société Civile Engagée 
    332. Somali Action for Transformation (Somact)
    333. SOPEVUDECO ASBL
    334. SORETO
    335. SOS Jeunesse et Enfance en Détresse " SOS JED
    336. Sout To Support Women's Rights 
    337. South African National Civic Organisation
    338. South Sudan Youth Peace and Development Organization (SSYPADO)
    339. Southwest Genesis Consultancy
    340. Swabalambee Foundation
    341. TARGET 4.7 Education for Global Citizenship & Sustainability 
    342. Tariro Foundation of Zimbabwe Trust
    343. The Environment Ameliorators
    344. The Institute of Caribbean Studies/SMART Futures Movement 
    345. The Young Republic
    346. Timely performance care center
    347. Today for tomorrow foundation
    348. Tomorrow for human rights 
    349. Toto Centre Initiative 
    350. Tournonslapage 
    351. Tremendas Panamá 
    352. Uganda Diversity Network
    353. UGONMA FOUNDATION
    354. Ukana West 2 Community Based Health Initiative
    355. Umbrella for Journalists in Kasese (UJK)
    356. UN SDGs Programme
    357. Unión Nacional de Instituciones para el Trabajo de Acción Social - UNITAS 
    358. United nations Youth Association-Ghana
    359. United World Against Diabetes 
    360. Universal Union For Consumer Protection and Civil Abuse "UNUCOPCA" NGO
    361. University of Western Cape
    362. VEILLE CITOYENNE TOGO 
    363. Venezuela Diversa AC
    364. VIE +
    365. Vivace Youth  Centre 
    366. Volunteer Activists
    367. Warembo Forum
    368. Welfare Taskforce for Malaysian Students Abroad
    369. WELFARE TOGO
    370. West Africa Civil Society Institute (WACSI)
    371. Western Youth Empire 
    372. Women and Children Empowerment Network-South Africa
    373. Women in Action-WINA
    374. WOMEN WITHOUT POVERTY (WOWIPO) 
    375. World Mission Agency
    376. World Youth Union S/L
    377. YACAP INTERNATIONAL
    378. YES We Can
    379. yesaid society (Kenya)
    380. Young African change makers
    381. YOUNG AFRICAN FIGHTERS ORGANIZATION 
    382. Young Men Association
    383. Youth Advocacy Network
    384. Youth Advocates for Change
    385. Youth Against Drug Abuse YADA International 
    386. Youth Arm Org
    387. Youth Association of Sierra Leone
    388. Youth Development Initiative Trust 
    389. Youth Enrichment for Success
    390. Youth for the Mission
    391. Youth Forum for Social Justice
    392. Youth Harvest Foundation Ghana
    393. Youth innovation centre 
    394. Youth Leadership Parliament, Nigeria
    395. Youth Network for Positive Change

     

  • ASIE : « Pendant la pandémie, le racisme envers les peuples autochtones s’est intensifié »

    CIVICUS s’entretient avec Gam Shimray, secrétaire général du Asian Indigenous Peoples Pact (AIPP) (Pacte asiatique des peuples autochtones), sur la situation des groupes autochtones en Asie pendant la pandémie de COVID-19. L’AIPP est une fédération régionale de mouvements de peuples autochtones d’Asie qui œuvre à la promotion et à la défense des droits humains des peuples autochtones, y compris des droits fonciers et culturels. En raison de leur position subordonnée et à l’écart de la culture et de la politique dominantes, lespeuples autochtones sont victimes de violations flagrantes des droits humains, de racisme systémique, de discrimination et d’expropriation. Étant donné que leurs droits à la terre, au territoire et aux ressources naturelles sont bafoués, de nombreuses communautés indigènes font partie des groupes les plus vulnérables et les plus défavorisés.

    Gam Shimray

    Quepouvez-vous nous dire sur le travail de l’AIPP ?

    Le travail de l’AIPP est guidé par notre conviction que les droits humains sont universels et que tous les peuples, y compris les peuples autochtones, ont un droit inhérent à l’autodétermination. Les droits à l’autodétermination et à l’autonomie gouvernementale sont une nécessité sociale pour assurer la continuité des processus sociaux et le développement personnel des autochtones.

    Bien que notre travail de plaidoyer ait une portée principalement régionale et mondiale, nous établissons, par l’intermédiaire de nos membres et de nos réseaux, des liens avec les processus développés au niveau des pays. L’AIPP consolide une position commune des organisations autochtones pour le plaidoyer à l’échelle mondiale et régionale. À cette fin, nous axons nos efforts sur le renforcement des capacités communautaires, la consolidation des mouvements indigènes et la mise au point d’un programme commun pour les campagnes collectives et les activités de plaidoyer au niveau national.

    L’AIPP s’efforce également de développer le leadership et de promouvoir le « leadership partagé » dans toute l’Asie, y compris parmi les femmes, les jeunes et les personnes handicapées.

    Quelle était la situation des peuples indigènes en Asie avant la pandémie de COVID-19 ?

    Avant la pandémie de COVID-19, la situation politique en Asie s’était dégradée, surtout ces dernières années. Dans de nombreux pays asiatiques, nous avons constaté une répression croissante de la société civile et une restriction de l’espace démocratique nécessaire au débat et à la formation de l’opinion publique. Certains intellectuels ont attribué cette tendance à l’existence de leaderships politiques de plus en plus détachés de la démocratie et des droits humains. 

    Les transitions des régimes autoritaires vers la démocratie qu’ont connues certains pays au cours des dernières décennies, comme les Philippines dans les années 1980, l’Indonésie à la fin des années 1990 et le Népal au début des années 2000, n’ont pas été menées à bien. D’autres pays, comme la Chine, le Laos et le Vietnam, ont des systèmes unipartites de jure, tandis que le Cambodge en a un de facto. Au Myanmar, l’armée a toujours une emprise sur le gouvernement, tandis que la grande tolérance dont la Thaïlande a traditionnellement fait preuve ne lui a pas encore permis de devenir un État démocratique moderne et stable. En outre, la montée du populisme constitue une menace sérieuse pour les démocraties. En Inde, qui est la plus grande démocratie du monde et probablement l’une des plus solides d’Asie, nous assistons sous le gouvernement populiste du Premier ministre Narendra Modi à des attaques continues contre chaque institution autonome, du système judiciaire à la banque centrale en passant par la presse indépendante.

    Il en résulte que, ces dernières années, la majorité des défenseurs des droits humains qui ont été tués sont des autochtones. Ils ont perdu la vie en défendant leurs droits, leurs maisons, leurs terres, leurs territoires et leurs ressources.

    Ces difficultés révèlent également des problèmes sous-jacents plus profonds de capacité politique et institutionnelle insuffisante pour relever efficacement les défis posés par la démocratie et les droits humains dans les pays asiatiques. Nous sommes confrontés à des questions morales et politiques qui exigent que nous évaluions sérieusement l’érosion des normes et des pratiques en matière de droits humains et l’amoindrissement de la capacité politique et institutionnelle à faire face aux défis sociaux et politiques du présent. La souffrance endurée par les personnes pauvres pendant la pandémie de COVID-19 en est la preuve.

    Quels défis ont dû relever les groupes et les militants autochtones pendant la pandémie ?

    Les problèmes et les défis varient en fonction de la situation de chaque pays. Néanmoins, l’un des principaux défis à relever est lié au fait que la plupart des gouvernements asiatiques ont imposé des quarantaines dans leur pays sans grande préparation, ce qui a entraîné le chaos. La situation était tout simplement presque ingérable et nous n’étions pas en mesure de répondre aux besoins des militants, des communautés et des travailleurs migrants.

    Les travailleurs migrants, les réfugiés et les apatrides ont le plus souffert. Ceux qui n’avaient pas de pièces d’identité rencontraient des difficultés à prouver leur citoyenneté, ce qui est pourtant indispensable à l’obtention d’une aide gouvernementale. La plupart des migrants et des réfugiés n’avaient pas les documents requis. Les erreurs d’enregistrement étaient également fréquentes et ceux qui ne figuraient pas sur le registre national ne pouvaient pas recevoir de document d’identité.

    Au cours de la pandémie, le racisme envers les peuples autochtones s’est intensifié, notamment en Inde, où les habitants du nord-est du pays ont été expulsés de leurs hôtels et des maisons qu’ils louaient, sans pouvoir acheter de la nourriture, se rendre sur les marchés ou utiliser les transports publics. Des personnes se sont fait cracher dessus et ont été arrêtées sans explication. Bon nombre d’entre elles, notamment des femmes, ont été battues sans raison apparente, et beaucoup d’Indiennes vivent constamment dans la peur.

    Dans certains pays, les gouvernements utilisent la situation actuelle comme alibi pour lancer des campagnes militaires, s’emparer de terres, autoriser des grands projets d’infrastructure, revenir sur des droits relatifs à la protection des autochtones et affaiblir les réglementations et les protections environnementales. De nombreux militants et membres de communautés dans des pays comme le Bangladesh, l’Inde, les Philippines et le Myanmar ont été tués ou emprisonnés sur des accusations forgées de toutes pièces. Les forces de police et de sécurité ont également empêché les dirigeants communautaires de mener des actions humanitaires et d’aider les communautés frappées par la famine.

    Ces évènements sont graves et nous ne pouvons pas y faire grand-chose, car les gens ne peuvent pas sortir pour manifester ou faire campagne, et accèdent difficilement à la justice. En Inde, les pétitions en ligne sont autorisées, et les affaires les plus urgentes sont encore examinées par les tribunaux par vidéoconférence, mais la plupart des communautés ne sont pas familiarisées avec des procédures aussi complexes et n’ont même pas accès à Internet de manière fiable.

    Comment l’AIPP et d’autres organisations de défense des droits des personnes autochtones ont-elles réagi à cette situation ?

    La première chose que nous avons faite a été de contacter nos membres et nos réseaux pour recueillir des informations sur le terrain. Nous avons également répondu à ceux qui nous ont contactés pour obtenir de l’aide. Nous avons en premier lieu fourni ou mobilisé de l’aide, notamment de la nourriture pour les personnes en situation critique dans différentes régions, par l’intermédiaire de nos membres et de nos réseaux. Nous avons également partagé des informations concernant les communautés indigènes, ce qui était indispensable étant donné qu’énormément de fausses informations circulaient, déclenchant des réactions de panique. Nous avons diffusé les appels à la solidarité pour encourager les réponses humanitaires et diffuser les bonnes pratiques que les communautés pourraient mettre en œuvre.

    La situation est compliquée car il ne s’agit pas seulement de faire face à la pandémie. Les communautés indigènes souffrent de nombreux problèmes sous-jacents. Nous tenions au moins à faire entendre nos protestations et à faire campagne par le biais des réseaux numériques.

    La pandémie de COVID-19 a mis en évidence de nombreux problèmes qui étaient jusque-là dissimulés, et soulève de nouveaux défis. Par conséquent, nous évaluons la situation et nous nous efforçons de prendre des mesures supplémentaires pour faire face aux effets à long terme de la pandémie. À cet égard, nous avons également créé un partenariat régional pour gérer la riposte à la COVID-19, lequel est en train de s’étendre. Notre rapport préliminaire d’évaluation à l’échelle régionale sera bientôt prêt, ce qui nous aidera à mieux planifier les prochaines étapes. Nous savons déjà que le renforcement des capacités des communautés sera essentiel à mesure que nous nous adaptons à « la nouvelle réalité ».

    De quel autre soutien les groupes indigènes auraient-ils besoin en ce moment ?

    Le soutien dont les communautés indigènes ont besoin est vraiment conséquent, car les répercussions de la pandémie continueront à se faire sentir à long terme. Toutefois, les principaux besoins sont les suivants.

    Premièrement, nous devons mettre en place des cellules d’intervention pour la COVID-19 dotées de fonds alloués à l’échelle locale et d’une équipe de correspondants désignés pour assurer la coordination avec les autorités provinciales ou étatiques et les organisations de la société civile, afin de faire le suivi des questions liées aux communautés indigènes et de leur apporter le soutien dont elles ont besoin. L’équipe d’intervention doit également se coordonner avec les autorités compétentes pour répondre aux besoins particuliers des femmes, des enfants, des personnes âgées et des personnes handicapées dans les communautés autochtones.

    Deuxièmement, nous devons veiller à ce que les autorités locales et provinciales reçoivent des conseils et des instructions appropriés concernant les mesures à prendre pour que les populations autochtones puissent faire face à la COVID-19 et respecter la quarantaine.

    Troisièmement, il est essentiel de sensibiliser le public et de garantir l’accès aux services de santé. Il est donc important de préparer des supports d’information adaptés à la communauté, qui expliquent clairement la nature de la maladie, les mesures de quarantaine et de confinement et les tests de dépistage, afin d’aider à dissiper les mythes autour du virus. Une coordination entre les agents des services de santé et les guérisseurs traditionnels est nécessaire pour garantir l’intégration des systèmes de connaissances indigènes dans les mécanismes d’intervention. Il faut encourager les stratégies de quarantaine localisées et séparées qui favorisent un environnement naturel et la participation de la communauté. Des centres de soins pour la COVID-19 gérés par des guérisseurs et des infirmiers communautaires peuvent également être préparés.

    Des unités sanitaires mobiles avec des guérisseurs traditionnels et des agents de santé devraient être déployées dans les zones reculées. Une attention particulière devrait être accordée aux zones où il y a plus de travailleurs migrants qui sont rentrés chez eux. L’accès au dépistage doit également être facilité et des installations doivent être prévues pour que ces personnes puissent être mises en quarantaine. L’accès aux services de santé doit également être assuré en cas d’urgence, y compris le transport. L’accès à l’eau à des fins d’hygiène et de consommation est un autre besoin essentiel qui doit être assuré.

    Il est également crucial de garantir la sécurité alimentaire, les niveaux de revenus et les moyens de subsistance économiques, étant donné les niveaux de malnutrition qui existent dans de nombreuses régions indigènes. Pendant les six prochains mois au moins, il sera absolument indispensable de distribuer des rations alimentaires nutritionnelles et gratuites de manière indiscriminée, indépendamment du statut migratoire des bénéficiaires de l’aide et du fait qu’ils aient une carte d’identité ou non.

    Enfin, il est urgent de renforcer les moyens de subsistance basés sur la production forestière non ligneuse, en concevant des mécanismes institutionnels efficaces pour la collecte, le stockage, l’approvisionnement et la vente. L’Asie est très dépendante de la production forestière non ligneuse. Un soutien financier et logistique devrait directement être apporté aux communautés pour leur permettre de générer une source de revenus durable. Les communautés vivant dans les zones protégées doivent avoir accès aux forêts à des fins de subsistance.

    Quels enseignements avez-vous tirés de la situation des peuples autochtones pendant la pandémie ?

    Pendant la pandémie, la situation était presque ingérable, et les mesures imposées par les gouvernements ont déclenché la violence de la police et des forces de sécurité. Des centaines de personnes pauvres sont mortes de faim, et celles qui se sont aventurées par désespoir en dehors de la zone de confinement ont été violemment agressées par la police.

    Les effets potentiels de la pandémie semblaient être très négatifs, et si nous n’avions pas fait confiance aux personnes et aux communautés, nos efforts auraient été beaucoup moins fructueux. Les opérations humanitaires se devaient d’être efficaces, et le fait d’avoir eu confiance en la capacité des bénévoles de chaque communauté à faire le travail a été la clé de notre succès, comme en Malaisie et en Thaïlande. Toutes les ressources que nous avons pu générer leur ont été transférées et ils ont rendu compte des actions et activités qu’ils menaient par téléphone ou par d’autres moyens à leur disposition.

    En outre, d’après ce que nous avons pu voir, de nombreuses communautés ont très bien réagi à la situation en instaurant des quarantaines dans les villages, en réglementant les visites, en mettant en quarantaine les rapatriés ou en appliquant de leur propre initiative des mesures de distanciation sociale, même avec peu d’informations ou de ressources appropriées. Il y avait des craintes, mais les communautés les ont surmontées et ont amélioré leurs ripostes à la pandémie. Les communautés n’ont pas seulement reçu une aide de notre part ou d’autres sources : certaines d’entre elles ont également fourni de la nourriture à d’autres communautés dans le besoin. La plupart de ces communautés ont travaillé avec nous dans le passé et ont pu gérer avec succès leurs systèmes de production alimentaire et leurs ressources naturelles. Elles ne s’inquiétaient pas des pénuries alimentaires ; au contraire, leurs dirigeants ont profité de cette occasion pour les sensibiliser à l’importance d’améliorer la production locale et la gestion durable des ressources. J’ai trouvé cela inspirant.

    Nous avons également été inspirés par des communautés qui se sont organisées et ont utilisé des méthodes de guérison et des médicaments locaux pour améliorer l’immunité et la résistance aux maladies, ou qui ont mis en place des systèmes d’échange de nourriture avec peu ou pas d’aide de l’État, lorsque les programmes de l’État ne fonctionnaient pas ou n’étaient pas accessibles pas à temps. Plus important encore, cela a démontré que la dévolution et l’autonomisation des communautés peuvent être plus efficaces pour faire face à une crise si les institutions autonomes locales reçoivent les ressources et le soutien nécessaires.

    Les ripostes spontanées des communautés sont venues presque naturellement, car il s’agit de communautés qui ont toujours été autonomes. À l’avenir, en faisant confiance à la population et en donnant des moyens aux communautés, l’État sera en mesure de faire face plus efficacement à toute crise de santé publique et à ses répercussions à long terme. 

    Contactez leAsia Indigenous Peoples Pact via sonsite web ou son profilFacebook, et suivez@aippnet sur Twitter.

     

  • BANGLADESH : « Pour lutter contre le viol, nous avons besoin d’une réforme profonde du système juridique »

    CIVICUS s’entretient avec Aparajita Sangita, activiste des droits humains bangladeshi et cinéaste indépendante primée au niveau international. Aparajita a travaillé à travers plusieurs films sur la discrimination sexuelle et les droits des femmes, et a été impliqué dans diverses actions sociales, telles que des projets d’éducation pour les enfants des rues et des banques alimentaires. En réponse à son activisme, elle a été harcelée par la police. Pour son activisme sur les réseaux sociaux, elle a également été poursuivie pour harcèlement en vertu de la draconienne loi sur la sécurité numérique. Les charges retenues contre elle ont été abandonnées en réaction aux manifestations qui ont eu lieu dans la rue et sur internet.

    Aparajita Sangita

    Quels éléments ont déclenché les récentes manifestations contre le viol au Bangladesh ?

    Dans la nuit du 5 janvier 2020, une étudiante de l’université de Dhaka (UD) a été violée après être descendue d’un bus universitaire dans le quartier de Kurmitola de la capitale, Dhaka. Les étudiants de l’UD ont été perturbés par cet incident, qui a donné lieu à des manifestations et à l’organisation de plusieurs événements.

    Malgré les manifestations généralisées contre le viol, la violence sexuelle à l’égard des femmes a persisté et même augmenté pendant la pandémie de COVID-19.

    Le 25 septembre, une femme en visite au MC College de Sylhet avec son mari a été violée dans un foyer du campus par des activistes politiques liés au parti au pouvoir. Au même temps où éclataient des manifestations en réaction à cet incident, une vidéo montrant une femme en train d’être maltraitée à Begumganj, dans le Noakhali, est devenue virale sur les réseaux sociaux le 4 octobre. La vidéo montre un groupe d’hommes entrant dans la maison de la femme, la déshabillant et l’agressant physiquement, tout en laissant tout cela enregistré dans une vidéo.

    Ces incidents ne sont que quelques-uns des nombreux cas de viols et de violences sexuelles contre les femmes qui ont circulé sur les réseaux sociaux au Bangladesh. Les auteurs de ces violences sont des parents, des hommes proches, des forces de l’ordre, des fonctionnaires, des dirigeants politiques et des acteurs religieux.

    Tout cela a déclenché les manifestations de masse contre le viol qui ont eu lieu en octobre 2020, où des gens de tout le pays se sont rassemblés pour protester contre la violence à l’égard des femmes. Le mouvement contre le viol a commencé à Shahbag, connu sous le nom de « Bangladesh’s Movement Square », mais s’est rapidement étendu à toutes les villes, et même aux villages, à travers le Bangladesh. Il s’agit de Bogra, Brahminbaria, Champainabganj, Chandpur, Dhamirhat (Nowgaon), Faridpur, Gafargaon (Mymensingh), Gopalganj, Jaipurhat, Kurigram, Manikganj, Noakhali, Panchgarh, Rajshahi, Satkhira et Syedpur (Nilphamari).

    Le mouvement de protestation contre le viol a rassemblé des personnes de différents horizons, notamment des membres de partis politiques, des écrivains, des militants culturels, des activistes des réseaux sociaux, des joueurs de l’équipe nationale de cricket, des activistes des droits des femmes et des journalistes. Pour la première fois au Bangladesh, des femmes ont manifesté contre le viol au milieu de la nuit. À Dhaka, ils ont marché de Shahbag au Parlement, portant des torches et criant des slogans.

    Quelles étaient les principales revendications des manifestants ?

    Le mouvement de protestation anti-viol a formulé neuf demandes pour mettre fin aux viols et aux violences sexuelles. Il s’agit notamment de l’introduction de sanctions exemplaires pour les personnes impliquées dans des viols et des violences contre les femmes dans tout le Bangladesh et du licenciement immédiat du ministre de l’intérieur, qui n’a pas rempli son rôle de rendre la justice.

    Les manifestants ont également exigé la fin de tous les abus sexuels et sociaux à l’encontre des femmes tribales, la création d’un comité pour prévenir le harcèlement sexuel à l’encontre des femmes dans toutes les organisations gouvernementales et dans le secteur privé, ainsi que dans les établissements d’enseignement, conformément aux décisions de la Haute Cour, et la pleine application de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW). Ils ont également appelé à l’abolition des lois et des pratiques qui perpétuent les inégalités entre les sexes.

    Il a également été demandé de mettre fin au harcèlement mental des victimes pendant les enquêtes et de garantir leur sécurité juridique et sociale, d’inclure des experts en matière de criminalité et de genre dans les tribunaux de prévention de la répression des femmes et des enfants, et de créer davantage de tribunaux pour assurer un traitement rapide des affaires.

    Enfin, les manifestants ont demandé la modification de la section 155(4) et d’autres sections pertinentes de la loi sur les preuves afin de mettre fin à la recevabilité des preuves de la moralité des plaignants dans les procès pour viol et au retrait des manuels scolaires de tout matériel jugé diffamatoire envers les femmes ou les présentant comme inférieures.

    Comment les autorités ont-elles répondu aux manifestations ?

    Le 6 octobre, les manifestants ont marché de Shahbag jusqu’au bureau du Premier ministre avec des drapeaux noirs, mais ont été arrêtés par la police près de l’hôtel Intercontinental. Plusieurs dirigeants et activistes d’un corps étudiant de gauche ont été blessés par la police.

    En outre, le communiqué publié par la direction de la police le 10 octobre contenait des éléments de diffamation des manifestants. Il a déclaré que certains secteurs essayaient d’utiliser la manifestation « pour servir leurs intérêts », en sapant l’ordre public et en « créant du chaos social ». La police a averti les manifestants d’éviter toute « activité anti-étatique » et a annoncé que la police s’engageait à assurer la paix et l’ordre interne à tout prix. Cette déclaration a provoqué la panique des manifestants, qui craignaient la répression.

    En plus de faire face à la répression policière, plusieurs femmes activistes, dont la dirigeante de l’Association des étudiants de gauche, qui ont participé au mouvement anti-viol, ont été menacées par téléphone et par Facebook Messenger. Certains des activistes ont également été menacés de poursuites pénales.

    Qu’est-il arrivé au mouvement depuis lors, la campagne s’est-elle arrêtée ?

    Après que les manifestations contre les viols et les agressions sexuelles se soient répandues dans tout le pays, la loi sur la prévention de la répression des femmes et des enfants a été modifiée. La peine de mort a été imposée comme la punition la plus sévère pour le viol. Auparavant, la peine maximale pour viol au Bangladesh était la prison à vie. La peine de mort n’était appliquée que dans les cas de viols collectifs ou de viols ayant entraîné la mort de la victime.

    En conséquence, les manifestations ont cessé, car beaucoup de gens pensaient que la peine de mort réduirait les crimes de viol. Cependant, de nombreuses défenseures des droits des femmes insistent sur le fait que la peine de mort n’est pas la solution et demandent une réforme approfondie du système juridique et davantage d’éducation pour lutter contre ce qu’elles considèrent comme une épidémie de violence à l’égard des femmes au Bangladesh.

    Que peut faire la communauté internationale pour soutenir le mouvement ?

    Suite aux différents cas de violences sexuelles et de viols commis contre les femmes, nous avons vu un important mouvement de protestation émerger dans le pays. Cependant, certains manifestants et activistes ont reçu des menaces pour avoir élevé la voix. La solidarité de la communauté internationale est essentielle pour ceux qui protestent contre les violations des droits humains et formulent des demandes justes.

    La société bangladaise est extrêmement patriarcale, et il y a eu de nombreuses tentatives au fil des années pour restreindre la vie et la voix des femmes. Le viol est une expression de ce contexte. Vivre en sécurité est un droit fondamental de chaque femme, et il est de la responsabilité de chaque citoyen, ainsi que de la communauté internationale, de garantir ce droit.

    L’espace civique au Bangladesh est classé « reprimé » par leCIVICUS Monitor. 

     

  • BANGLADESH: ‘Out of fear, people are being silent’

    CIVICUS speaks with Aklima Ferdows, who works with the Centre for Social Activism in Bangladesh, about civil society’s challenges and support needs in the face of a sustained government crackdown.

    Can you tell us about your background and work?

    I have a civil society background, working with civil society organisations (CSOs) for almost 10 years, mostly on advocacy and capacity development. I also have law background and voluntarily work with the Centre for Social Activism (CSA), whose work focuses mostly on the freedom of expression and protection of human rights defenders. CSA documents human rights violations and advocates for the rights of marginalised communities on the ground.

    What are the current challenges around the freedom of expression in Bangladesh?

    Bangladesh had a long struggle for freedom and finally got independence from Pakistan in 1971 after a nine-months’-long war. But unfortunately, although we achieved our independence, our freedom is not assured even after so many years of independence. For civil society workers, human rights defenders, journalists and citizens in general, there is an environment of fear and self-censorship in the country now. Out of fear, people are being silent or are speaking on relatively ‘softer issues’ such as the rights of poor people, women and children. Because of fear of reprisal, people are refraining from doing things they used to do or not protesting or speaking openly. People need to think several times before they speak and act.

    Social media and online content monitoring are becoming strict, and you can see the changes in social media use. People used to share various types of news, updates and their thoughts. Now they mostly use social media for sharing their personal stuff or family related activity. People also complain about their calls being recorded. There were efforts to make people register to use social media with their national identity document. Some websites and online portals have been banned, contents are blocked and there are occasional internet shutdowns and slowdowns, including during elections. We have had several killings of online activists in recent years. Other online activists have left the country or gone silent. People’s ability to express themselves freely and creatively is limited and people are more fearful about sharing their views with other people.

    As an example of how the freedom of expression is restricted, in August 2019 a local councillor filed a case in Khagrachari district of the Chittagong Hill Tracts area against one of the reporters of the Daily Star, a major daily newspaper, simply because the reporter had used the word ‘Indigenous’ in a report. The plaintiff alleged that the journalist had intentionally made a provocation to destroy peace in the hills in the report, titled, ‘Three Indigenous villages face land grabbing’. The police were ordered to investigate. Although the court dismissed the case, it showed how sensitive the authorities can be. The people living in the country's plains and hills have long been demanding constitutional recognition as Adibashi (‘Indigenous’ in English). The Press Information Department issued a release (reference no. 2,704) in March 2015 urging the media, experts, university teachers and civil society members to avoid that word in discussions and talk shows on the International Day of the World's Indigenous People. There is no legal barrier to using the word ‘Adibashi’ anywhere in the country, but it seems that we are trying to push a group of people in their own country into a status of denial.

    Eighty-three lawsuits were filed against the Daily Star’s editor, Mahfuz Anam, by plaintiffs across the country, in 56 districts, who were not personally aggrieved. The matter began on 3 February 2016 when the editor of a TV talk show made an introspective comment about a lapse in his editorial judgment in publishing reports, based on information given by the Taskforce Interrogation Cell during the rule of the 2007-2008 caretaker government, without being able to verify those independently. He was accused of defamation and sedition. The number of cases show how many people can be mobilised against one. Allegations and legal actions can be brought against anyone on the grounds that they are trying to instigate communal violence, hurt religious sentiment or cause law and order violations.

    What are the other key restrictions against civil society freedoms, and what are the impacts on civil society?

    People need to get permission from the local authorities to hold an assembly or gathering. This has become very strict now. In some cases, people don’t get permission and, in some instances, permission have been withdrawn at the last moment.

    Another source of fear is the disproportionate use of force by law enforcement agencies. It is being used against opposition parties and their related organisations, but also against civil society, garment workers, student groups and cultural activists. The police force is often aggressive and there is impunity. So, people are reluctant about organising collectively as they did before. There are clear, direct threats as well as intimidation and there are also smears. For example, anti-corruption campaigners have been accused of avoiding paying taxes. And then there are repressive laws, which affect the freedom of expression and other freedoms of the people.

    Cases are being brought to harass people under the Digital Security Act, passed in October 2018. The law brought in jail sentences to a maximum of three years or fines of 300,000 taka (approx. US$3,750), or both, for publishing or assisting in the publication of information that is offensive or is known to be false with the intention of tarnishing the image of the state, or spreading confusion, or sending or publishing information intended to annoy or humiliate someone. The punishments can be almost doubled for a second offence. Now anyone can claim that someone is spreading rumours or is humiliating someone else, even if they are just sharing news online without any intention of spreading confusion or humiliating someone.

    The law also brought in a sentence of seven years in jail for hurting religious sentiment and values, and there are sentences of up to 14 years in jail or 2,500,000 taka (approx. US$29,450) in fines, or both, for charges of computer spying or digital spying for collecting, preserving, or sending any secret documents through a computer, digital device, computer network, digital network, or any electronic form. Journalists fear that the provisions of this Act will work against conducting investigative journalistic work and compromise the quality and freedom of journalism in Bangladesh. Under an earlier law, the ICT Act of 2016, several cases were brought against activists, journalists and activists. Now the police don’t even need a warrant to take someone in for questioning; it can be done based on mere suspicion.

    Another key obstacle for civil society is the restriction of funding. This has been going on for some time. The Foreign Donations (Voluntary Activities) Regulation Act controls foreign funding for CSOs. There is also a funding shortage from foreign donors and development partners for rights advocacy programmes following the passing of the NGO Law and development partners have shifted their priorities to other regions. One of the provisions of the NGO law allows the NGO Affairs Bureau to suspend the registration of a CSO or to close it down if it makes any ‘derogatory’ remarks about the constitution or constitutional bodies.

    Any CSO or person receiving funding from a foreign entity must have permission. To get permission you need to give a copy of the proposal to the NGO Affairs Bureau, which sits in the prime minister’s office. Permission is sometimes withheld. Critics of civil society have occasionally raised concerns about some CSOs, alleging they could have links to terror financing, or that they are doing different work in the name of development. There is a fear that anything that doesn’t go well with the authorities could be blocked and the CSO denied funding.

    Then there is the new draft Volunteer Social Welfare Organizations (Registration and Control) Act of 2019. According to media reports, the draft says that all CSOs will have to register with the Ministry of Social Welfare, and any receiving foreign funding will also have to register with the NGO Affairs Bureau. CSOs cannot set up and operate unless they do so. Section 10 states that all CSOs will be able to work in only one district when they first register. After registration, CSOs can expand their scope of work, but only to five districts at a time. We have 64 districts, so this is the most restrictive.

    Section 14 requires CSOs to have an account with a state-owned bank and conduct all financial transactions via state-owned banks. It requires CSOs to submit their annual workplans, audit reports and activity reports. It also requires CSOS to submit tri-monthly bank statements to the local social welfare office and registration authorities. Section 11, in sub-sections 1 and 2, states that registrations must be renewed every five years, and failure to reregister or the refusal of registration will result in an organisation being dissolved.

    Incredibly, section 16 says that the government can expel the heads of CSOs and replace them with a government-appointed five-person committee and section 17 says that CSOs can be dissolved if they are believed to not be working in the best interests of the public or to have broken the law.

    According to the NGO Affairs Bureau, between March and June 2019, the government cancelled the registration of 197 CSOs.

    Civil society members are in a very tight situation now. They have become very cautious and are playing safe out of fear. If they don’t compromise, they might lose the funding they have and face threats. We are not seeing CSOs making many statements on human rights issues. Many CSOs are struggling for funding. There are some social movements starting up, working on issues such as the protection of natural resources and against gender-based violence, but they are being cautious about talking about gross human rights violations.

    What impacts did the December 2018 general election have on civil society?

    In advance, people felt a participatory election might not be held. I went out one day just to see how many posters in the vicinity were from the opposition. In my neighbourhood, I would say 99 per cent of the posters were of the ruling party candidate. Opposition party candidates and activists were not fully free to campaign, and the election was allegedly manipulated.

    Fears increased during the election, in which the ruling party won a landslide victory, because it confirmed the ruling party’s power. The ruling party has everything and after the election, we hardly hear the strong voice of opposition.

    What role is being played by student groups affiliated with ruling party?

    One of the main sources of attack are by the non-state actors linked to the ruling party, particularly its student and youth wing. Academic institutions such as universities are controlled by ruling party student activists. At protests, ruling party student groups work alongside law enforcement officers to attack people and harass them. This sometimes includes sexual harassment of women protesters.

    Given these challenges, what are the main support needs of Bangladeshi civil society?

    Bangladeshi civil society voices should be raised with unity and there is a need to raise concern about Bangladesh at the international level more and more. At the international level, the rights of the Rohingya refugees from Myanmar have received huge attention, which is necessary, but this should not be used to overshadow other human rights violations in the country.

    We also need security and protection initiatives for CSO members. Bangladeshi CSOs should be developing these but they do not have funding for this, and requests for security and protection in funding proposals do not get much attention. There is also a need to explore flexible funding for CSOs.

    There is a need for more solidarity actions with local civil society. Those few organisations that are still trying to defend human rights, and local and grassroots groups, urgently need solidarity.

    Civic space in Bangladesh is rated as ‘repressed’ by theCIVICUS Monitor.

     

  • COP26 : « Mon espoir est que les gens se rassemblent pour demander justice »

    Mitzi Jonelle TanÀ la veille de la 26ème Conférence des Parties des Nations Unies sur le changement climatique (COP26), qui se tiendra à Glasgow, au Royaume-Uni, du 31 octobre au 12 novembre 2021, CIVICUS a interrogé des militants, des dirigeants et des experts de la société civile sur les défis environnementaux auxquels ils sont confrontés dans leur contexte, les actions qu’ils entreprennent pour y faire face et leurs attentes pour le sommet à venir.

    CIVICUS s’entretient avec Mitzi Jonelle Tan, une jeune militante pour la justice climatique basée à Metro Manila, aux Philippines, membre des Young Climate Champions Philippines et participante active du mouvement international Fridays for the Future.

    Quel est le principal problème climatique dans votre communauté ?

    Les Philippines subissent de nombreux impacts du changement climatique, qu’il s’agisse de sécheresses plus longues et plus chaudes ou de typhons plus fréquents et plus intenses. Outre ces impacts climatiques - auxquels nous n’avons pas été capables de nous adapter et qui nous laissent sans soutien pour faire face aux pertes et aux dommages - nous sommes également confrontés à de nombreux projets destructeurs de l’environnement, souvent entrepris par des multinationales étrangères, que notre gouvernement autorise et même encourage.

    Young Climate Champions Philippines, la version philippine de Fridays for Future, milite pour la justice climatique et pour que les voix des personnes issues des communautés les plus touchées soient entendues et amplifiées. Je suis devenue militante en 2017, après avoir travaillé avec des leaders autochtones aux Philippines, car ce travail m’a fait prendre conscience que la seule façon de parvenir à une société plus juste et plus verte est une action collective menant à un changement systémique.

    Avez-vous été confrontée à des réactions négatives face au travail que vous réalisez ?

    Oui, comme pour toute personne qui s’élève contre l’injustice et l’inaction, notre gouvernement, par l’intermédiaire de ses agents rémunérés, désigne les militants comme des terroristes : pour résumer, il nous traite de terroristes pour avoir demandé des comptes et poussé au changement. Être militant du climat s’accompagne toujours de la peur aux Philippines, le pays qui, pendant huit années consécutives, a été classé comme le plus dangereux d’Asie pour les défenseurs et militants de l’environnement. Nous ne vivons plus seulement avec la peur des impacts climatiques, mais aussi avec celle que la police et les forces de l’État s’en prennent à nous et nous fassent disparaître.

    Comment établissez-vous des liens avec le mouvement international pour le climat ?

    Je collabore beaucoup avec la communauté internationale, en particulier par le biais de Fridays for Future - MAPA (Most Affected Peoples and Areas), l'un des groupes de Fridays for Future dans le Sud. Nous y parvenons en ayant des conversations, en apprenant les uns des autres et en élaborant des stratégies conjointes, tout en nous amusant. Il est important que le mouvement mondial des jeunes soit très bien mis en réseau, uni et solidaire, afin de s’attaquer réellement au problème mondial de la crise climatique.

    Quels sont vos espoirs que la COP26 débouche sur des progrès, et quelle utilité voyez-vous à de tels processus internationaux ?

    Mon espoir ne réside pas dans les soi-disant dirigeants et politiciens qui se sont adaptés au système et l’ont géré pendant des décennies au profit d’une minorité, généralement issus du Nord global. Mon espoir repose sur les gens : sur les militants et les organisations de la société civile qui s’unissent pour réclamer justice et dénoncer le fait que le système axé sur le profit qui nous a conduits à cette crise n’est pas celui dont nous avons besoin pour en sortir. Je pense que la COP26 est un moment crucial et que ce processus international doit être utile, car nous en avons déjà eu 24 qui n’ont pas donné grand-chose. Ces problèmes auraient dû être résolus lors de la première COP et, d’une manière ou d’une autre, nous devons veiller à ce que cette COP soit utile et débouche sur des changements significatifs, et non sur de nouvelles promesses vides.

    Quels changements souhaiteriez-vous voir se produire pour commencer à résoudre la crise climatique ?

    Le seul changement que je demande est un grand changement : un changement de système. Nous devons changer ce système qui donne la priorité à la surexploitation du Sud et des peuples marginalisés au profit du Nord et de quelques privilégiés. Un développement bien compris ne devrait pas être basé sur le PIB et la croissance éternelle, mais sur la qualité de vie des gens. C’est possible, mais seulement si nous nous attaquons à la crise climatique et à toutes les autres injustices socio-économiques qui en sont la cause.

    L’espace civique auxPhilippines est classé « réprimé »par leCIVICUS Monitor.
    Contactez les Young Climate Champions Philippines via leursite web ou leur pageFacebook, et suivez Mitzi Jonelle surTwitter etInstagram. 

     

  • CORÉE DU SUD : « Les activistes et déserteurs nord-coréens subissent une pression croissante pour les faire taire »

    Ethan Hee Seok ShinCIVICUS s'entretient avec Ethan Hee-Seok Shin, analyste juridique pour le Transitional Justice Working Group (TJWG), une organisation de la société civile (OSC) basée à Séoul et fondée par des défenseurs des droits humains et des chercheurs de cinq pays. Créée en 2014, elle est la première OSC basée en Corée qui se concentre sur les mécanismes de justice transitionnelle dans les régimes les plus répressifs du monde, y compris la Corée du Nord. Le TJWG poursuit l'objectif de développer des méthodes pratiques pour lutter contre les violations massives des droits humains et promouvoir la justice pour les victimes avant et après la transition. Ethan travaille au Central Repository Project du TJWG, qui utilise une plate-forme sécurisée pour documenter et faire connaître les cas de disparitions forcées en Corée du Nord. Il utilise des actions législatives et juridiques pour sensibiliser à la situation des droits humains en Corée du Nord.

     

    Pouvez-vous nous parler du travail que font les groupes de la société civile sud-coréenne sur les droits humains en Corée du Nord ?

    Il existe un éventail assez large d'OSC travaillant sur les questions des droits humains en Corée du Nord. TJWG a travaillé pour ouvrir la voie à la justice transitionnelle en Corée du Nord, remplissant sa mission principale, la documentation des droits humains.

    Le projet phare du TJWG a abouti à la publication d'une série de rapports sur les exécutions publiques en Corée du Nord, sur la base d'entretiens avec des personnes en fuite vivant maintenant en Corée du Sud. Nous enregistrons les informations géo-spatiales des sites de tuerie, des lieux de sépulture et des lieux de stockage des enregistrements, tels que les tribunaux et les établissements chargés de l'application de la loi, en demandant à nos personnes interrogées d'identifier les emplacements sur Google Earth. La première édition du rapport a été publiée en juillet 2017 et reposait sur 375 entretiens, et la deuxième édition a été lancée en juin 2019, à la suite de 610 entretiens.

    Nous sommes également en train de constituer une base de données en ligne, FOOTPRINTS, qui enregistre les enlèvements et les disparitions forcées commis en Corée du Nord et par la Corée du Nord. La plateforme utilise Uwazi, une technologie gratuite et open source qui permet d'organiser, d'analyser et de publier des documents, développée par l'OSC HURIDOCS. Une fois rendu public, FOOTPRINTS offrira une plate-forme facilement accessible et de recherche simple pour retrouver les personnes capturées et disparues en Corée du Nord.

    Outre le travail de documentation et d'établissement de rapports, nous avons été activement impliqués dans des initiatives de plaidoyer nationales et internationales. En collaboration avec d'autres OSC des droits humains, le TJWG a rédigé et présenté une lettre ouverte exhortant l'Union européenne à renforcer le libellé et les recommandations des résolutions annuelles sur les droits humains adoptées par l'Assemblée générale des Nations Unies (ONU) et le Conseil des droits de l’Homme sur la Corée du Nord. Nous avons également présenté des cas au Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire, au Groupe de travail des Nations Unies sur les disparitions forcées ou involontaires et à d'autres experts des droits humains des Nations Unies.

    En juillet 2020, le gouvernement sud-coréen a révoqué l'enregistrement de deux OSC et a publié un avis d'examen administratif et d'inspection aux groupes « dirigés par des fugitifs » axés sur les droits humains en Corée du Nord. Pourquoi ces groupes sont-ils ciblés ?

    Le catalyseur direct a été les provocations nord-coréennes de juin 2020. Le 4 juin, Kim Yo-Jong, sœur du guide suprême Kim Jong-Un et premier directeur adjoint du département du Comité central du Parti des travailleurs de Corée, a critiqué les « brochures anti-RPDC » [République populaire démocratique de Corée] distribuées en Corée du Nord par des « fugitifs de Corée du Nord » et a menacé d’arrêter le tourisme sur le mont Kumgang, de démolir complètement la région industrielle de Kaesong, de fermer le bureau de liaison intercoréen, et de résilier l'accord militaire de 2018 qui créait des zones tampons démilitarisées, tout ce à moins que les autorités sud-coréennes ne prennent « des mesures appropriées ».

    Quatre heures seulement après le bombardement matinal de Kim Yo-Jong, le Ministère sud-coréen de l'Unification (MOU) a annoncé qu'il préparerait un projet de loi interdisant la distribution de tracts en Corée du Nord. C'était un changement radical dans la position de longue date du gouvernement, qui avait constamment contourné une telle législation par crainte de violer la liberté d'expression.

    Le 10 juin 2020, le MOU a annoncé qu'il déposerait des accusations criminelles contre Park Sang-Hak et Park Jung-Oh, deux fugitifs nord-coréens, pour violation de l'article 13 de la loi sur l'échange et la coopération intercoréennes, qui doit être approuvée avant tout échange intercoréen de marchandises, et qu'il révoquerait la reconnaissance juridique de leurs organisations, Fighters For Free North Korea (FFNK) et KuenSaem, pour l'envoi de brochures en Corée du Nord par l'utilisation de montgolfières et des bouteilles en PET pleines de riz jetées dans les courants océaniques, tel qu’ils l’ont fait le 31 mai 2020.

    Alors que le gouvernement nord-coréen a finalement atténué sa rhétorique, le gouvernement sud-coréen a commencé à sévir contre les organisations de défense des droits humains et les groupes de déserteurs nord-coréens, considérés comme un obstacle à la paix intercoréenne.

    Le 29 juin 2020, le MOU a tenu une audience et le 17 juillet il s'est appuyé sur l'article 38 du Code civil, vestige de l'époque autoritaire, pour annoncer la révocation de la reconnaissance légale de la FFNK et de KuenSaem pour avoir enfreint les conditions d’obtenir un statut juridique en entravant gravement la politique de réunification du gouvernement, en distribuant des brochures et des articles en Corée du Nord au-delà des objectifs déclarés de sa charte et en fomentant des tensions dans la péninsule coréenne.

    Le protocole d'entente a également lancé des « inspections commerciales » d'autres groupes nord-coréens de défense des droits humains et de transfert et de réinstallation, parmi les plus de 400 associations reconnues avec l'autorisation du protocole d'accord, peut-être en vue de révoquer leur reconnaissance légale. Le 15 juillet 2020, la North Korean Defectors Association a reçu un avis du MOU lui indiquant qu'elle serait inspectée pour la première fois depuis sa reconnaissance en 2010. Le lendemain, les autorités du MOU ont informé les journalistes qu'elles procéderaient d'abord à des inspections commerciales sur 25 groupes nord-coréens de soutien et d'implantation et de défense des droits humains, 13 d'entre eux dirigés par des transfuges nord-coréens, et que d'autres seraient inspectés à l'avenir. Tout en reconnaissant que la question des brochures avait déclenché les inspections, le protocole d'entente a ajouté que les inspections commerciales ne seraient pas limitées aux personnes impliquées dans la campagne de distribution de brochures.

    Combien de groupes ont été inspectés après les annonces ?

    En raison du tollé national et international sur la nature manifestement discriminatoire des inspections des groupes de défense des droits humains et des personnes évadées de Corée du Nord, le mémorandum d'accord a quelque peu modéré son approche et a commencé tardivement à faire valoir qu'il vérifiait toutes les OSC enregistrées dans le cadre du PE.

    Le 6 octobre 2020, le protocole d'entente a déclaré aux journalistes qu'il avait décidé d'inspecter 109 OSC, sur un total de 433, en raison qu’elles n’avaient pas soumis leurs rapports annuels, ou que les documents soumis étaient incomplets. Selon les informations fournies, 13 des 109 groupes à inspecter sont dirigés par des personnes qui ont fui la Corée du Nord; 22 (dont 16 qui travaillent sur les droits humains en Corée du Nord et la relocalisation des déserteurs, cinq qui travaillent dans le domaine social et culturel et un qui travaille dans le domaine de la politique d'unification) ont déjà été inspectés et aucun n'a révélé de motifs sérieux de se voir retirer la reconnaissance; et le protocole d'entente prévoit d'achever l'inspection des 87 OSC restantes d'ici la fin de 2020.

    En tout état de cause, le gouvernement semble avoir déjà atteint son objectif de signaler clairement à la Corée du Nord qu'il est prêt à répondre à ses demandes en échange de liens plus étroits, quitte à sacrifier certains principes fondamentaux de la démocratie libérale. Le gouvernement a également envoyé un signal clair au transfuge nord-coréen et aux groupes de défense des droits humains, qui a eu l'effet dissuasif auquel on pourrait s'attendre.

    Comment la société civile a-t-elle répondu à ces initiatives gouvernementales ?

    Malheureusement, la société civile sud-coréenne est aussi polarisée que sa politique. Les progressistes actuellement au gouvernement perçoivent les conservateurs comme les héritiers illégitimes des collaborateurs du régime colonial japonais de 1910-1945 et du régime autoritaire postindépendance, en vigueur jusqu'en 1987. L’ancien président progressiste, Roh Moo-Hyun, au pouvoir entre 2003 et 2008, s'est suicidé en 2009 lors d'une enquête pour corruption à son encontre, généralement considérée comme politiquement motivée, menée par son successeur conservateur. L'actuel président, Moon Jae-In, a été élu en 2017, au milieu d'une vague d'indignation publique face à la destitution de son prédécesseur de droite pour corruption et abus de pouvoir.

    La plupart des OSC sont dominées par des progressistes qui s’alignent politiquement avec le gouvernement actuel de Moon. Les progressistes sont relativement favorables à l'agenda des droits humains, mais restent généralement silencieux en ce qui concerne les droits humains en Corée du Nord, étant donné leur attachement au rapprochement intercoréen. Les mêmes personnes qui parlent haut et fort des « femmes de réconfort » japonaises soumises à l'esclavage sexuel par le Japon impérial avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, ou des outrages de l'ère autoritaire, ignorent les outrages actuels, à savoir les atrocités nord-coréennes au nom de la réconciliation nationale.

    La plupart des groupes de défense des droits humains nord-coréens sont structurés autour de déserteurs nord-coréens et d'églises chrétiennes de droite politique qui caractérisent passionnément les gauchistes comme des marionnettes nord-coréennes. Beaucoup adoptent également une position hostile sur d'autres questions contemporaines des droits humains, telles que les droits des personnes LGBTQI+, ce qui est assez ironique étant donné que le juge australien Michael Kirby, auteur principal du rapport de l'ONU qui en 2014 a condamné les violations graves des droits humains en Corée du Nord en tant que crimes contre l'humanité, est homosexuel.

    Les OSC établies, pour la plupart progressistes, n'ont pas été ciblées par le gouvernement dirigé par le président Moon ; au contraire, des personnalités éminentes de la société civile ont été nommées ou élues à divers postes ou ont reçu de généreuses subventions. Il y a ceux qui expriment en privé leur consternation et leur inquiétude face aux tendances illibérales du gouvernement, mais peu de gens sont prêts à soulever la question publiquement en raison de la profonde polarisation politique.

    L'espace de la société civile - structuré par les libertés d'association, de réunion pacifique et d'expression - devient-il plus restrictif sous l'actuel gouvernement sud-coréen ?

    Le gouvernement Moon a montré des tendances inquiétantes et illibérales envers les groupes qui, selon lui, se dressent sur son chemin, tels que les groupes nord-coréens de défense des droits humains et les transfuges, qui font face à une pression croissante pour garder le silence et cesser leur travail de plaidoyer.

    Le président Moon a rouvert le dialogue avec le gouvernement nord-coréen pour établir des relations pacifiques, neutraliser la menace nucléaire venant du Nord et ouvrir la voie au regroupement familial, entre autres objectifs louables.

    Cependant, conjointement au président américain Donald Trump, le président Moon a utilisé une stratégie diplomatique qui minimise le souci des droits humains. En particulier, ni la déclaration de Panmunjom de 2018 entre la Corée du Nord et la Corée du Sud ni la déclaration conjointe publiée après le sommet Trump-Kim de 2018 à Singapour ne mentionnent les violations flagrantes des droits humains commises par la Corée du Nord.

    Dans les semaines qui ont précédé la rencontre du président Moon avec le dirigeant nord-coréen Kim à Panmunjom, il a été signalé que les activistes nord-coréens étaient empêchés de mener leur activisme. En octobre 2018, la Corée du Sud s'est conformée à la demande de la Corée du Nord d'exclure un journaliste déserteur de la couverture d'une réunion en Corée du Nord. Le 7 juillet 2019, deux déserteurs, des pêcheurs présentés comme des tueurs fugitifs, ont été livrés en Corée du Nord cinq jours après leur arrivée et sans même maintenir l'apparence d'une procédure régulière.

    Le gouvernement Moon a également eu recours à des tactiques illibérales contre d'autres opposants présumés. Un homme qui, le 24 novembre 2019, avait accroché une affiche se moquant du président Moon en le qualifiant de « chien de poche de Xi Jinping » (faisant référence au président chinois) sur le campus de l'université Dankook, a été inculpé et le 23 juin 2020, le tribunal lui a infligé une amende pour « intrusion dans un bâtiment », conformément à l'article 319 (1) du Code pénal, alors que les autorités universitaires avaient clairement indiqué qu'elles ne souhaitaient pas porter plainte contre lui pour cet exercice de leur liberté d’expression. Beaucoup ont critiqué le processus pénal et la condamnation comme un retour aux vieux jours militaires.

    Le gouvernement a également pris des mesures pour exercer un contrôle croissant sur les procureurs. Le ministre de la Justice Choo Mi-ae a attaqué des procureurs qui ont osé enquêter sur des allégations de corruption et d'abus de pouvoir contre le gouvernement, alléguant l'existence d'un complot visant à saper le président Moon.

    Une autre tendance inquiétante est la tactique populiste des politiciens du parti au pouvoir, et du législateur Lee Jae-jung en particulier, d'utiliser Internet pour inciter leurs partisans à s'engager dans des actions de cyber-intimidation contre les journalistes.

    Que peut faire la communauté internationale pour soutenir les groupes attaqués ?

    En avril 2020, le parti au pouvoir a remporté les élections législatives, obtenant une écrasante majorité, remportant 180 sièges sur 300, grâce à son succès relatif à la contention de la pandémie de la COVID-19. L'opposition est désorganisée. Plutôt que de l'appeler à l'humilité, tout cela a enhardi le gouvernement, de sorte que ses tendances illibérales risquent de perdurer. En raison de la forte polarisation politique, il est peu probable que les politiciens du parti au pouvoir et leurs partisans prêtent beaucoup d'attention aux critiques internes.

    C’est pourquoi la voix de la communauté internationale sera essentielle. Il est beaucoup plus difficile pour le gouvernement d'ignorer les préoccupations soulevées par les OSC internationales et de les écarter comme des attaques à motivation politique. Une déclaration conjointe ou une lettre ouverte dirigée par CIVICUS serait utile pour transmettre fermement le message que les droits humains en Corée du Nord concernent réellement la communauté internationale.

    En outre, la Corée du Sud soumettra prochainement son cinquième rapport périodique au Comité des droits de l’Homme des Nations Unies, élaboré en fonction de la liste de points à traiter préalables à la soumission des rapports. Étant donné que les questions et préoccupations concernant la Corée du Nord ne sont pas incluses dans cette liste, il serait utile que les OSC internationales unissent leurs forces pour les inclure dans la discussion orale avec les membres du Comité des droits de l’Homme et dans leurs observations finales.

    À court terme, des visites en Corée du Sud du Rapporteur spécial des Nations Unies sur la promotion et la protection du droit à la liberté d'opinion et d'expression, du Rapporteur spécial sur le droit à la liberté de réunion pacifique et d'association et du Rapporteur spécial sur la situation des défenseurs des droits humains seraient d’excellentes occasions d’internationaliser la question et de faire pression sur notre gouvernement.

    Même les progressistes pourraient soutenir une réforme de la loi obsolète sur l'enregistrement des OSC, par exemple, par intérêt personnel, si non pas par principe, en cas de changement de gouvernement.

    L'espace civique en Corée du Sud est classé « étroit » par leCIVICUS MonitorContactez le Groupe de travail sur la justice transitionnelle via sonsite Web ou sa pageFacebook, et suivez@TJWGSeoul sur Twitter.

     

     

  • HONG KONG : « La loi sur la sécurité nationale viole la liberté d’expression et intensifie l’autocensure »

    CIVICUS s’entretient avec Patrick Poon, chercheur indépendant sur les droits humains, de la situation des droits humains à Hong Kong à la suite de l’adoption d’une nouvelle loi sur la sécurité nationale (LSN) en juin 2020. Patrick est un chercheur en doctorat à l’Université de Lyon en France,a précédemment travaillé comme chercheur sur la Chine à Amnesty International, et a occupé différents postes au sein du China Human Rights Lawyers Concern Group, du Independent Chinese PEN Center et du China Labor Bulletin.

    L’espace civique à Hong Kong est de plus en plus assiégé depuis le début d’une vague demanifestations de masse pour les libertés démocratiques en juin 2019, déclenchée par l’introduction d’un projet de loi sur l’extradition. LeCIVICUS Monitor a documenté l’usage excessif et mortel de la force contre les manifestants par les forces de sécurité, l’arrestation et la poursuite d’activistes pro-démocratie, ainsi que des attaques contre les médias indépendants.

     

  • INDE : « Les organisations de la société civile qui osent dire la vérité au pouvoir sont attaquées »

    Mrinal SharmaCIVICUS s’entretient avec Mrinal Sharma, avocate et chercheuse en droits humains, sur l’état des libertés civiques en Inde. Mrinal travaille à aider les défenseurs des droits humains détenus illégalement et les demandeurs d’asile, les réfugiés et les apatrides en Inde. Elle a travaillé comme conseillère politique à Amnesty International Inde jusqu’à ce que le gouvernement indien ait obligé l’organisation à fermer en octobre 2020. Son travail avec Amnesty s’est concentré sur les personnes arbitrairement privées de leur nationalité en Assam, les obstacles à l’accès à la justice au Cachemire et la diabolisation des minorités dans l’Inde. Mrinal avait auparavant travaillé avec la Commonwealth Human Rights Initiative et le Refugee Solidarity Network.

     

  • INDONÉSIE : « Les militants pro-indépendance pacifiques risquent d'être qualifiés de terroristes »

    CIVICUS s’entretient avec Samuel Awom, coordinateur du groupe de défense des droits humains KontraS Papua, qui surveille les violations des droits humains, défend les victimes et œuvre pour la paix en Papouasie. KontraS Papua est basé à Jayapura, la capitale de la Papouasie, et surveille la situation des droits humains dans toute la région de Papouasie.

     

  • JAPON : « La vulnérabilité des sans-abri est le résultat de l’exclusion, une réalité ancrée dans la société contemporaine »

    CIVICUS s’entretient avec Tsubasa Yuki, duCentre de soutien à la vie indépendante de Moyai, sur la situation des personnes sans domicile pendant la pandémie de COVID-19 au Japon. Fondé en 2001, le Centre Moyai soutient les sans-abri en créant un espace communautaire et en fournissant des conseils et des garanties de loyer pour ceux qui cherchent un logement.

    Au Japon, il est illégal de faire la manche dans la rue et les sans-abri suscitent peu de sympathie, car ils sont souvent considérés comme des personnes fuyant les dettes qu’ils ont contractées en jouant à des jeux de hasard. À Tokyo, les préparatifs des Jeux olympiques, initialement prévus pour 2020 mais désormais reportés à 2021, ont entraîné le démantèlement de tentes pour sans-abri situées près des gares et des parcs. Dans le contexte de la pandémie de COVID-19, le Centre Moyai a lancé une pétition en ligne pour demander aux organisateurs des Jeux olympiques de Tokyo et au gouvernement de la ville l’autorisation d’utiliser le village olympique comme refuge pour les sans-abri.

    Tsubasa Yuki

    Pouvez-vous nous parler du travail du Centre de soutien à la vie indépendante de Moyai ?

    Nous avons trois types de programmes d’aide aux personnes sans domicile, dont la plupart ne leur sont pas exclusivement destinés. Premièrement, nous avons un service de conseil, nommé Seikatsu-Soudan. Chaque mardi, une vingtaine de personnes se rendent dans nos bureaux à la recherche d’un soutien immédiat. Dans de nombreux cas, il s’agit de personnes complètement démunies qui ont besoin d’une aide publique. Nous leur donnons alors des informations précises sur les services d’aide sociale et les aidons à préparer leurs demandes d’aide.

    Deuxièmement, nous donnons des garanties de loyer aux sans-abri qui cherchent un logement. Après avoir demandé l’aide publique, ces personnes sont souvent envoyées dans des refuges, avant de commencer à chercher des appartements, et c’est là que nous intervenons. En tout, nous avons fourni des garanties de loyer à plus de 2 000 personnes. Récemment, cependant, les assurances émises par des sociétés privées sont devenues plus courantes. Nous recommandons donc aux personnes qui sollicitent notre aide d’utiliser ces assurances si elles le peuvent, et il arrive souvent que nos représentants laissent leur numéro de téléphone comme contact d’urgence lorsqu’elles font une demande d’assurance privée.

    Troisièmement, nous avons un espace communautaire. Bien souvent, même après avoir obtenu un logement, les personnes qui auparavant étaient sans-abri n’ont nulle part où aller lorsqu’elles veulent sortir. C’est pourquoi nous avons créé un café, le Café Komorebi, qui est ouvert tous les samedis. Il est géré par notre personnel et de nombreux bénévoles, parmi lesquels des anciens sans abri. Malheureusement, le café est actuellement fermé en raison de la pandémie de COVID-19.

    Quelle était la situation des sans-abri au Japon avant la pandémie ?

    Certaines tendances se dégagent. À Tokyo, et probablement dans d’autres villes japonaises, on compte au moins 1 000 personnes qui dorment dans la rue, dont la plupart sont des hommes relativement âgés, de 55 ans en moyenne. Elles survivent en combinant généralement plusieurs stratégies d’adaptation : elles trouvent des petits boulots ou d’autres occupations informelles, font les poubelles pour trouver de la nourriture ou mangent à la soupe populaire. Dans la capitale, le gouvernement métropolitain de Tokyo (GMT) dispose d’un programme d’emploi public dans le cadre duquel les personnes qui dorment dans la rue peuvent gagner un revenu mensuel en espèces de 20 000 yens (environ 190 dollars américains). Ces personnes sont pour la plupart des hommes seuls, mais beaucoup d’entre elles font partie d’une sorte de communauté dans laquelle elles partagent des informations utiles et, plus rarement, des opportunités d’emploi.

    Outre les personnes qui dorment dans la rue, au moins 4 000 autres passent la nuit dans des cybercafés et autres espaces clos. Beaucoup d’entre eux travaillent dans les secteurs les plus précaires, généralement en tant que personnel d’entretien ou de sécurité, ouvriers du bâtiment ou employés des transports. Même si leur situation semble plus sûre que celle des personnes qui dorment dans la rue, la vérité est tout autre : les cybercafés sont compartimentés et les isolent donc des autres, si bien qu’elles n’ont généralement pas de communauté d’appartenance.

    Quels défis particuliers doivent relever les sans-abri pendant la pandémie ?

    Le défi le plus évident résulte du fait que de nombreuses organisations confessionnelles et communautaires ainsi que d’autres groupes ont suspendu les soupes populaires par crainte de propager le virus. Une telle décision a nui à la capacité des personnes qui dorment dans la rue à se nourrir suffisamment et à obtenir les informations nécessaires sur le virus et les services publics à leur disposition.

    En outre, les services publics de l’emploi ont été supprimés en avril 2020. Par conséquent, les personnes qui dorment dans la rue ont perdu leur principale source de revenus. Les revenus en espèces provenant du secteur informel de l’économie, notamment de la collecte et du tri des déchets, ont diminué en raison des mesures de confinement.

    En avril, le GMT a demandé aux entreprises du secteur des services de suspendre leurs activités. Les cybercafés et autres établissements similaires ont également été priés de cesser leurs activités. Bien qu’elles ne soient pas légalement tenues de le faire, de nombreuses entreprises ont décidé d’appliquer ces mesures. Ainsi, les personnes qui dormaient dans les cybercafés ont perdu leur abri. Nombre d’entre elles ont également perdu leur emploi et leurs revenus en raison du déclin économique provoqué par les politiques de quarantaine.

    Comment le Centre Moyai et les autres organisations de la société civile (OSC) ont réagi à la situation ?

    De nombreuses OSC ont également dû suspendre leurs activités. Nous avons fermé notre café en avril 2020, mais dans le même temps, nous avons étendu notre service de conseil. Actuellement, en plus de poursuivre notre service de conseil du mardi avec l’aide d’une autre OSC, nommée Shinjuku Gohan Plus, nous avons créé une soupe populaire. Rien qu’en avril, nous avons distribué plus de 600 repas et conseillé plus de 150 personnes.

    En plus de fournir des services directement aux personnes dans le besoin, nous avons lancé une pétition pour être autorisés à utiliser le village olympique préparé pour les Jeux olympiques de Tokyo de 2021 comme abri pendant la pandémie de COVID-19. À ce jour, la pétition a recueilli plus de 50 000 signatures.

    Pendant la pandémie, le GMT a mis 2 000 chambres d’hôtel à la disposition des personnes qui avaient été chassées des cybercafés, dont plus de 800 personnes ont profité. Mais nous ignorons encore si cette politique sera prolongée au-delà de l’état d’urgence. Le village olympique pourrait potentiellement loger ces personnes dans le futur.

    En juillet et août 2020, il y aura des élections pour le GMT. Nous tentons de remédier à la pénurie d’abris décents pour les personnes sans domicile en plaçant cette question en tête de l’ordre du jour de la prochaine élection du gouverneur de Tokyo. Cette question est en lien avec les Jeux olympiques et la COVID-19 et retient donc l’attention de nombreuses personnes à Tokyo et ailleurs. Nous avons donc l’intention de soumettre une pétition et une lettre ouverte aux candidats à cette élection. Ils seront ensuite obligés d’exprimer leur opinion sur la question des sans-abri à Tokyo.

    Toutefois, nous avons conscience du fait que toutes ces solutions ne sont que temporaires. Les hôtels et le village olympique seraient au mieux des abris temporaires. La prochaine étape pour nous est d’aider les sans-abri à obtenir un logement, c’est-à-dire un appartement bien à eux. Il s’agit-là d’un défi, même pour ceux qui ont réussi à demander et à recevoir une aide publique. Nous essayons de les contacter et de les soutenir dans leur recherche d’appartement.

    Mais les OSC ne peuvent y parvenir seules. La transition de ces personnes des abris vers des appartements ne peut se faire avec succès qu’avec la collaboration de propriétaires et de gestionnaires consciencieux et volontaires. Le prochain objectif des OSC et des entités publiques doit donc être de gagner leur soutien.

    Quels enseignements avez-vous tirés jusqu’à présent de la pandémie de COVID-19 et de son incidence sur les sans-abri ?

    La situation actuelle a montré que les soupes populaires et autres activités bénévoles jouent un rôle essentiel en tant que centres d’information pour les personnes sans domicile, et surtout pour celles qui dorment dans la rue. Ces personnes ont peu d’accès aux informations essentielles sur la COVID-19 et sur les politiques et les services liés à la pandémie. Certaines se tiennent informées grâce à la radio ou aux journaux, mais les personnes qui dorment dans la rue n’y ont pas toujours accès. Par conséquent, les activités bénévoles représentent pratiquement la seule source d’informations fiables à laquelle bon nombre d’entre elles ont accès.

    En outre, s’il peut sembler évident que les sans-abri sont particulièrement vulnérables lors de catastrophes, il convient de noter que ces personnes, ainsi que celles qui occupent des emplois précaires, ont été les premières et les plus durement touchées par la pandémie. Les mesures de quarantaine sont peut-être les stratégies les plus efficaces contre la pandémie, mais elles impliquent que les gens disposent d’un logement sûr et d’une certaine somme d’argent mise de côté. Pour ceux qui ne disposent ni d’économies, ni d’un logement ou d’un emploi sûr, il est presque impossible de se conformer aux mesures. En outre, les sans-abri ne peuvent prétendre à aucune des formes d’indemnisation ou de revenu complémentaire temporaire dont bénéficient les autres personnes. La vulnérabilité des personnes sans domicile est le résultat de l’exclusion, qui est ancrée dans la société japonaise contemporaine.

    L’espace civique au Japon est classé comme « rétréci » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez le Centre Moyai via sonsite web.

     

  • KAZAKHSTAN : « La quarantaine est devenue une sorte de prétexte du gouvernement pour persécuter la société civile »

    CIVICUS s’entretient avec Asya Tulesova, une défenseuse des droits civiques et environnementaux du Kazakhstan. Le 8 juin 2020, Asya a été arrêtée et détenue après avoir participé à une manifestation pacifique dans la ville d’Almaty. Elle a été libérée le 12 août 2020, mais en liberté conditionnelle. Le cas d’Asya faisait partie de la campagne de CIVICUS #StandAsMyWitness, lancée le 18 juillet, à l’occasion de la journée de Nelson Mandela, pour demander la libération des défenseurs des droits humains qui sont emprisonnés, persécutés ou harcelés pour avoir défendu la liberté, les droits et la démocratie et exposé la corruption des gouvernements et des sociétés multinationales.

    Asya Tulesova

    Pourriez-vous nous parler un peu de votre histoire et de votre militantisme en faveur de l’environnement ?

    Ces dernières années, j’ai travaillé pour une organisation de la société civile, la Common Sense Civic Foundation, axée sur le développement communautaire. Nous travaillons sur des projets environnementaux et éducatifs visant à améliorer la qualité de vie des communautés locales. En 2015, nous avons lancé notre projet de surveillance de la qualité de l’air à Almaty dans le but de donner à la population l’accès à des informations gratuites et actualisées sur la qualité de l’air dans la ville. Le projet a considérablement amélioré la compréhension des gens sur l’importance de la question.

    Quand je me suis rendu compte que la qualité de l’air était une question politique, j’ai essayé de me présenter au conseil municipal. Toutefois, ma candidature a été rejetée en raison de légères divergences dans mes déclarations d’impôts. Ce même raisonnement a été utilisé pour exclure des centaines de candidats se présentant comme indépendants dans tout le Kazakhstan. Nous avons intenté un procès contre la commission électorale centrale, mais nous n’avons pas réussi à convaincre le tribunal de rétablir ma candidature, même si nous avions toutes les preuves à l’appui de ma demande. Mon cas est actuellement examiné par le Comité des droits de l’homme des Nations unies.

    Nous poursuivons notre activisme environnemental en publiant des articles, en effectuant des recherches sur la pollution de l’air, en participant à des événements publics et en organisant des débats publics sur la question. En avril 2019, mon collègue militant Beibarys Tolymbekov et moi-même avons été arrêtés pour avoir tenu une banderole lors du marathon annuel d’Almaty ; nos amis Aidos Nurbolatov, Aigul Nurbolatova et Suinbike Suleimenova ont été condamnés à une amende pour nous avoir filmés en train de tenir la banderole. En tant que membres d’un mouvement de jeunes militants, nous voulions attirer l’attention des gens sur l’injustice des prochaines élections présidentielles et le manque de candidats indépendants. Beibarys et moi avons été placés en détention administrative pendant 15 jours. Pendant ma détention, j’ai entamé une grève de la faim pour protester contre la décision du tribunal, et à un moment donné, ma codétenue m’a donné un coup de poing dans le ventre car je refusais de me conformer à sa demande de mettre fin à ma grève de la faim. Notre arrestation a donné lieu à une série de manifestations dans tout le pays et à une augmentation de la participation politique des jeunes. Nous avons poursuivi nos efforts avec l’objectif d’attirer davantage de candidatures indépendantes à la compétition électorale.

    Le statut d’activiste au Kazakhstan est associé à un certain degré de pression constante de la part du gouvernement et des autorités chargées de l’application de la loi. De nombreux militants et défenseurs des droits humains, ainsi que des journalistes, vivent sous une surveillance intense et font l’objet d’une surveillance et d’une intimidation constantes de la part des forces de l’ordre ou d’autres personnes agissant en leur nom.

    Que s’est-il passé lors de la manifestation de juin 2020 où vous avez été arrêtée ?

    Lors de la manifestation du 6 juin 2020, j’ai été témoin d’actes de brutalité policière à l’encontre de manifestants pacifiques. Ce n’était pas la première fois ; chaque manifestation pacifique « non autorisée » que nous avons menée jusqu’à présent s’est accompagnée d’un usage excessif de la force par la police. Mais cette fois-ci, j’ai décidé de me tenir devant l’un des fourgons de police remplis de personnes détenues illégalement pour empêcher qu’on ne les emmène. Plusieurs policiers m’ont attaquée, m’ont entraînée loin du fourgon, et quand j’ai essayé de revenir, ils m’ont jetée à terre. Dans cet état d’esprit, j’ai enlevé sa casquette à un policier pour protester contre les actions illégales de la police et la détention de manifestants pacifiques. Il est difficile d’exprimer ce qui me passait par la tête à ce moment-là. J’étais vraiment en état de choc.

    Cela a été enregistré sur vidéo et j’ai été accusée d’« insulte publique à un représentant des autorités » en vertu de l’article 378, partie 2 du code pénal et d’« atteinte non grave à un représentant des autorités » en vertu de l’article 380, partie 1.

    Comment avez-vous ressenti le fait d’être en prison ? Aviez-vous peur d’attraper la COVID-19 ?

    J’ai été retenue en prison pendant plus de deux mois. Le centre de détention où j’ai été emmenée est situé à l’extrême nord d’Almaty. On m’y a emmené la nuit et on m’a d’abord mis dans une cellule de quarantaine pour les détenus nouvellement arrivés, où j’ai passé plus de dix jours à me familiariser avec le règlement intérieur de l’institution. Après cela, j’ai été transférée dans une autre cellule.

    En raison de la pandémie de la COVID-19, les visites de famille et d’amis ont été interdites. Je ne pouvais parler à ma mère que deux fois par semaine pendant dix minutes par appel vidéo, et je recevais mes avocats toutes les deux semaines. Les conditions dans cet établissement étaient bien meilleures que dans le centre de détention temporaire situé au poste de police où j’avais passé deux jours auparavant La cellule était relativement propre et disposait de deux lits superposés pour quatre personnes, d’un évier et de toilettes. Nous nettoyions la cellule à tour de rôle. Deux de mes compagnons de cellule fumaient dans la salle de bain. Nous étions nourris trois fois par jour, principalement de ragoûts et de soupes. On nous emmenait faire des « promenades » cinq fois par semaine, dans une installation spécialement conçue, qui était en fait une cellule sans fenêtre ni toit. Nos promenades duraient généralement 15 à 20 minutes. J’ai donc dû écrire une plainte aux autorités de l’institution pour me conformer à leur propre règlement intérieur et nous donner une heure complète de marche. Nous prenions une douche une fois par semaine, à raison de 15 minutes par personne.

    Plusieurs fois par semaine, je recevais des colis de ma famille et de mes amis. Leur soutien m’a beaucoup aidé à garder le moral. J’ai reçu une radio envoyée par un autre militant, Marat Turymbetov, dont l’ami Alnur Ilyashev avait été détenu dans le même centre pour avoir critiqué le parti Nur Otan au pouvoir. Nous avons passé beaucoup de temps à écouter la radio en attendant des nouvelles, mais la plupart des nouvelles concernaient la pandémie de la COVID-19. De temps en temps, nous entendions des rumeurs sur des cas de COVID-19 dans l’institution, mais rien n’était certain, donc je n’avais pas trop peur d´attraper le virus. Ma mère, cependant, était très inquiète à ce sujet et m’envoyait des médicaments de temps en temps. La pandémie a été très dure pour notre pays et a fait de nombreuses victimes.

    Cette fois-ci, je n’ai pas personnellement connu de violations majeures pendant ma détention, si ce n’est que le personnel a enfreint certaines règles internes. Je sais que d’autres détenus ont passé des mois dans l’institution sans recevoir des visites de la personne qui enquête sur leur cas, de leur avocat ou des membres de leur famille. J’ai d’abord eu des soupçons lorsque, au centre de détention temporaire, j’ai été placée dans une cellule avec la même femme qu’au centre de détention spécial pour infractions administratives un an plus tôt.

    Je ne peux pas dire que j’ai l’impression d’avoir été détenue pendant longtemps, mais cela a suffi à accroître mon estime et ma compassion pour les militants et autres personnes qui ont passé des mois et des années en prison. Par exemple, le défenseur des droits humains Max Bokayev est en prison depuis plus de quatre ans pour avoir soutenu une manifestation pacifique contre la vente illégale de terrains à des entreprises chinoises. Pendant la quarantaine, de nombreux militants et dirigeants politiques ont été soumis à des fouilles et des arrestations, faisant de la quarantaine une sorte d’excuse du gouvernement pour persécuter la société civile. Parmi les militants détenus figuraient Sanavar Zakirova, qui a été persécutée pour ses tentatives d’enregistrement d’un parti politique, les militants Abay Begimbetov, Askar Ibraev, Serik Idyryshev, Askhat Jeksebaev, Kairat Klyshev et bien d’autres.

    Que pensez-vous de la peine que vous avez reçue ?

    Je ne suis pas d’accord avec ma sentence, c’est pour cette raison que nous allons faire appel. Le tribunal doit tenir compte du degré de danger que représentent pour la société les infractions que j’ai commises, qui ne constituent guère un crime. Cependant, je regrette mon manque de maîtrise de moi-même et l’impolitesse dont j’ai fait preuve. Je crois fermement en la protestation non violente et mon cas est une grande opportunité pour nous et pour le gouvernement de condamner la violence venant des deux côtés.

    De quel soutien les activistes comme vous ont-ils besoin de la part de la communauté internationale ?

    Je suis très reconnaissante que mon cas ait reçu l’attention et le soutien de la communauté internationale. C’était un honneur d’être représentée dans la campagne CIVICUS, #StandAsMyWitness. Je suis également très reconnaissante à ma mère, à mes avocats, à ma famille, à mes amis et à mes supporters au Kazakhstan et dans le monde entier, qui ont trouvé de nombreuses idées créatives pour sensibiliser le public et attirer l’attention nécessaire sur mon cas et sur le problème des brutalités policières au Kazakhstan. Personnellement, j’ai été très inspirée par l’une des initiatives lancées par mes bons amis Kuat Abeshev, Aisha Jandosova, Irina Mednikova et Jeffrey Warren, Protest Körpe, une façon simple et visuellement belle de présenter les demandes de justice et de droits humains de façon agréable et affectueuse. Il est facile de participer. La plupart des messages de Protest Körpe sont universels et concernent de nombreux pays - faisons entendre nos messages ! Je pense que nous pouvons apprendre de Protest Körpe et d’autres initiatives de nouvelles tactiques créatives et les adapter à notre contexte local. Ne serait-ce pas formidable si ces campagnes et ces mouvements pouvaient former un réseau afin que nous puissions tous partager et tirer parti des expériences des autres ?

    L’espace civique au Kazakhstan est considéré comme « obstrué » par leCIVICUS Monitor.

    Contactez Asya surFacebook.

     

  • KIRGHIZISTAN : « Le choix des citoyens lors du référendum sera décisif pour l'avenir »

    Ulugbek AzimovCIVICUS et l’International Partnership for Human Rights (Partenariat international pour les droits de l'homme) s’entretiennent avec Ulugbek Azimov, expert juridique à la Legal Prosperity Foundation, au sujet des manifestations qui ont eu lieu au Kirghizistan en octobre 2020 et des évolutions politiques qui s’en sont suivies. La Legal Prosperity Foundation (anciennement Youth Human Rights Group) est une organisation indépendante de la société civile qui œuvre à la promotion des droits humains et des principes démocratiques au Kirghizstan depuis 1995. L’organisation mène des programmes éducatifs, assure le suivi des droits humains, interagit avec les mécanismes internationaux des droits humains et promeut le respect des droits humains dans le cadre de réformes juridiques.

    Le Kirghizistan est souvent considéré comme la seule démocratie d’Asie centrale. Dans quelle mesure cette description est-elle proche de la vérité ?

    Il est vrai qu’au début des années 1990, c’est-à-dire dans les premières années de l’indépendance, la démocratie a émergé et a commencé à se développer au Kirghizistan. Par rapport aux autres pays de la région, le Kirghizistan se caractérisait par un niveau plus élevé de participation des citoyens, une société civile plus développée et des conditions plus favorables au fonctionnement et à la participation des partis politiques au processus politique. Pour cette raison, le Kirghizstan a été qualifié d’« île de la démocratie » en Asie centrale.

    Toutefois, au cours des 30 années qui ont suivi l’indépendance, le Kirghizistan a été confronté à de graves difficultés. Les tentatives des anciens présidents pour préserver et renforcer leur emprise sur le pouvoir, en faisant pression sur l’opposition, en persécutant les médias et les journalistes indépendants, en restreignant la liberté d’expression, en utilisant les ressources publiques en leur faveur, en soudoyant les électeurs et en falsifiant les résultats des élections, ont entraîné des bouleversements politiques majeurs à plusieurs reprises. Au cours des 15 dernières années, le gouvernement a été renversé à trois reprises lors des révolutions dites des tulipes, d’avril et d’octobre, respectivement en 2005, 2010 et 2020, deux anciens présidents ayant été contraints de fuir le pays et le troisième de démissionner avant le terme de son mandat.

    Chaque bouleversement a hélas été accompagné d'évolutions mettant à mal les acquis démocratiques antérieurs. Il n’est donc pas surprenant que Freedom House ait toujours classé le Kirghizistan comme étant seulement « partiellement libre » dans son enquête annuelle sur la liberté dans le monde. En outre, dans l’enquête la plus récente, publiée cette année, la note du Kirghizistan s’est détériorée pour devenir « non libre » en raison des retombées des élections législatives d’octobre 2020, qui ont été entachées de graves violations. Ainsi, le Kirghizistan se trouve désormais dans la même catégorie que celle dans laquelle se trouvent les autres pays d’Asie centrale depuis de nombreuses années. 

    Des restrictions liées à la pandémie ont-elles été imposées à l’approche des élections de 2020 ?

    En réponse à l’augmentation rapide des cas de COVID-19 au printemps 2020, les autorités kirghizes ont adopté des mesures d’urgence et instauré un confinement dans la capitale, Bichkek, et dans plusieurs autres régions du pays, ce qui a entraîné des restrictions du droit à la liberté de mouvement et d’autres droits connexes. Tous les événements publics, y compris les rassemblements, ont été interdits.

    Les mesures prises dans le contexte de la pandémie ont également suscité des inquiétudes quant aux restrictions de la liberté d’expression et de l’accès à l’information. Les autorités ont sérieusement resserré la vis contre les voix critiques, en réponse aux nombreuses critiques formulées à l’encontre des personnes au pouvoir, notamment le président de l’époque Sooronbai Jeenbekov, pour leur incapacité à lutter efficacement contre la pandémie. Les forces de l’ordre ont traqué les blogueurs et les commentateurs des médias sociaux gênants, leur ont rendu visite à leur domicile et ont engagé des discussions « préventives » avec eux. Dans certains cas, des utilisateurs de médias sociaux ont été placés en détention pour avoir soi-disant diffusé de fausses informations sur la pandémie, et ont été contraints de présenter des excuses publiques sous la menace de poursuites.

    La loi sur la « manipulation de l’information », adoptée par le Parlement en juin 2020, est particulièrement préoccupante. Bien que les initiateurs de la loi aient prétendu qu'elle avait pour seul but de résoudre le problème des faux comptes en ligne, il était clair dès le départ qu’il s’agissait d’une tentative de la part des autorités d’introduire la censure sur Internet et de fermer les sites indésirables à la veille des élections. Après une avalanche de critiques de la part de la communauté des médias et des défenseurs des droits humains, le président de l’époque, M. Jeenbekov, a refusé de signer la loi et l’a renvoyée au Parlement pour révision en août 2020. Depuis lors, la loi est restée au niveau du Parlement. 

    Qu’est-ce qui a déclenché les manifestations post-électorales d’octobre 2020 ? Qui a protesté, et pourquoi ?

    La principale raison des manifestations d’octobre 2020, qui ont à nouveau conduit à un changement de pouvoir, était le mécontentement de la population à l’égard des résultats officiels des élections législatives du 4 octobre. 

    Sur les 16 partis en lice pour un siège au Parlement, seuls cinq ont franchi le seuil des sept pour cent requis pour entrer au Parlement. Bien que le président de l’époque, M. Jeenbekov, ait déclaré publiquement qu’il ne soutenait aucun parti, celui qui a obtenu le plus de voix - Birimdik (Unité) – lui était lié puisque son propre frère et d’autres membres de l’élite dirigeante se présentaient sous sa bannière. Le parti arrivé en deuxième position, Mekenim Kyrgyzstan (Mère patrie du Kirghizistan), était également considéré comme pro-gouvernemental et associé à la famille de l’ancien haut fonctionnaire des services douaniers Raiymbek Matraimov, qui a été impliqué dans une enquête très médiatisée sur la corruption, publiée en novembre 2019. Le gouvernement de Jeenbekov a ignoré les conclusions de cette enquête et n’a pas engagé d’action pénale contre Matraimov, malgré les appels publics en ce sens.

    Il était prévisible que Birimdik et Mekenim Kyrgyzstan obtiennent de nombreux votes, compte tenu de l’utilisation de ressources publiques et des cas signalés d'achat de votes en faveur de leurs candidats. Ces deux partis, qui participaient pour la première fois à des élections législatives, ont obtenu près de la moitié des voix et donc la majorité absolue des sièges au Parlement. Les méthodes utilisées par les deux partis vainqueurs pour s’assurer le contrôle du Parlement ont suscité l’indignation des autres partis politiques ayant participé aux élections, de leurs électeurs et même des personnes apolitiques.

    Les élections se sont déroulées dans un contexte de mécontentement croissant face aux difficultés sociales et économiques causées par la pandémie, ainsi que de sentiments antigouvernementaux grandissants au sein de la population.

    Les élections « entachées », caractérisées par un nombre sans précédent de violations, ont servi de catalyseur aux événements qui ont suivi. Les manifestations ont commencé immédiatement après l’annonce des résultats préliminaires, le soir du jour de l’élection, le 4 octobre, et se sont poursuivies tout au long de la journée suivante. Les jeunes y ont joué un rôle décisif : la plupart de ceux qui sont descendus dans la rue pour protester et se sont rassemblés sur la place centrale de la capitale étaient des personnes jeunes. Malheureusement, la plupart de ceux qui ont été blessés, ainsi que le manifestant qui est décédé pendant les événements d’octobre, étaient également des jeunes.

    Quelle a été la réaction du gouvernement face aux manifestations ?

    Les autorités avaient la possibilité de prendre le contrôle de la situation et de la résoudre pacifiquement, mais elles ne l’ont pas saisie. Ce n’est que dans la soirée du 5 octobre que le président de l’époque, M. Jeenbekov, a annoncé qu’il rencontrerait les dirigeants des différents partis en lice pour les élections. Il a fixé une réunion pour le matin du 6 octobre, mais il était trop tard, car dans la nuit du 5 octobre, les manifestations pacifiques ont dégénéré en affrontements entre les manifestants et les forces de l’ordre à Bichkek, qui se sont terminés par la prise de la Maison Blanche (siège de la présidence et du Parlement) et d’autres bâtiments publics par les manifestants. Au cours de ces affrontements, les forces de l’ordre ont utilisé des balles en caoutchouc, des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes contre les manifestants. À la suite de ces affrontements, un jeune homme de 19 ans a été tué et plus de 1 000 personnes ont dû recevoir des soins médicaux, dont des manifestants et des membres des forces de l’ordre, et plus de 600 policiers ont été blessés. Au cours des troubles, des voitures de police, des ambulances, des caméras de surveillance et d’autres biens ont également été endommagés, pour une valeur estimée à plus de 17 millions de soms (environ 200 000 USD).

    Les élections présidentielles anticipées organisées en janvier 2021 ont-elles permis de résoudre les problèmes soulevés par les manifestations ?

    La principale revendication des manifestants était d’annuler les résultats des élections législatives d’octobre 2020 et d’organiser de nouvelles élections équitables. Cette demande a été partiellement satisfaite le 6 octobre 2020, lorsque la Commission électorale centrale (CEC) a déclaré les résultats des élections invalides. Cependant, jusqu’à présent, aucune date n’a été fixée pour les nouvelles élections législatives. La CEC les avait initialement prévues pour le 20 décembre 2020, mais le Parlement a réagi en adoptant rapidement une loi qui suspendait les élections durant le temps de révision de la Constitution, et prolongeait le mandat des membres du Parlement sortant jusqu’au 1er juin 2021.

    La Commission de Venise - un organe consultatif du Conseil de l’Europe, composé d’experts indépendants en droit constitutionnel - a évalué cette loi et conclu que, pendant la période de transition actuelle, le Parlement devrait exercer des fonctions limitées et s’abstenir d’approuver des mesures extraordinaires, telles que des réformes constitutionnelles. Toutefois, le Parlement sortant a poursuivi ses travaux de manière habituelle et a approuvé la tenue d’un référendum constitutionnel en avril 2021. Le président nouvellement élu, Sadyr Japarov, a proposé d’organiser de nouvelles élections parlementaires à l’automne 2021, ce qui signifierait que les membres du Parlement sortant resteraient en poste même après le 1er juin 2021.

    Conformément à d’autres revendications des manifestants, la législation électorale du pays a été modifiée en octobre 2020 afin de réduire le seuil électoral de sept à trois pour cent, permettant aux partis d'être représentés au Parlement et de réduire le fonds électoral de 5 à 1 million de soms (environ 12 000 USD). Ces modifications ont été apportées pour faciliter la participation d’un plus grand nombre de partis, y compris les plus récents, et pour promouvoir le pluralisme et la concurrence.

    Les manifestants ont également exprimé leur mécontentement face à l’insuffisance des mesures prises pour lutter contre la corruption. Ils ont exigé que les autorités traduisent en justice les fonctionnaires corrompus, en particulier Matraimov, et restituent à l’État les biens volés. S’exprimant devant les manifestants avant de devenir président, M. Japarov a promis que M. Matraimov serait arrêté et puni.

    Il faut reconnaître que Japarov a tenu parole. Après son arrivée au pouvoir en octobre 2020, Matraimov a été arrêté dans le cadre d’une enquête sur des mécanismes de corruption au sein du service des douanes, a plaidé coupable et a accepté de réparer les dommages en remboursant plus de 2 milliards de soms (environ 24 millions de USD). Un tribunal local l’a ensuite condamné, mais lui a appliqué une peine réduite, sous la forme d’une amende de 260 000 soms (environ 3 000 USD) et a levé les mesures de gel de ses biens, car il avait coopéré à l’enquête. Cette sentence extrêmement clémente a provoqué l’indignation générale. Le 18 février 2021, Matraimov a de nouveau été arrêté pour de nouvelles accusations de blanchiment d’argent, mais quelques jours plus tard, il a été transféré du centre de détention provisoire où il était détenu vers une clinique privée pour y être soigné pour des problèmes de santé. Après cela, beaucoup ont qualifié de « populistes » les mesures anticorruption prises par les autorités actuelles.

    En janvier 2021, les citoyens kirghizes ont également voté lors d’un référendum constitutionnel. Quels ont été ses résultats, et quelles conséquences auront-ils sur la qualité de la démocratie ?

    Selon les résultats du référendum, qui s’est déroulé le même jour que l’élection présidentielle de janvier 2021, 84 % des électeurs ont soutenu le changement d'un système de gouvernement parlementaire à un système présidentiel.

    Sur la base d’une expérience comparative, de nombreux avocats et activistes de la société civile ne considèrent pas ce changement comme négatif en soi, à condition qu’un système de contrôle et d’équilibre des pouvoirs efficace soit mis en place. Cependant, ils sont sérieusement préoccupés par le fait que les autorités tentent de mener cette transition à un rythme anormalement rapide, en utilisant des approches et des méthodes discutables qui ne correspondent pas aux principes généralement acceptés et aux règles et procédures juridiques établies.

    Le premier projet de Constitution prévoyant un système de gouvernance présidentiel, présenté en novembre 2020, a été surnommé « khanstitution » en référence aux dirigeants autocratiques historiques d’Asie centrale. Ses détracteurs ont accusé M. Japarov, qui a plaidé en faveur de ce changement depuis son entrée en fonction en octobre 2020, de vouloir usurper le pouvoir.

    Le projet de Constitution accordait au président des pouvoirs pratiquement illimités, tout en réduisant au minimum le statut et les pouvoirs du Parlement, ce qui compromettait l’équilibre des pouvoirs et créait un risque d’abus de pouvoir présidentiel. Il prévoyait également une procédure d’impeachment compliquée, impossible à mettre en œuvre dans la pratique. En outre, alors qu’il ne mentionne pas une seule fois le principe de l’État de droit, le texte fait référence à plusieurs reprises à des valeurs et principes moraux. De nombreuses dispositions de la Constitution actuelle qui garantissent les droits humains et les libertés ont été exclues.

    En raison de critiques sévères, les autorités ont été contraintes d’abandonner leur projet initial de soumettre le projet de Constitution à un référendum le même jour que l’élection présidentielle de janvier 2021, et ont accepté d’organiser une discussion plus large. À cette fin, une conférence dite constitutionnelle a été convoquée et ses membres ont travaillé pendant deux mois et demi, malgré les accusations d’illégitimité de leurs activités. Au début du mois de février 2021, la conférence constitutionnelle a soumis ses suggestions au Parlement.

    Il faut reconnaître qu’à la suite de la discussion et des propositions soumises par la conférence constitutionnelle, certaines parties du projet de Constitution ont été améliorées. Par exemple, la référence au principe de l’État de droit a été rétablie et des modifications importantes ont été apportées aux sections relatives aux droits humains et aux libertés, notamment en ce qui concerne la protection de la liberté d’expression, le rôle des médias indépendants et le droit d’accès à l’information. Mais le projet est resté pratiquement inchangé en ce qui concerne les dispositions qui prévoient des pouvoirs illimités pour le président.

    En mars 2021, le Parlement a adopté une loi sur l’organisation d’un référendum sur le projet de Constitution révisé, fixant la date au 11 avril 2021. Cela a suscité une nouvelle vague d’indignation parmi les politiciens, les juristes et les activistes de la société civile, qui ont souligné que cela allait à l’encontre de la procédure établie pour les changements constitutionnels et ont de nouveau averti que la concentration du pouvoir entre les mains du président pourrait aboutir à un régime autoritaire. Leurs préoccupations ont été reprises dans un avis conjoint de la Commission de Venise et du Bureau des institutions démocratiques et des droits de l'homme au sein de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, émis en mars 2021 à la demande du médiateur du Kirghizistan.

    Le projet de Constitution comporte deux autres dispositions problématiques. L’une d’elles permet d’imposer des restrictions à tout événement qui contredit les « valeurs morales et éthiques » ou « la conscience publique du peuple de la République kirghize ». Ces concepts ne sont pas définis ou réglementés, ils peuvent donc être interprétés différemment selon les cas, ce qui crée un risque d’interprétation trop large et subjective et d’application arbitraire. Cela pourrait à son tour entraîner des restrictions excessives des droits et libertés humains, notamment des droits aux libertés d’expression et de réunion pacifique.

    L’autre disposition impose aux partis politiques, aux syndicats et aux autres associations publiques de garantir la transparence de leurs activités financières et économiques. Dans le contexte des récentes tentatives de renforcement du contrôle des organisations de la société civile (OSC), on craint que cette disposition ne soit utilisée pour faire pression sur celles-ci. Le jour même où le Parlement a voté en faveur de l’organisation d’un référendum sur le projet de Constitution, certains législateurs ont accusé les OSC de porter atteinte aux « valeurs traditionnelles » et de constituer une menace pour l’État. 

    Les activistes de la société civile continuent de demander la dissolution du Parlement actuel, qui a perdu sa légitimité à leurs yeux, et exhortent le président à convoquer rapidement de nouvelles élections. Les activistes organisent un rassemblement permanent à cette fin et, si leurs demandes ne sont pas satisfaites, ils prévoient de se tourner vers les tribunaux en invoquant l'usurpation du pouvoir.

    Le président a toutefois rejeté toutes les préoccupations exprimées au sujet de la réforme constitutionnelle. Il a assuré que le Kirghizistan resterait un pays démocratique, que la liberté d’expression et la sécurité personnelle des journalistes seraient respectées et qu’il n’y aurait plus de persécution politique.

    Les citoyens du Kirghizistan doivent faire leur choix. Le référendum à venir sur l’actuel projet de Constitution pourrait devenir un autre tournant dans l’histoire du Kirghizistan, et le choix des citoyens sera décisif pour l’évolution future vers la stabilité et la prospérité.

    L’espace civique au Kirghizistan est classé « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Entrez en contact avec la Legal Prosperity Foundation via sa pageFacebook et suivezlpf_kg sur Instagram. 

     

  • LGBTQI RIGHTS: ‘There is an ongoing desire among many to more closely regulate morality’

    T King OeyAs part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists, leaders and experts about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to T King Oey, an Indonesian capacity development expert and a founder and board member ofArus Pelangi, the Indonesian Federation of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, Transsexual and Intersex Communities.

    How does your network work, and what are the challenges you are addressing?

    Our organisation, Arus Pelangi, which means the Flow of the Rainbow, was established in 2006. This was during the Reformasi era that followed the ousting of President Suharto in 1998 after three decades in power. After this there was much more freedom and many repressive laws were revised. At this time LGBTQI people felt we should come together to stand for our rights. Before then the only context in which people talked about LGBTQI people was in relation to the mitigation of HIV/AIDS. So we decided to form an organisation purely to advocate for the rights of LGBTQI people.

    Arus Pelangi is a coalition of national and local groups of LGBTQI people. We network a lot with other human rights organisations, including those working on other aspects of diversity and legal reform. We have also been instrumental in the formation of a network across the Association of Southeast Asian Nations (ASEAN) member countries – the ASEAN SOGIE Caucus. It is based in the Philippines and Arus Pelangi is an important member. At the same time we are reaching out to local communities around the huge country of Indonesia. There are still capacity challenges in enabling far-distant communities to make their voices heard.

    What challenges have you faced in recent years?

    The space for democracy in Indonesia is becoming more restricted, and it is harder for us to be visible. When we started in 2006 we saw it as strategic to raise our visibility as much as possible, so people could see and understand LGBTQI people and know who we are. So we took part in demonstrations, held flash mobs, held public discussions, made media appearances – anything to make us visible as a group.

    From the very beginning there were all kinds of groups attacking us. But things got much worse in 2016, when all of a sudden there was this massive wave of attacks. Persecutions also began from 2016 onwards. The trigger was a pronouncement by the Minister of Research, Technology and Higher Education, Muhammad Nasir, that LGBTQI people should be banned from university campuses. Suddenly everyone joined in, saying that LGBTQI people should be banned from everywhere, that we should be criminalised.

    These attacks came especially from hardline religious groups. These groups had always advocated for criminalisation, but suddenly they had momentum because of what the minister had said.

    From then on it was no longer possible to be visible as an organisation, and to some degree even as individuals.

    How have extremist groups been able to organise, and how have they mobilised support?

    The Reformasi era created all kinds of freedoms for people to organise themselves, but the fundamentalists had the same freedoms, and they did very well in organising themselves. They have received lots of funding from Saudi Arabia.

    There has been a two-track development in Indonesia. Indonesia has become more part of a global society, more integrated in terms of technology, but at the same time people’s minds have become more conservative, due to the influence of fundamentalists. Fundamentalists have had more chances to preach, and to organise in all kinds of groups and organisations. One of the most well-known is Islam Defenders Front (Front Pembela Islam, FPI), which has been very vocal in attacking us, and they have been able to stop some of our activities.

    The attitude of the police has been ambivalent. They haven’t stopped the FPI from attacking us. Rather they have said that for our safety it would be better if we disband. They always use this argument of safety. Since 2016 the police have also been proactive in outing and arresting people. People are arrested, paraded in front of the media and then released without charge.

    This has had a huge effect on the whole community. People have become afraid. Since 2016 we have held hardly any public events. We have to keep things secret and do everything underground. We have also had to learn to take security measures. Many of our people became depressed and closed themselves away, stopped going out. It’s just like being back in the Suharto era. We aren’t free any more.

    Fundamentalists reached the level of power that in 2017 they were able to put Basuki Tjahaja Purnama, the Christian governor of our capital city, Jakarta, into jail for blasphemy. This was when the network of fundamentalist groups reached the height of their power. They were able to work together to do this. Indonesia has a blasphemy law, and once someone has been indicted, it is certain they will be convicted. I haven’t heard of any case when someone charged with blasphemy has walked free.

    How has the government responded?

    What is interesting is that this level of fundamentalism got to the point where it was threatening the position of President Jokowi. Only then did we see a concerted effort from the government to push back, and this process is still going on. The government has banned one of the fundamentalist groups, an international Muslim network that calls for the establishment of the caliphate, on the grounds that it does not adhere to the national ideology, known as Pancasila.

    A law the government recently passed on civil society organisations enabled it to do this. Human rights organisations criticised this law for being too loose and flexible. It could potentially enable the government to ban any group. This is the first time it has been used. The same law could be used against any group. It’s a double-edged sword.

    The government is considering banning the FPI. The government is also saying that it is coming to realise how many campuses have been infiltrated by fundamentalist groups, but it’s hard to know what’s going on behind the scenes.

    Has the April 2019 presidential election brought any changes?

    President Jokowi won re-election in April, but it seems he felt he couldn’t do it without the support of the moderate Muslims, as he took an Islamic cleric, Ma’ruf Amin, as his running mate. Ma’ruf is a fairly conservative cleric who has made all kinds of negative pronouncements against LGBTQI people. It’s a mystery for many people, even for supporters of President Jokowi, why he was chosen over all other candidates.

    For LGBTQI people, now President Jokowi has won re-election, it remains to be seen whether the coming five years will bring any improvement. We don’t believe President Jokowi is against LGBTQI people, and on some occasions, he has said that the rights of LGBTQI people should be protected. But this is the kind of thing he has said when he has been interviewed by the BBC. It is a message for the outside world, rather than for a domestic audience.

    What is also disappointing is that in his first term, President Jokowi prioritised a focus on the investment climate, emphasising massive infrastructure projects, such as ports, roads and power plants, and reforming the bureaucracy to remove obstacles against investment. Just recently he has announced that his second-term priorities are the same. He said nothing about human rights. Many were hoping that he would be less cautious in his second term. It remains to be seen how committed he will be to human rights.

    As well as LGBTQI groups, which other communities are subject to persecution?

    Other groups particularly vulnerable to human rights abuses are minority Muslim sects, which have been heavily persecuted over the years, and communists and those associated with them. This goes way back to the mass killings of 1965-1966. Survivors and second and third-generation family members are still suffering from discrimination and threats.

    The struggle for gender equality goes back many decades. Women are targeted by conservative groups. Shariah law applies in the province of Aceh, and they have introduced and are applying draconian punishments such as caning and stoning to death. Several LGBTQI people have been the victim of caning. There are attempts to criminalise non-normative sexuality elsewhere in Indonesia.

    There is an ongoing effort and desire among many to more closely regulate morality. It is a continuous battle to try to prevent more repressive measures. For example, parliament is currently debating a law on domestic violence, and conservative law-makers are asserting that many things we would consider as sexual violence, like marital rape, are not included. The dividing line is between following a hardline interpretation of the Quran or not. Despite its secular appearance, Indonesia has become a de facto religious state.

    How is civil society responding to these challenges, and what support could the international community and international civil society best offer to Indonesia’s LGBTQI community?

    Civil society has been trying to respond through networking, joint statements, lobbying parliament and campaigning, including through Change.org. But it can feel like fighting an impossible war, because the conservatives always seem to be more powerful, better organised and better resourced.

    We have to be careful when considering outside assistance, because one of the arguments that fundamentalists always use is about foreign influences and attempts to make Indonesia a liberal country. LGBTQI is characterised as a western concept that is incompatible with the culture. Of course if you look at the culture and history of Indonesia you see all kinds of expressions of non-binary gender, including in dances, songs, literature and rituals. This culture has been denied consistently by conservatives who say that the only culture is hardline Islam. The conservatives forget that Islam itself is an imported religion.

    In 2015, when the US Supreme Court legalised same-sex marriage, this created quite an uproar in Indonesia. Conservative groups always point to this and say that once they give in to one thing, this is what will happen. The global debate about same-sex marriage works both ways for us, because LGBTQI people in Indonesia have never suggested this – it seems too far away to even contemplate this, and we need to have our fundamental rights respected first – but at least it tells us we’re not alone.

    So you have to be careful, but solidarity helps. It helps LGBTQI people here to know they are not alone and have not been abandoned. If people have any chance to speak to government officials from Indonesia, they should use that opportunity to speak up for LGBTQI people and other vulnerable groups.

    At Indonesia’s United Nations Human Rights Council Universal Periodic Review session in 2017, many shadow reports pointed to the severe situation of LGBTQI people. There was quite a bit of criticism. The usual attitude of the Indonesian government is to cite social conservatism, but this time it was forced to acknowledge the need to take steps and it committed to hold a dialogue with the LGBTQI community. This was a concession that came because of international pressure. Of course, it remains to be seen what will happen on the ground. We have to keep the pressure on.

    Civic space in Indonesia is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with T King Oey throughArus Pelangi‘s website.

     

  • MALAISIE : « Le gouvernement aurait dû aider les réfugiés lors de la pandémie »

    CIVICUS s’entretient avec Htoon Htoon Oo, un réfugié et activiste du Myanmar, actuellement basé en Malaisie. En 2007, il était étudiant en chimie à l’université de Yangon Est et, en tant que militant, il a pris part à la révolution safran, une série de manifestations déclenchées par une hausse des prix du carburant en 2007, qui ont été durement réprimées. Il a également été actif lors de la transition du Myanmar d’une dictature militaire à un gouvernement quasi-civil en 2010.

    Conscient d’être sous la surveillance de l’État et craignant que les membres de sa famille et ses proches subissent des représailles et du harcèlement en raison de son activisme, il a fui le Myanmar en 2011 et vit depuis comme réfugié en Malaisie.

    Htoon Htoon Oo

    Quelle est la situation des réfugiés en Malaisie ?

    La vie des réfugiés du Myanmar en Malaisie continue d’être difficile, car elle implique diverses luttes et souffrances. Nous nous sentons souvent impuissants, sans espoir et sans protection. En mai 2021, on estimait à 179 570 le nombre de réfugiés et de demandeurs d’asile enregistrés auprès du Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) en Malaisie. La majorité d’entre eux – 154 840 au total - étaient originaires du Myanmar, dont 102 950 Rohingyas, 22 490 membres de l’ethnie chinoise et 29 400 membres d’autres groupes ethniques fuyant les persécutions ou les zones touchées par les conflits.

    La Malaisie n’a pas encore ratifié la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. L’absence d’un cadre juridique pour la reconnaissance des réfugiés et des demandeurs d’asile a créé des conditions problématiques et d’exploitation pour les réfugiés et les demandeurs d’asile, car nous n’avons pas de droits formels au travail, nous n’avons pas de statut juridique, et nous continuons à risquer d’être arrêtés, détenus et refoulés, et nous ne bénéficions d’aucune protection juridique.

    Nos libertés civiques sont également limitées. Bien qu’il existe de nombreuses organisations de réfugiés d’origines diverses, lorsqu’il s’agit d’exprimer nos préoccupations et d’organiser nos luttes, la réalité est que nous ne sommes pas en mesure de le faire librement. Il existe une peur commune parmi les réfugiés quant aux conséquences de parler de notre lutte, d’exprimer nos préoccupations et de revendiquer nos droits.

    Par exemple, en vertu de la loi sur les rassemblements pacifiques, section 4(a), le droit de se réunir pacifiquement est réservé exclusivement aux citoyens malaisiens. En outre, de nombreuses lois en Malaisie ont pour effet de dissuader les réfugiés de s’exprimer, comme la loi sur l’immigration, qui criminalise les sans-papiers ainsi que les réfugiés, étant donné que nous ne sommes pas reconnus par la loi. La loi sur l’immigration expose également les réfugiés à des formes de punition sévères, comme la bastonnade. L’absence de reconnaissance des réfugiés et des demandeurs d’asile en Malaisie nous expose à l’arrestation, à l’emprisonnement et à divers abus.

    Quels sont les défis supplémentaires auxquels les réfugiés ont été confrontés dans le cadre de la pandémie ?

    Depuis que la pandémie de COVID-19 a éclaté en Malaisie en mars 2020, les réfugiés ont été confrontés à plusieurs problèmes et luttes. Le confinement, connu sous le nom d’ordre de contrôle des mouvements (MCO), qui a été appliqué à l’ensemble du pays, a eu un impact énorme sur les réfugiés.

    Les réfugiés ne peuvent pas travailler selon la loi malaisienne, mais certains recherchent un travail informel pour survivre. Pendant la pandémie, nous avons vu des cas d’employeurs forçant les réfugiés à travailler pour des salaires inférieurs au salaire normal ou à prendre des congés sans solde ou à démissionner, simplement en raison de leur statut de réfugié. De nombreux réfugiés ont perdu leur emploi à cause de la pandémie. Il n’y a rien pour nous protéger de ces abus.

    Nous craignons également pour notre sécurité pendant la pandémie car il y a eu plusieurs cas de réfugiés pris pour cible par la police et les agents de l’immigration en raison de l’absence de politiques claires, et de la méconnaissance de ce qu’est un réfugié par les responsables de l’application de la loi. Certains réfugiés ont été condamnés à des amendes par la police, et d’autres ont même été détenus dans des postes de police pendant plusieurs jours.

    Certaines personnes nous qualifient également d’immigrants illégaux, même si nous possédons des cartes ou des documents de réfugiés du HCR complets et authentiques.

    La plupart des réfugiés qui sont confrontés à ces difficultés souffrent également de dépression et sont mentalement épuisés par les efforts qu'ils déploient pour survivre et rester en sécurité.

    Les réfugiés ont-ils reçu un soutien de la part du gouvernement malaisien ou du HCR pendant la pandémie ?

    Les réfugiés n’ont reçu aucun soutien de la part du gouvernement malaisien ; nous avons plutôt subi davantage de raids et des restrictions croissantes. C’est le contraire de ce qui aurait dû se passer : ils auraient dû nous donner accès à des informations sur le traitement et le dépistage du COVID-19 et il aurait dû y avoir d’autres programmes de soutien aux réfugiés pendant la pandémie.

    Au lieu de cela, en mai 2020, le département de l’immigration et les forces de police de Malaisie ont effectué des raids contre les immigrants à Kuala Lumpur. Alors que les personnes enregistrées auprès du HCR ont été largement épargnées par les arrestations, les demandeurs d’asile non enregistrés ont été emmenés avec les travailleurs migrants sans papiers. Certains ont également été bloqués dans des zones strictement fermées, entourées de fils barbelés, les habitants n’ayant pas le droit de sortir de chez eux, ce qui a rendu les choses très difficiles. Beaucoup d’entre nous ne s’en sont pas remis.

    On a également assisté à une vague de discours haineux en ligne à l’égard des réfugiés, et en particulier des Rohingyas, pendant la pandémie, accompagnée d’annonces et de politiques gouvernementales hostiles aux migrants et aux réfugiés.

    Le HCR a envoyé des messages directs aux réfugiés dont les documents avaient expiré pour les informer qu’ils resteraient valides jusqu’à ce que le HCR puisse reprendre ses activités normales, qui ont été perturbées par la pandémie. Cela n’a toutefois rien changé pour les forces de l’ordre, et de nombreuses personnes ont reçu des amendes et ont même été arrêtées.

    Quel est le statut des réfugiés concernant l’accès au vaccin COVID-19 ?

    Le gouvernement malaisien a encouragé les réfugiés à s’inscrire pour se faire vacciner mais n’a pas fourni d’informations claires, et les systèmes existants ne sont pas accessibles aux réfugiés.

    Par exemple, il est nécessaire de disposer de documents spécifiques pour s’enregistrer pour les vaccins. Le système exige que les réfugiés et les demandeurs d’asile fournissent une carte d’identité ou un numéro de passeport, deux documents auxquels nous n’avons pas accès. Le système devrait être plus inclusif pour toutes les personnes vivant en Malaisie, y compris les réfugiés, les demandeurs d’asile et les sans-papiers, car les vaccinations devraient être la première barrière contre la création de clusters COVID-19. Nous arrêter ne fera qu’empirer les choses, car on sait que des clusters mortels se sont formés dans les centres de détention. La criminalisation de l’immigration est à l’origine de ce problème.

    Quelles sont les demandes des communautés de réfugiés vis-à-vis du gouvernement malaisien et de la communauté internationale ?

    Nous aimerions que le gouvernement malaisien sensibilise le public au statut des réfugiés en tant que réfugiés, et non en tant qu’immigrants illégaux, groupes à risque ou même criminels. Il y a eu une perception négative des réfugiés comme ne faisant que profiter de la société sans y contribuer, ce qui est faux.

    En réalité, nous voulons contribuer à la société malaisienne de toutes les manières possibles. Nous demandons instamment au gouvernement malaisien de donner aux réfugiés un accès légal au travail et de reconnaître le statut légal des réfugiés. Nous sommes actuellement dans l’incapacité de trouver un travail officiel, et le manque de reconnaissance nous expose à l’exploitation. Nous espérons que le gouvernement fera prendre conscience des véritables raisons pour lesquelles les réfugiés sont ici.

    J’espère que le gouvernement pourra travailler main dans la main avec le HCR et la société civile pour régler la question des réfugiés de manière plus appropriée et plus efficace, et ne pas expulser les réfugiés du Myanmar vers ce dernier, qui se trouve actuellement sous régime militaire. Nous devrions plutôt trouver des solutions telles qu’un programme de réinstallation. Des politiques claires et des informations sur les vaccins devraient également être accessibles à tous les réfugiés.

    L’espace civique en Malaisie est classé « obstrué » par le CIVICUS Monitor.

     

  • MALAISIE : « Les migrants sont parmi les premiers à être victimes de traitements injustes et de discriminations pendant la pandémie »

    Adrian PereiCIVICUS s’entretient avec Adrian Pereira, directeur exécutif de l’Initiative Nord-Sud (NSI par son sigle anglais), sur la situation des travailleurs migrants en Malaisie dans le contexte de la pandémie de COVID-19.

    La NSI contribue à renforcer les capacités de plaidoyer et de leadership des migrants, des réfugiés et des apatrides, qu’ils soient ou non en situation régulière, afin qu’ils puissent faire valoir leurs droits. Elle surveille également les violations en matière de travail et de migration commises par les autorités, les employeurs et les travailleurs locaux, en veillant à ce que les organisations de migrants soient reliées à un réseau de solidarité solide et soient en mesure de coopérer avec d’autres organisations de la société civile (OSC) et des syndicats.

    On estime qu’il y a entre trois et six millions detravailleurs migrants en Malaisie. Ces personnes sont souvent exploitées en raison de multiples facteurs combinés, à savoir des recruteurs et des employeurs sans scrupules, des politiques migratoires sévères, des chaînes d’approvisionnement non contrôlées, et la non-application des mesures de protection des travailleurs. En outre, leur passeport leur est confisqué, ils sont sous-payés (en violation aux lois sur le salaire minimum), vivent dans des conditions précaires, se voient infligés des amendes comme forme de punition, et paient des frais de recrutement et des dettes élevés aux agences de recrutement et aux employeurs. Ils doivent également faire face au travail forcé, à la traite des êtres humains et à des retenues sur leur salaire. Unrapport sur la capacité des migrants et des réfugiés à exercer leurs libertés civiques, produit par CIVICUS et le Solidarity Center en collaboration avec la NSI, a montré qu’en Malaisie, le droit aux libertés d’association, de réunion pacifique et d’expression de ces minorités vulnérables est sévèrement restreint.

    Quelle était la situation des travailleurs migrants en matière d’accès aux services de santé avant la pandémie ?

    En 2016, la Malaisie a supprimé les subventions qui permettaient aux travailleurs migrants d’accéder aux services de santé publique. Comme les migrants dépendent fortement des services médicaux publics, ce mouvement a entraîné une baisse de la qualité et de l’accessibilité des services de santé à leur détriment, qu’ils soient en situation régulière ou non, car le coût élevé des services de soins privés les dissuade généralement de chercher une alternative. Bien que les migrants, leurs employeurs et leurs agents paient chaque année des milliards de dollars malaisiens en prélèvements, taxes et autres types de frais, ils ne reçoivent pas en retour les soins de santé auxquels ils ont droit.

    Les personnes sans papiers ne peuvent accéder qu’aux soins de santé privés :  si elles tentent d’accéder aux soins de santé publics, les services d’immigration en seront informés et les arrêteront. Au fil des ans, les sans-papiers ont brutalement été réprimés par la police, les services de l’immigration et des douanes et le Corps des volontaires du peuple, les décourageant encore plus à chercher à se faire soigner.

    Il existe également un manque de compréhension au niveau culturel entre les professionnels de la santé et les migrants, ce qui leur complique encore plus l’accès à des services de santé appropriés. Les personnes employées comme domestiques, qui n’ont aucun jour de congé et sont enfermées entre quatre murs, ont encore plus de difficultés à y accéder.

    Un grand pas a été franchi en 2019 : les migrants en situation régulière ont été inclus dans le système national de sécurité sociale, ce qui leur garantit des indemnités plus élevées et de meilleurs soins de santé en cas d’accidents ou de maladies liés au travail. Mais lorsqu’il s’agit d’accidents et de blessures non liés au travail, les assureurs privés offrent une couverture minimale.

    Quels sont les autres défis auxquels les travailleurs migrants sont confrontés depuis la pandémie de COVID-19 ?

    De nombreux travailleurs migrants, notamment ceux qui sont sans papiers ou clandestins, ont perdu leur source de revenus. Par conséquent, ils ne peuvent pas payer la nourriture, le loyer ou les médicaments, sauf s’ils ont été testés positifs à la COVID-19, auquel cas leurs frais de quarantaine et de soins sont couverts par le gouvernement. Seuls les migrants qui fournissent des « services essentiels » approuvés par le gouvernement sont autorisés à travailler. Toutefois, leur sécurité dépend du respect des règles fixées par le gouvernement par les entreprises autorisées à opérer. Ces règles visent à protéger le travailleur contre le risque de contracter le virus, afin qu’il puisse continuer à travailler. Cependant, en règle générale, personne ne surveille la situation.

    Le gouvernement a annoncé le lancement d’un programme de relance économique qui a malheureusement exclu les travailleurs migrants. Il existe une subvention salariale pour les travailleurs afin que les entreprises ne soient pas obligées de licencier des employés, mais elle ne s’applique pas aux travailleurs migrants. Auparavant, les travailleurs migrants étaient également exclus du régime d’assurance des travailleurs relevant de l’agence nationale de sécurité sociale, qui offre un filet de sécurité aux travailleurs licenciés. Les ordres de contrôle des mouvements (OCM) imposés par le gouvernement pour restreindre les déplacements, qui sont entrés en vigueur le 18 mars, ont rendu beaucoup plus difficile pour les migrants de se déplacer pour accéder aux services de base, à la nourriture, aux services bancaires et autres biens ou services essentiels. Dans les zones des OCM élargies, les prestataires de services ne peuvent même pas entrer. Les secteurs informels de l’économie licencient et abandonnent ceux qui y travaillaient, notamment les sans-papiers et les réfugiés.

    Les employeurs obligent leurs employés migrants à démissionner ou à prendre un congé sans solde et profitent des OCM pour éviter de payer leurs employés. La NSI a reçu des rapports sur au moins deux cas de salaires impayés avant l’imposition des OCM. L’une de ces personnes n’avait pas été payée depuis décembre 2019, tandis que l’autre n’avait pas été payée depuis février 2020.

    La peur est également instillée par de faux messages et de la désinformation sur Internet, exposant ainsi les migrants à une réaction hostile de la part de la population malaisienne. Le gouvernement a promis de ne pas arrêter ou détenir les migrants qui se rendent au test de dépistage de la COVID-19. Cependant, les migrants ont encore très peur, et beaucoup ne se manifestent pas. Certains secteurs plus « agressifs » sur le plan économique font pression sur le gouvernement pour que ce dernier les autorise à reprendre leurs activités, afin que les travailleurs puissent retourner au travail. Ce cas de figure s’est produit, par exemple, dans le secteur de l’huile de palme dans l’État de Sabah.

    L’Union européenne (UE) expose également les travailleurs migrants et malaisiens au risque de travail forcé en demandant aux fabricants malaisiens d’équipements de protection individuelle (EPI) d’assurer la continuité de la production pendant la pandémie. L’UE a proposé des incitations fiscales aux entreprises malaisiennes qui fournissent des EPI. En outre, les petites et moyennes entreprises qui, pendant de nombreuses années, ont embauché des travailleurs sans papiers, abandonnent aujourd’hui leurs employés, sous prétexte qu’ils manquent d’argent.

    Comment la NSI et d’autres OSC ont-ils réagi à cette situation ?

    Nous formons des leaders migrants afin de garantir que leurs communautés aient accès aux réseaux qui fournissent des services et puissent partager des informations précises sur les besoins existants avec ceux qui fournissent ces services. Certains réseaux publics, tels que le groupe Care Mongering Malaysia, offrent à la population malaisienne une plateforme pour aider les migrants et les réfugiés dans le besoin. Il s’agit d’une plateforme en ligne qui met en relation ceux qui ont besoin d’aide et ceux qui peuvent payer pour ce service. Les temples sikhs offrent également de la nourriture et des paniers-repas.

    D’autres OSC travaillent d’arrache-pied sur le terrain pour distribuer de la nourriture : BRESH 1.0, Beyond Borders, Dapur Jalanan, Engage, Geutanyoe Foundation, HOPE, Liga Rakyat Demokratik, Malaysian Trades Union Congress, Our Journey, The Patani, Refuge for the Refugees, Tenaganitaet d’autres organisations communautaires de réfugiés et de migrants. Les travailleurs migrants peuvent les appeler lorsqu’ils ont besoin d’aide pour obtenir de la nourriture.

    Nous formons un réseau pour assurer la fourniture de services à long terme, car nous pensons que la situation va perdurer pendant de nombreux mois. De nombreux travailleurs migrants vont rester en Malaisie et ont besoin d’aide, c’est pourquoi nous développons une chaîne d’approvisionnement pour les soutenir.

    Nous veillons à ce que les migrants reçoivent des informations correctes de la part d’agences mondiales telles que l’Organisation internationale pour les migrations, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, ainsi que de différentes agences gouvernementales liées à la santé, au travail, à la sécurité et au bien-être. Nous fournissons, entre autres, des informations dans différentes langues avec des infographies sur les services de conseil et les questions de santé.

    Nous luttons également contre la désinformation liée aux travailleurs migrants et aux réfugiés. Il y a eu beaucoup de craintes parce qu’ils ont été accusés de propager le virus.

    D’autre part, nous encourageons les migrants à se faire soigner s’ils sont malades et nous surveillons les employeurs qui profitent de la situation actuelle et commettent des violations des droits du travail, notamment parce que les OCM ont en partie empêché les avocats de leur fournir une représentation et des conseils juridiques.

    D’autres OSC fournissent des conseils, distribuent de la nourriture, collectent des fonds, surveillent le trafic d’êtres humains, proposent des services en matière d’égalité des sexes et de maternité et répondent aux besoins des femmes.

    De quel type de soutien la société civile malaisienne a-t-elle besoin en ce moment ?

    Nous avons besoin d’argent pour répondre aux besoins des migrants, par exemple pour acheter de la nourriture, payer les factures et le loyer, et pour les rapatrier en toute sécurité lorsque les OCM seront révoquées. Nous sommes également à la recherche de possibilités de financement, car tant que les OCM restent en vigueur, nous ne pouvons pas organiser de réunions physiques et la plupart des campagnes de collecte de fonds sont basées sur ces réunions. Nous avons également besoin de services d’aide juridique pour les personnes qui sont injustement licenciées et détenues.

    Quelles leçons avez-vous tirées jusqu’à présent de la pandémie ?

    Nous avons constaté que le gouvernement a à peine consulté les OSC avant de mettre en œuvre des politiques, ce qui n’est pas conforme aux principes de bonne gouvernance. En outre, ceux qui violent les OCM sont excessivement punis, y compris ceux qui sont contraints de commettre de telles violations pour résoudre des problèmes liés à leur subsistance. En outre, l’approche de la migration de plus en plus axée sur la sécurité au fil des ans a entraîné des représailles contre les migrants, qui ont été marginalisés.

    Les migrants sont parmi les premiers à être victimes de traitements injustes et de discriminations pendant la pandémie, car ils sont exclus et ne disposent pas de réseaux de soutien solides. Un système capitaliste qui fonctionne sur la base de chaînes d’approvisionnement mondiales et d’énormes sociétés ne dispose pas d’un plan de gestion des risques approprié pour garantir la transparence et la reddition de comptes. En outre, les statistiques publiées par le gouvernement malaisien ne sont pas fiables, puisque ce dernier falsifie le nombre de personnes en situation de pauvreté. D’autre part, il n’a pas su faire face aux problèmes résultant du grand nombre de travailleurs sans papiers en raison de l’ingérence de ce l’on appelle l’« État profond ».

    Dans le cadre des OCM et des OCM élargies, les droits civiques des migrants ont été suspendus, ce qui a affaibli leur pouvoir de négociation pour obtenir des droits. La coopération entre les pays d’origine des migrants et la Malaisie a également été insuffisante pour garantir le rapatriement en toute sécurité de ceux qui souhaitent rentrer chez eux, ce qui entraîne des risques élevés d’infection pour tout le monde. Nous avons reçu des informations selon lesquelles, dans le cadre des OCM, les migrants et les réfugiés sont contraints d’utiliser des voies irrégulières pour rentrer chez eux. Les ambassades, quant à elles, se sont tournées vers les Malaisiens pour fournir une assistance à leurs citoyens.

    Contrairement à ce que je croyais, les OSC ne sont pas assez unies pour parvenir à dégager un consensus afin de résoudre efficacement les difficultés, car elles ont également eu du mal elles-mêmes à y faire face. Dans le même temps, certains Malaisiens qui avaient peut-être des préjugés envers les migrants ont agi avec compassion et se sont montrés solidaires envers eux en cette période de besoin. Comme nous le savons déjà, à long terme, les contributions économiques des migrants ont fini par profiter à tout le monde sauf aux migrants eux-mêmes.

    L’espace civique enMalaisieest classé comme « obstrué » par leCIVICUS Monitor.
    Contactez l’Initiative Nord-Sud via sonsite web ou son profilFacebook, et suivez@nsinitiative11 sur Twitter. 

     

  • MALAYSIA: ‘We need global solidarity to push back on attacks on rights’

    As part of our 2019thematic report, we are interviewing civil society activists and leaders about their experiences of backlash from anti-rights groups and their strategies to strengthen progressive narratives and civil society responses. CIVICUS speaks to Thilaga Sulathireh of Justice for Sisters and Seksualiti Merdeka about LGBTQI rights in Malaysia and the ways in which state and non-state forces are working together to deny rights.

    Can you tell us about your work and the status of LGBTQI rights in Malaysia?

    I work with Justice for Sisters and Seksualiti Merdeka. Justice for Sisters is a network that primarily works for the human rights of trans people in Malaysia, and we provide legal support, do human rights documentation, engage in national policy work and undertake advocacy with the United Nations (UN) to highlight human rights violations. At Seksualiti Merdeka, we recently launched a website, Queer Lapis. We do capacity strengthening and content production. The work we do is very much grounded in feminist, intersectional principles, and from a queer perspective.

    The human rights of LGBTQI people are definitely regressing in Malaysia. Malaysia historically inherited section 377 of the Penal Code, which criminalises ‘unnatural’ sexual acts, from British colonial rule. Section 377 has been amended several times, and the last amendment in 2017 resulted in the imposition of mandatory whipping as a punishment for consensual carnal intercourse deemed unnatural. The law is gender-neutral but it is used in political ways. As a result, people see it as a law that applies to gay people. We also have shariah laws in three states of Malaysia, introduced between 1995 and 2013, that penalise same-sex relations and posing as a woman or man. Unlike Section 377, these laws directly criminalise sexual and gender identity. The implementation of these laws varies according to state, but amongst them, the law against posing as a woman is most actively used.

    Has the situation for LGBTQI people changed in recent years?

    In recent years, arrests and raids made under these laws have decreased, because of a legal challenge that took place between 2010 and 2015. An appeal went through the different stages of courts. We got a negative decision in the High Court and then won in the Court of Appeal, which upheld that the law was unconstitutional, but then the decision was overturned by the Federal Court. But because of the activism around this case, the number of arrests significantly reduced.

    At the same time we saw a shift in tactics by the government’s Islamic Department, which has adopted a softer evangelical approach towards LGBTQI people. They saw that heavy prosecutions were giving the department a bad image, so there was a shift towards a softer approach, around promoting the ‘rehabilitation’ of LGBTQI people. There is a narrative that LGBTQI people need help in returning to the ‘right path’.

    We saw an increase in state-funded ‘rehabilitation’ activities in this decade, at the same time that Seksualiti Merdeka, which used to organise festivals, was banned in 2011. The government decided it needed to increase its response to this growing LGBTQI movement. This gave rise to more groups that promote and provide ‘rehabilitation’ or ‘conversion therapy’. We have seen more anti-LGBTQI campaigns in universities and on social media. We have seen more concerted efforts overseen by the Ministry of Religious Affairs, which sits under the Prime Minister’s office, and which launched a five-year action to plan to address the ‘social ills’ caused by LGBTQI behaviour. This brought together most ministries.

    As well as the use of various laws and increased state funding for anti-LGBTQI activities, we have seen a heavy-handed response to the freedoms of association and assembly of LGBTQI people. For example, when LGBTQI people have taken part in women’s marches, their organisations have been investigated.

    Did anything alter as a result of the May 2018 election, which saw the first change of government in Malaysia’s independent history?

    The 2018 election has historic in that it changed the administration, but the government has adopted and continued the same policies. Nothing has changed from the LGBTQI perspective. We still see the same amount of resources going into policies that treat LGBTQI people as a problem.

    There is also an ongoing struggle between the new government and the former ruling party that is now in opposition, and this is used to justify the lack of change for LGBTQI people. Right after the election a lesbian couple was arrested in the state of Terengganu, which is an opposition-controlled state. They were charged for sexual relations between women and caned openly in the public court. After this there were also two cases of caning of sex workers.

    So there is all this moral policing. Homophobia is real, but there is also a political tussle and mind games being played over who are the guardians of Islam and race. In this crossfire LGBTQI issues and people become politicised.

    Who are the main groups attacking LGBTQI rights in Malaysia?

    All the groups attacking LGBTQI rights use evangelical language, similar to the right wing in Europe or the USA. They reject the universality of human rights, are nationalistic, oppose pluralism and diversity in many ways, prioritise a particular race or religion and support ‘conversion therapy’. Some of the state-funded activities towards LGBTQI people are carried out by these groups.

    There are celebrity preachers who post social media videos encouraging people to troll LGBTQI people and those who post LGBTQI-related content. There are also individuals who make homophobic comments and conservative student groups who organise against LGBTQI people. But they are less physically aggressive than those in Europe and the USA. They are often careful not to insult LGBTQI people out of fear of giving Islam a bad name.

    There are also ethno-nationalist groups, with the purpose of protecting Muslims and ethnic Malays, that also engage in anti-LGBTQI activity. These don’t adopt an evangelical approach. They engage more in reporting LGBTQI people to the police, and sometimes physical intimidation and violence. At the last women’s march, we saw some of these groups physically intimidating participants. They also issue statements and have an active social media presence.

    Then there are groups that call themselves Islamic non-governmental organisations (NGOs), some of which come together under a coalition of Islamic NGOs that participate in the Universal Periodic Review (UPR) process of the UN Human Rights Council (UNHRC). These include groups that use more rights-oriented language, given that they engage in the UPR process, and particularly use the language of religious rights. They position what they call the ‘rehabilitation’ of LGBTQI people as consistent with these religious rights. They also cite examples such as the case of a bakery in the USA that was taken to court for refusing to provide a cake for a same-sex wedding to support their arguments for religious rights. Some of these are groups of doctors, lawyers and academics, and they make pseudo-scientific and legal arguments against LGBTQI rights. Some of these Islamic NGOs also provide services, and as such are involved in the government’s ‘rehabilitation’ programme.

    Within civil society, there is a tension between groups that support the universality of human rights and those that oppose it. Between those that promote pluralism and liberalism and those that oppose these. Between those that support LGBTQI rights and those that talk in terms of ‘rehabilitating’ LGBTQI people.

    How do these tensions play out around civil society’s engagement at the international level?

    Some of those Islamic NGOs engage in policy spaces. If LGBTQI CSOs attend a government consultation on the UPR, they share the space with these.

    The UPR process – and UN processes more generally – offer a key site of contestation between these two camps. The second UPR cycle in 2013 was seen by critics as an attempt by civil society to push for the recognition of LGBTQI rights and destabilise the position of Islam in the Federal Constitution. There was a lot of pushback. And then in the third UPR cycle in 2018, these groups participated in the process and claimed space. Some of the recommendations of this group were included in the report compiled by the UNHRC.

    When the Government of Malaysia tried to ratify the International Convention on the Elimination of All Forms of Racial Discrimination and the Rome Statue of the International Criminal Court, there was a lot of pushback from these groups and attempts to mobilise Muslim people against ratification. The government pulled out of ratifying on the grounds that it would affect the position of Islam and could offer an entry point to the recognition of LGBTQI rights.

    How do different groups that oppose LGBTQI rights connect and receive support?

    After the corruption scandal that led to the ruling party losing the election, ethno-nationalist groups are no longer as closely linked to political parties as they used to be. I suspect now they are mostly self-funded. With Islamic NGOs, I suspect they receive some foreign funding. Some have a presence outside Malaysia as well. There is an umbrella group, ISMA (Malaysian Muslim Solidarity), which apparently has an office in Germany.

    We also believe some groups receive state funding for their participation in the government’s anti-LGBTQI programme. When a colleague raised the issue of state-sponsored violence against LGBTQI people at a UPR meeting, this created a lot of protest from Islamic NGOs, including those linked with ISMA, who demanded an apology and retraction. The small organisations that are providing ‘rehabilitation’ services also mobilised in their support, making quite clear the connections between groups receiving state funding to provide services and Islamic NGOs advocating against LGBTQI rights.

    How is progressive, rights-oriented civil society trying to respond?

    In the last few years LGBTQI groups are also pushing back and being more organised. The coalition of human rights organisations that participated in the UPR process has also tried to engage with Islamic NGOs and tried to increase engagement by pro-human rights Islamic organisations. They had some success in the UPR process in getting some groups to recognise the discrimination LGBTQI people face. Now there are more civil society groups that are countering arguments against universal human rights online, and more actions to communicate human rights messages in popular ways and in different languages. LGBTQI groups are working on communication strategies. We need this because we face overwhelming misinformation about LGBTQI people.

    LGBTQI groups recognise that these issues aren’t restricted to Malaysia alone. We see a lot of tension at the UN level and realise these issues are ongoing, with states pushing the adoption of problematic language. For example at the Commission on the Status of Women in 2019, language about sexual orientation and gender identity was dropped because of pushback from conservatives. This is a global issue. Civil society everywhere is dealing with these challenges. So how can we come together and strategise around this? How can we do global activism better?

    We need to make sure there is diverse representation in these international forums. We need to have global solidarity to push back on attacks on rights.

    Because there’s a religious dimension to this, and because Islamophobia is on the rise, we need also to be careful when talking about these issues not to encourage more Islamophobia. We need to have more conversations about how we address intersectional forms of oppression and also give spaces for Islamic groups to participate in processes that help address Islamophobia. This is something that as civil society we need to be sensitive to.

    Civic space in Malaysia is rated as ‘obstructed’ by theCIVICUS Monitor.

    Get in touch with Justice for Sisters through itswebsite andFacebook page, orfollow@justice_sisters on Twitter.

     

  • MYANMAR : « Les militaires ont fait passer les travailleurs de la santé du statut de héros à celui de criminel du jour au lendemain »

    Nay Lin Tun MayCIVICUS s’entretient avec Nay Lin Tun, un médecin qui se porte régulièrement volontaire auprès des équipes de secours dans les zones d’urgence de la ville de Yangon au Myanmar. Depuis que l’armée a pris le pouvoir par un coup d’État le 1er février 2021, elle a lancé unerépression brutale contre le Mouvement de désobéissance civile (MDC), un mouvement de protestation qui s’est étendu à tout le pays et au sein duquel lesprofessionnels de la santé ont joué un rôle clé.

    Depuis le coup d’État, Nay Lin Tun est en première ligne pour soigner les manifestants blessés par les forces de sécurité. Il a précédemment travaillé dans l’État de Rakhine, où il fournissait des soins de santé communautaires mobiles à la population Rohingya et à d’autres personnes déplacées à l’intérieur du pays dans les zones touchées par le conflit. Il a également participé à la campagneGoalkeepers Youth Action Accelerator, qui vise à accélérer les progrès vers les objectifs de développement durable des Nations unies.

     

  • MYANMAR : « Presque toutes les personnes détenues nous disent qu’elles ont été battues »

    CIVICUS s’entretient avec Manny Maung, chercheuse au Myanmar pour Human Rights Watch (HRW), sur la situation des droits humains au Myanmar. Manny était auparavant journaliste et a passé de nombreuses années à vivre et à travailler au Myanmar.

    Le Myanmar reste sur la liste de surveillance du CIVICUS Monitor, qui comprend les pays ayant connu un déclin récent et rapide de leurs libertés civiques. Les militaires du Myanmar ont pris le pouvoir par un coup d’État le 1er février 2021, ont arrêté les dirigeants civils du gouvernement national et des États et ont lancé une répression brutale contre le mouvement de protestation dans tout le pays. Plus de six mois après, l’assaut contre l’espace civique persiste. Des milliers de personnes ont été arrêtées et détenues de manière arbitraire. Nombre d’entre eux font l’objet d’accusations infondées et des cas de torture et de mauvais traitements pendant les interrogatoires ont été signalés, ainsi que des décès en détention.

    Manny Maung

    Quelle est la situation des libertés civiques au Myanmar plus de cinq mois après le coup d’État ?

    Depuis le coup d’État militaire du 1er février, nous avons assisté à une détérioration rapide de la situation. Des milliers de personnes ont été détenues arbitrairement et des centaines ont été tuées, tandis que de nombreuses autres se cachent et tentent d’échapper à l’arrestation. HRW a déterminé que les militaires ont commis des abus qui équivalent à des crimes contre l’humanité à l’encontre de la population. Il est donc évident que la situation est extrêmement dangereuse pour la société civile, les libertés civiques étant devenues inexistantes.

    Le mouvement de désobéissance civile (MDC) est-il toujours actif malgré la répression ?

    Des manifestations ont encore lieu quotidiennement, bien qu’elles soient moins nombreuses et plus ponctuelles. Des grèves éclair éclatent dans tout le Myanmar, et pas seulement dans les grandes villes. Mais ces manifestations sont désormais légèrement atténuées, non seulement en raison des violentes répressions des forces de sécurité, mais aussi à cause de la troisième vague dévastatrice d’infections au COVID-19. Des centaines de mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre des meneurs des manifestations, y compris à l’encontre de près de 600 médecins qui ont participé à la MDC ou l’ont dirigée auparavant. Les journalistes, les avocats et les leaders de la société civile ont tous été pris pour cible, de même que toute personne considérée comme un leader de la manifestation ou de la grève. Dans certains cas, si les autorités ne trouvent pas la personne qu’elles veulent arrêter, elles arrêtent les membres de sa famille en guise de punition collective.

    Quelle est la situation des manifestants qui ont été arrêtés et détenus ?

    Presque toutes les personnes avec lesquelles nous nous sommes entretenus et qui ont été détenues ou raflées lors des vastes opérations de répression des manifestations nous ont dit avoir été battues lors de leur arrestation ou de leur détention dans des centres d’interrogatoire militaires. Un adolescent m’a raconté qu’il avait été frappé si fort avec la crosse d’un fusil qu’il s’était évanoui entre les coups. Il a également raconté qu’on l’a forcé à entrer dans une fosse et qu’on l’a enterré jusqu’au cou alors qu’il avait les yeux bandés, tout cela parce que les autorités le soupçonnaient d’être un leader protestataire. D’autres personnes ont décrit des passages à tabac violents alors qu’elles étaient menottées à une chaise, qu’elles étaient privées de nourriture et d’eau, qu’elles ne dormaient pas et qu’elles subissaient des violences sexuelles ou des menaces de viol.

    De nombreux manifestants qui sont toujours détenus n’ont pas eu de procès sérieux. Certains ont été inculpés et condamnés, mais il s’agit d’un petit nombre comparé aux milliers de personnes qui attendent que leur dossier avance. De nombreux détenus qui ont été libérés depuis nous disent qu’ils ont eu très peu de contacts, voire aucun, avec leurs avocats. Mais les avocats qui les représentent courent également des risques. Au moins six avocats défendant des prisonniers politiques ont été arrêtés, dont trois alors qu’ils représentaient un client dans le cadre d’un procès.

    Comment l’interruption des services d’Internet et de télévision a-t-elle affecté le MDP ?

    L’interdiction de la télévision par satellite est venue s’ajouter aux restrictions de l’accès à l’information. La junte a affirmé que des « organisations illégales et des organes de presse » diffusaient des programmes par satellite qui menaçaient la sécurité de l’État. Mais les interdictions semblent viser principalement les chaînes d’information étrangères qui diffusent par satellite au Myanmar, y compris deux diffuseurs indépendants en langue birmane, Democratic Voice of Burma et Mizzima, qui se sont vu retirer leur licence par la junte en mars. Les coupures d’accès à Internet ont également rendu difficile l’accès à l’information et la communication en temps réel entre les personnes.

    Les coupures générales de l’accès à Internet sont une forme de punition collective. Elles entravent l’accès aux informations et aux communications nécessaires à la vie quotidienne, mais surtout en cas de crise et de pandémie de COVID-19. Ces restrictions servent également de couverture aux violations des droits humains et compliquent les efforts visant à documenter ces violations.

    Pourquoi la violence dans les zones ethniques a-t-elle augmenté, et qui est visé ?

    Le coup d’État a entraîné une reprise des combats dans certaines régions du pays entre les groupes armés ethniques et l’armée. L’État de Rakhine semble être l’exception, car l’armée d’Arakan y a négocié un cessez-le-feu et les manifestations contre l’armée n’ont pas été aussi bruyantes ou répandues. D’autres groupes armés ethniques, tels que l’Armée de l’indépendance kachin et l’Armée de libération nationale karen (ALNK), ont accueilli favorablement la résistance aux militaires et offrent un refuge aux personnes fuyant les militaires dans les territoires qu’ils contrôlent. De nouveaux affrontements entre l’armée et l’ALNK ont donné lieu à un certain nombre de violations des droits humains à l’encontre de civils et ont entraîné le déplacement de milliers de personnes à la frontière entre la Thaïlande et le Myanmar.

    Que pensez-vous de la réaction de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) à la situation au Myanmar jusqu’à présent ?

    L’ANASE a tenté de suivre les voies diplomatiques, mais il ne s’agit pas d’une situation où les choses se passent comme d’habitude. Les militaires ont pris le pouvoir et ont commis des crimes contre leur propre peuple - une population civile qui a déjà voté pour le gouvernement qu’elle préfère. Après des mois de négociations futiles, l’ANASE devrait être prête à imposer des sanctions au Myanmar. En tant que nations indépendantes, les États membres de l’ANASE devraient agir ensemble et imposer des sanctions ciblées au Myanmar afin de s’assurer que les militaires n’agissent plus en toute impunité.

    La réaction du général Min Aung Hlaing, qui s’est autoproclamé Premier ministre, au plan consensuel en cinq points proposé par l’ANASE témoigne de son mépris total pour la diplomatie régionale et montre clairement qu’il ne répondra qu’à des actes durs - tels que la coupure de son accès et de celui de l’armée aux revenus étrangers par des sanctions intelligentes.

    Que peut faire la communauté internationale pour soutenir la société civile et favoriser le retour à un régime démocratique ?

    HRW recommande au Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) de saisir la Cour pénale internationale concernant la situation au Myanmar. Le CSNU et les pays influents tels que les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Australie, le Japon, l’Inde, la Thaïlande et l’Union européenne devraient appliquer des sanctions coordonnées pour faire pression sur la junte. Le CSNU devrait également adopter une résolution visant à interdire la vente d’armes au Myanmar.

    Quant aux organisations internationales de la société civile, elles doivent continuer à plaider en faveur des membres de la société civile qui se cachent actuellement ou qui sont détenus de manière arbitraire. Cela signifie qu’elles doivent continuer à faire pression pour que soit reconnue la gravité de la crise politique et humanitaire au Myanmar, et pour que les gouvernements agissent en faveur de la population du Myanmar.

    L’espace civique au Myanmar est classé « réprimé » par le CIVICUS Monitor.

    Suivez @mannymaung sur Twitter.

     

Page 1 sur 2