Tchad: Arrêtez les violences contre les manifestants pacifiques et respectez les droits démocratiques des Tchadiens

Les autorités tchadiennes doivent cesser la répression brutale des manifestants pacifiques et assurer une transition démocratique immédiate au Tchad, déclare l'alliance mondiale de la société civile CIVICUS. Les désordres risquent de se poursuivre si les militaires ne permettent pas la mise en place d'un gouvernement dirigé par des civils.  
 
Le 8 mai 2021, les forces de sécurité ont fait usage de la violence à l'encontre de manifestants pacifiques qui dénonçaient une prise de pouvoir militaire au Tchad à la suite du décès du président Idriss Déby Itno le 20 avril 2021.  
 
Plus de 5 personnes ont été tuées et plusieurs autres blessées lors de manifestations similaires organisées le 27 avril. Menées par une coalition de groupes de la société civile et de membres de l'opposition politique, les manifestations condamnent la poursuite d'une dynastie tchadienne après que le fils du président Déby, le général Mahamat Idriss Déby, a succédé à son père et nommé un gouvernement militaire de transition.  
 
"L'armée tchadienne a une fois de plus choisi d'ignorer une opportunité de mettre en place des réformes démocratiques, de réinitialiser la trajectoire politique du Tchad et de respecter les obligations constitutionnelles et internationales en matière de droits humains.  L'armée continue à privilégier la violence au dialogue et à fouler aux pieds les normes démocratiques", a déclaré David Kode Responsable du plaidoyer et des campagnes pour CIVICUS
 
Contexte
 
Avant les récentes élections tchadiennes d'avril 2021, les autorités ont imposé une interdiction des manifestations pacifiques afin de dissuader les membres de la société civile et de l'opposition politique de protester contre la décision du président Idriss Déby Itno de se présenter pour un sixième mandat.  En février 2021, plus de 100 personnes ont été arrêtées pour avoir manifesté et plusieurs ont ensuite été inculpées de trouble à l'ordre public. Le président Idriss Déby a été tué en combattant les rebelles en avril. Depuis lors, la société civile et l'opposition politique protestent contre le Conseil militaire de transition et appellent à un retour à un régime civil.  
 
Pour plus d'informations sur les violations de l'espace civique, visitez la page du Tchad sur le CIVICUS Monitor.