LES GROUPES ANTI-DROITS DE L'HOMME: "Ils ne pensent pas que les droits de l'homme sont universels ou ils ne considèrent pas toutes les personnes comme des êtres humains égaux "

gordan bosanacDans le cadre de notre rapport thématique de 2019, nous interrogeons des militants de la société civile, des dirigeants et des experts sur leur expérience des réactions hostiles de la part des groupes anti-droits humains. CIVICUS parle de la montée de l'extrémisme des groupes d'extrême droite et du fondamentalisme religieux en Europe de l'Est avec Gordan Bosanac, co-auteur d'une étude de cas sur l'Europe de l'Est pour le rapport du Global Philanthropy Project: « Conservatisme religieux sur la scène mondiale : Menaces et défis pour les droits LGBTI ».

 

Vous avez travaillé sur diverses questions, du racisme et de la xénophobie au conservatisme religieux et aux droits LGBTQI. Pensez-vous que la montée du nationalisme et attaques contre les droits des migrants et les droits sexuels et reproductifs font tous partie de la même tendance ?

Tout cela fait indéniablement partie du même phénomène. La grande majorité des organisations qui se mobilisent contre les droits des femmes rejettent également les personnes LGBTQI et les migrants et réfugiés. Ils font tous partie du même mouvement mondial qui rejette les idées démocratiques libérales, et ils se mobilisent tous contre les minorités ou les groupes vulnérables.

Il s'agit d'un ensemble très hétérogène de groupes et d'organisations. Leur dénominateur commun est ce contre quoi ils luttent : la démocratie libérale. Les groupes néonazis, misogynes, anti-LGBTQI et anti-migrants ont des objectifs différents, mais ils partagent le même programme et y collaborent. Beaucoup de ces groupes se réunissent au Congrès mondial des familles, où vous trouverez beaucoup de discours de haine contre la communauté LGBTQI, contre les femmes et contre les migrants. Ils partagent la même philosophie.

Pour moi, ces groupes sont exactement l'inverse du mouvement des droits de l'homme, où certaines organisations se concentrent sur les droits des femmes, d'autres sur les droits des LGBTQI, d'autres encore sur les migrants ou les peuples indigènes, ou sur les droits sociaux, culturels ou environnementaux, mais nous avons tous une philosophie fondée sur une vision positive des droits humains. Nous faisons tous partie du mouvement des droits de la personne. C'est exactement le contraire pour eux : ils partagent tous une vision négative des droits de l'homme, ils ne pensent pas qu'ils sont universels, ou ils ne considèrent pas tous les gens comme des êtres humains égaux. Quoi qu'il en soit, ils se mobilisent contre les droits de l'homme.

Quand et pourquoi des groupes fondamentalistes chrétiens sont-ils apparus en Europe de l'Est ?

L'une de mes collègues dit que ces groupes existent depuis longtemps. Elle enquête actuellement sur la troisième génération de ces groupes et affirme qu'ils ont vu le jour dans les années 1970, lorsqu'ils se sont mobilisés pour la première fois autour des idées néonazies et contre les droits des femmes. Le tournant le plus récent en Europe de l'Est s'est produit au début des années 2010. Dans de nombreux cas, il s'agit d'une réaction contre les débats politiques nationaux sur les LGBTQI et les droits reproductifs. La Croatie, d'où je viens, était l'une des exceptions en ce sens que ces groupes ne se sont pas mobilisés en réaction aux avancées politiques des groupes de défense des droits des femmes et des LGBTQI, mais plutôt par anticipation et à titre de mesure préventive contre les processus qui progressaient au niveau international, et en particulier contre le mariage homosexuel.

L'expérience croate s'est déroulée en trois phases. A partir des années 1990, un mouvement anti-avortement s'est développé, dirigé par des prêtres catholiques charismatiques. Après la chute du communisme, l'avortement a été présenté comme étant contraire à la foi religieuse, aux valeurs familiales et à l'identité nationale. L'Église catholique a créé des " centres familiaux " qui offrent des services de soutien aux familles. Depuis le début des années 2000, des organisations indépendantes de la société civile (OSC) formées par des citoyens religieux " concernés " sont apparues. Leur naissance est liée à l'introduction de l'éducation sexuelle dans les programmes scolaires publics. Une troisième phase a commencé vers 2010, avec la montée en puissance d'OSC fondamentalistes liées au niveau national et international, indépendantes de la structure de l'Eglise. Par exemple, les nouveaux groupes avaient des liens avec les mouvements polonais ultraconservateurs "Tradition, Famille, Propriété" et "Ordo Iuris". L'Église catholique est restée à l'arrière-plan et le rôle des porte-paroles anti-droits a été relégué aux citoyens religieux " concernés ".

En Croatie, les fondamentalistes ont fait bon usage des référendums nationaux organisés à l'initiative des citoyens. En 2013, ils ont rejeté l'égalité en matière de mariage, en grande partie grâce à des lois électorales qui n'exigent pas une participation électorale minimale aux référendums nationaux; la faible participation d'environ 38 %, suffisant à permettre un changement constitutionnel. En revanche, des référendums similaires ont échoué en Roumanie et en Slovaquie grâce à l'exigence d'une participation minimale de 50 %.

Les groupes de défense des droits de l'homme semblent avoir fait beaucoup de progrès en Europe de l'Est depuis le début des années 2010. Pourquoi ?

Nous avons commencé à suivre de près ces groupes en Croatie au moment du référendum, et ce que nous avons vu, c'est que leur progression a été liée à la redéfinition de leurs stratégies. Ils étaient démodés, peu attrayants pour leurs publics potentiels et peu habiles dans l'utilisation des instruments de la démocratie directe. A partir de 2010, ils ont changé de stratégie. Le mouvement de lutte contre les droits de l'homme a connu un renouveau rapide, et ses nouveaux dirigeants étaient très jeunes, éloquents et conscients du potentiel des instruments démocratiques. Dans leurs apparitions publiques, ils ont commencé à minimiser la religion, passant du symbolisme religieux à des visuels contemporains, colorés et joyeux. Ils ont commencé à organiser des mobilisations de masse telles que les marches contre l'avortement "Walk for Life", ainsi que des actions de rue à petite échelle, comme la prière contre l'avortement devant les hôpitaux ou la mise en scène de performances. Ironiquement, ils ont appris en observant de près ce que les OSC progressistes en matière de droits de la personne avaient fait : tout ce qu'elles faisaient avec succès, ils l'ont copié. Ils ont également relancé et amélioré les méthodes traditionnelles de pétition, en allant en ligne avec des plateformes telles que CitizenGo.

Sur le plan international, les groupes de lutte contre les droits ont commencé à prendre forme au milieu des années 1990 en réaction à la quatrième Conférence mondiale des Nations Unies sur les femmes, tenue en 1995 à Beijing. C'est alors qu'un consensus s'est formé autour des droits des femmes en tant que droits humains, et que le genre est apparu à l'ordre du jour. Les groupes religieux se sont sentis vaincus à Pékin. Beaucoup d'universitaires qui ont étudié ce processus ont conclu que l'Église catholique était alors irritée parce qu'elle avait perdu une grande bataille. Ils ont subi plusieurs défaites dans les années qui ont suivi, ce qui les a rendus encore plus furieux. En 2004, la candidature de Rocco Buttiglione, candidat italien à la Commission européenne, a été retirée sous la pression du Parlement européen en raison de ses positions sexistes et homophobes. Les fondamentalistes chrétiens ont également été furieux lorsque des discussions animées ont eu lieu sur la possibilité que les "racines chrétiennes" de l'Europe soient mentionnées dans la Constitution européenne. Tout cela a mis le Vatican très en colère. Il y a eu quelques moments symboliques qui les ont rendus furieux et les ont poussés à lutter plus fermement contre les idées libérales.

En réaction à cela, ils se sont modernisés, ce qui leur a permis d'avoir des liens de plus en plus étroits avec des groupes évangéliques fondamentalistes basés aux États-Unis, ayant une longue expérience dans l'élaboration de politiques à l'intérieur et en dehors des États-Unis.

Pensez-vous qu'il s'agit surtout d'un processus du sommet vers la base, ou ces groupes ont-ils véritablement atteint la base ?

En Europe de l'Est, il s'agit surtout d'un processus descendant, peut-être lié au fait que la plupart de ces groupes sont catholiques chrétiens, et non évangéliques. Ces idées viennent de très haut. Elles sont produites et diffusées par le Vatican depuis des décennies. Ces groupes ne sont pas spontanés et sont très bien organisés. Leurs stratégies ne se sont pas répandues par imitation, mais plutôt parce qu'elles sont toutes dictées par le sommet.

Cela ne veut pas dire qu'ils n'ont pas pu faire appel aux citoyens ; au contraire, ils l'ont fait avec beaucoup de succès, encore plus que les groupes anti-droits humains. C'est parce qu'ils utilisent un langage très simple et jouent sur les peurs et les insécurités des gens. Ils construisent leur popularité sur les préjugés et les craintes des autres qui sont différents. La peur semble être un moyen facile de mobiliser les gens, mais les gens de gauche ne veulent pas l'utiliser parce qu'ils estiment qu'il n'est pas juste de manipuler les gens. Les groupes de défense des droits, par contre, n'ont aucun problème à faire peur aux gens. Lorsqu'ils sont apparus pour la première fois en Croatie, ces groupes ont obtenu un énorme soutien parce qu'ils ont suscité la peur et se sont ensuite présentés comme les protecteurs et les sauveurs des citoyens contre ce monstre fictif qu'ils avaient créé.

Quelles sont les principales stratégies que ces groupes ont utilisées pour se développer ?

Premièrement, ils partagent un discours unifié qui s'articule autour du rejet de ce qu'ils appellent "l'idéologie du genre", qui n'est qu'un signifiant vide pour désigner toute menace qu'ils perçoivent dans un contexte particulier. Ils se déclarent les protecteurs de la famille et de l'ordre naturel et utilisent des stratégies de diffamation et un discours pseudo-scientifique contre les droits des femmes et des personnes LGBTQI. Une rhétorique nationaliste est également omniprésente dans les pays d'Europe de l'Est.

Deuxièmement, ils ont coopté le discours sur les droits de l'homme et adopté les pratiques d'organisation civique du mouvement des droits de l'homme. Ils profitent non seulement de l'accès direct aux citoyens qui vont à l'église, mais ils mobilisent aussi la base à travers des conférences, des formations, des camps de jeunes et les réseaux sociaux. Ils bénéficient également d'un financement suffisant pour emmener les gens en bus aux rassemblements importants comme les marches « Walk for Life », payer les dépenses de nombreux bénévoles et couvrir le coût de la publicité dispendieuse.

Troisièmement, ils ont utilisé avec succès des mécanismes référendaires à l'initiative des citoyens. En Croatie et en Slovénie, ils ont recueilli le nombre requis de signatures pour lancer des référendums nationaux contre le mariage homosexuel, qu'ils ont remportés. En Roumanie et en Slovaquie, à leur tour, ils ont réussi à recueillir les signatures mais n'ont pas réussi à satisfaire à l'exigence minimale de participation. Le taux de participation à tous ces référendums a varié de 20 % en Roumanie à 38 % en Croatie, ce qui montre que les fondamentalistes ne bénéficient d'aucun soutien majoritaire, mais qu'ils utilisent toujours intelligemment les mécanismes démocratiques pour faire avancer leur programme.

Quatrièmement, ils ont recours aux poursuites judiciaires à la fois pour influencer et modifier la législation et pour arrêter les militants des droits humains et les journalistes qui critiquent leur travail. Afin de les faire taire, ils les poursuivent en justice pour diffamation et 'discours de haine contre les chrétiens'. Bien que ces affaires soient généralement rejetées, elles les aident à se positionner en tant que victimes en raison de leurs croyances religieuses.

Cinquièmement, ils bénéficient non seulement d'une bonne couverture de leurs événements dans les médias grand public, mais ils ont aussi leurs propres médias, principalement des portails d'information en ligne, dans lesquels ils publient de fausses nouvelles qui diffament leurs adversaires, qu'ils diffusent ensuite sur les réseaux sociaux. Ils accueillent et couvrent également des événements conservateurs mettant en vedette des " experts internationaux " qui sont présentés comme les plus hautes autorités sur des questions telles que la sexualité et les droits de l'enfant.

Sixièmement, ils s'appuient sur une collaboration transnationale à travers l'Europe et avec des groupes basés aux États-Unis.

Septièmement, ils ciblent le système scolaire, par exemple avec des programmes extrascolaires destinés à influencer les enfants âgés de 4 à 14 ans, lorsqu'ils sont les plus vulnérables et les plus facilement convertibles.

Enfin, ils travaillent non seulement par l'intermédiaire d'OSC, mais aussi de partis politiques. De cette façon, ils sont également présents aux élections et, dans certains cas, ils acquièrent un pouvoir significatif. C'est le cas du parti d'extrême droite polonais Droit et Justice, qui a pleinement intégré ces groupes dans ses activités. Dans d'autres cas, ils créent leur propre parti politique. C'est ce qui s'est passé en Croatie, où la principale OSC fondamentaliste, "Au nom de la famille", a créé un parti politique appelé "Project Homeland". Le cas de la Roumanie est particulièrement préoccupant à cet égard, car il montre comment les positions fondamentalistes chrétiennes sur les droits LGBTQI peuvent être intégrées dans l'ensemble du spectre politique et religieux.

En d'autres termes, ces groupes sont présents dans divers espaces, pas seulement au sein de la société civile. Et ils ciblent les principaux partis conservateurs, notamment ceux qui sont membres du Parti populaire européen, le groupe de centre-droit du Parlement européen. Ils essaient de déplacer les partis de centre-droit et conservateurs vers l'extrême droite. C'est leur combat crucial parce que cela peut les mener au pouvoir. Il est de la responsabilité des partis conservateurs du monde entier de résister à ces attaques, et il est dans l'intérêt des groupes progressistes de les protéger également, car s'ils perdent, nous perdons tous.

Pensez-vous qu'il y a quelque chose que la société civile progressiste puisse faire pour arrêter les groupes anti-droits ?

Je ne suis pas très optimiste parce que nous les combattons depuis plusieurs années et c'est très difficile, d'autant plus que la mouvance mondiale est aussi en train de changer : il y a une tendance générale à droite qui semble très difficile à contrer.

Cependant, il y a encore plusieurs choses à faire. La première chose à faire serait de faire la lumière sur ces groupes, de dire aux gens qui ils sont vraiment. Nous devons les exposer pour ce qu'ils sont- les fondamentalistes religieux, les néonazis et ainsi de suite - parce qu'ils cachent leur vrai visage. Selon le contexte local, ils ne sont parfois même pas fiers d'admettre qu'ils sont liés à l'Église. Une fois que ces liens sont mis en évidence, de nombreuses personnes deviennent méfiantes à leur égard. Il faudrait aussi espérer qu'il y ait du bon sens, que les circuits d'argent sale soient dévoilés et que les gens réagissent, ce qui arrive parfois, mais pas toujours.

Le rôle principal devrait être joué par les croyants qui refusent d'accepter l'utilisation abusive de la religion à des fins extrémistes. Les croyants sont les porte-paroles les plus authentiques contre le fondamentalisme et leur voix peut être beaucoup plus forte que celle des laïcs mobilisés ou de l'opposition politique. Toutefois, l'absence de tels groupes au niveau local, en raison des pressions exercées par les autorités religieuses locales, peut être un problème. Le pape François a sérieusement affaibli les groupes fondamentalistes et il est un excellent exemple de la manière dont les chefs religieux peuvent combattre l'extrémisme religieux et le fondamentalisme.

Il est également productif d'utiliser l'humour contre eux. Ils ne savent pas vraiment plaisanter ; les situations sarcastiques et humoristiques les déconcertent. Cela peut susciter des soupçons chez de nombreuses personnes. Mais nous devons veiller à ne pas en faire des victimes, car ce sont des experts en matière d'auto-victimisation et ils sauront comment s'en servir contre nous.

Enfin, permettez-moi de le redire parce que c'est fondamental. Cela peut sembler contre-intuitif, mais il est très important de donner aux partis conservateurs du monde entier les moyens de tenir bon et de résister aux tentatives de détournement d'extrême droite. Les progressistes doivent protéger les partis conservateurs contre les attaques d'extrémistes, sinon ils deviendront des véhicules de l'extrême droite pour accéder au pouvoir, et il sera alors trop tard.

L'espace civique en Croatie est classé comme " rétréci " par le Monitor CIVICUS.

Suivez @GordanBosanac sur Twitter.

COMMUNIQUEZ AVEC NOUS

Canaux numériques

Siège social
25  Owl Street, 6th Floor
Johannesbourg,
Afrique du Sud,
2092
Tél: +27 (0)11 833 5959
Fax: +27 (0)11 833 7997

Bureau pour l’onu: New-York
CIVICUS, c/o We Work
450 Lexington Ave
New-York
NY 10017
Etats-Unis

Bureau pour l’onu : Geneve
11 Avenue de la Paix
Genève
Suisse
CH-1202
Tél: +41.79.910.34.28