Amanda

Relations
contractuelles
etchangement de
la direction

Amanda (elle)
Engajamundo, Brésil

Cette histoire fait partie du guide "L’accès aux ressources pour les groupes et mouvements dirigés par des jeunes: Un guide de réflexion destiné aux donateurs et membres d’organisations de jeunes". Vous pouvez écouter et/ou lire l'histoire d’Amanda ci-dessous ou aller directement aux exercices proposés pour les donateurs ou à o a ceux pour les groupes et mouvements dirigés par les jeunes.

Sous la forme de trois extraits de son journal, ce récit relate l’expérience d’Amanda, cofondatrice et codirectrice d’Engajamundo, un mouvement dirigé par des jeunes au Brésil.

Alors qu’elle quitte la présidence d’Engajamundo, Amanda partage avec nous trois moments d’apprentissage intense et difficile.

Vous pouvez également écouter et partager cette histoire sur SoundCloud et YouTube

Définir des priorités

Mai 2014

“ Aujourd’hui, je me sens découragée. Au cours des huit derniers mois, trois de mes meilleures amies et collègues ont accepté un emploi dans une entreprise.
Je les comprends. Depuis un an et demi, le travail au sein d’Engajamundo a été continu, imprévisible et… non rémunéré. Je comprends pourquoi un travail bien payé est si essentiel et attractif. Tout le monde est épuisé.

Mais cela a aussi été formidable. Nous nous sommes beaucoup amusées, nous avons énormément appris. Je ne veux pas abandonner. Travailler aux côtés de jeunes au Brésil et s’organiser pour relever ensemble les défis sociaux et environnementaux me paraît juste.

Je suis triste du changement d’équipe, mais il y a peut-être là une leçon à retenir…

La seule façon pour nous de continuer à nous engager au sein d’Engajamundo et de construire une équipe solide est de reconnaître que nous devons aussi subvenir à nos besoins. Sans forcément gagner très bien notre vie, mais nous devons quand même gagner quelque chose. Nous devons apprendre à valoriser notre travail.

Depuis un an et demi, nous avons réussi à collecter des fonds pour qu’une délégation de quatre jeunes participe à notre première conférence internationale, la COP19 sur le changement climatique à Varsovie. Nous avons également des volontaires qui travaillent dans les cinq régions du Brésil, et nous avons organisé un rassemblement de jeunes d’Amérique du Sud, le JUVENSUR…

Nous devons nous assurer que nos partenaires reconnaissent notre travail. Nous ne sommes pas seulement une bande de jeunes qui font du bénévolat.

Pour assurer la pérennité d’Engajamundo, nous devons créer des systèmes d’organisation plus solides. Si nous allons de projet en projet, nous n’avons plus le temps de former notre équipe, de créer des systèmes de communication interne et externe… Nous devons donner la priorité à la création d’une base solide pour notre travail.

Nous devons nous convaincre que c’est aussi un travail important »

Perdus dans le contrat des ODD

Septembre 2015

Il s’est passé tant de choses ! Depuis six mois, nous n’avons pas eu un instant de répit. Lorsque nous avons accepté le contrat de conception de cet événement d’une semaine sur les ODD (objectifs de développement durable), nous pensions que ce serait une bonne occasion de financer notre organisation et de gagner en visibilité. C’est le plus gros contrat que nous ayons jamais géré. Se faire engager comme prestataire de services signifiait la possibilité de générer des revenus pour trois des membres de notre équipe pendant six mois.

Nous ignorions que cela prendrait tout notre temps. Tout notre temps.

Ce qui me dérange le plus, ce n’est pas que le travail soit exigeant. La relation avec notre client est insupportable. Elle a changé l’ambiance à Engajamundo. Au lieu de sentir que nous co-créons un événement, nous avons l’impression d’être des prestataires qui mettent en œuvre la vision de quelqu’un d’autre sans pouvoir y mettre notre propre créativité ni notre cœur. C’est tellement différent du travail auquel nous sommes habitués. Tellement différent du travail que nous aimons faire.

J’ai tellement hâte que tout cela soit terminé… »

De nombreux groupes et mouvements dirigés par des jeunes décident de travailler avec des partenaires en tant que consultants. Générer des revenus par le biais de contrats implique que lorsque le contrat est terminé, le groupe peut allouer ses revenus en toute liberté.

Ceci étant dit, comme le souligne Amanda, le fait d’être sous contrat pourrait impliquer qu’un groupe ou mouvement de jeunes ne puisse pas être un partenaire à part entière dans la conception d’un produit, d’un service ou d’une initiative

Changement de la direction

Mai 2018

“Je ne peux pas décrire combien d’émotions j’ai ressenties à l’idée de quitter Engajamundo. Engajamundo a été ma maison pendant six ans. C’est un espace qui m’a permis de grandir, d’apprendre, de rencontrer des gens, de découvrir le Brésil, d’apporter ma contribution.

Je suis convaincue qu’Engajamundo est prête à accueillir une nouvelle équipe. Surtout, je suis sûre qu’Engajamundo sera mieux gérée par une équipe de moins de 30 ans.

Je me sens un peu perdue en y pensant. Vide, confuse, angoissée. Où vais-je aller ensuite ?

Je me sens fière aussi. Je suis fière de tout ce que j’ai appris sur moi-même, d’avoir travaillé avec une équipe de manière saine, de m’être engagée comme je l’ai fait et d’avoir appris autant au contact d’autres jeunes au Brésil.

Le défi consiste maintenant à partir avec dignité. Et de manière réfléchie.

Comment allons-nous recruter une nouvelle équipe de manière inclusive et diversifiée ? Quels sont les critères importants pour recruter de nouveaux membres ? Le contexte politique au Brésil est si difficile en ce moment ; la nouvelle équipe sera-t-elle capable de s’y adapter?

Comment nous assurer que nous transmettrons toutes les informations relatives à l’organisation?

Les nouveaux membres de l’équipe pourront-ils maintenir les relations que nous avons établies avec les donateurs?”

Exercices pour les donateurs, les partenaires et les facilitateurs

Embaucher des groupes et mouvements dirigés par des jeunes

Amanda était enthousiaste à l’idée de faire un travail intéressant et de gagner un peu d’argent. L’avantage de travailler sur un projet en tant que prestataire est qu’une fois les conditions du contrat remplies et le salaire versé, le groupe ou le mouvement dirigé par des jeunes n’a pas à rendre compte de la manière dont il dépense l’argent reçu. Pourtant, elle a eu beaucoup de mal à travailler en tant que prestataire.

Si vous engagez – directement ou en tant que sous-traitants – des groupes ou des mouvements de jeunes : comment pourriez-vous améliorer l’expérience de ces groupes et des organisations et mouvements moins bien établis qui travaillent avec vous ?

Créez une liste de questions auxquelles vous pouvez réfléchir lors d’un entretien ou d’une conversation afin de mieux comprendre les attentes de vos prestataires.

Comment pourrions-nous modifier la relation avec les groupes et les mouvements de jeunes en passant de la sous-traitance à un partenariat plus égalitaire ?

Qu’est-ce que cela pourrait donner si nous permettions à nos partenaires de faire appel à leur créativité et d’exercer leur travail de manière plus authentique ?

Parlons de valeurs fondamentales

Nous pouvons encore améliorer nos systèmes si nous parlons de façon plus directe et plus honnête. Les groupes et mouvements de jeunes sont plus ouverts à ces pratiques de réflexion et nous les en félicitons de plus en plus. En tant que donateur, partenaire ou facilitateur, comment vous comportez de manière plus directe et plus honnête ?

Engagez une conversation sincère avec votre équipe sur les valeurs fondamentales de votre institution. Vous pouvez structurer la conversation en organisant un cercle de parole (voir note suivante) autour des valeurs de votre institution. Pour cela, vous pouvez vous inspirer des questions suivantes :

>> Comment décririez-vous la personnalité de notre organisation et comment se manifeste-t-elle dans nos partenariats avec des groupes et des mouvements de jeunes ?

>> Quelles sont les pratiques ou les manières spécifiques de voir le monde qui sont à l’origine des ressources que nous fournissons ?

>> Y a-t-il des méthodes de travail ou des idées au sein de notre organisation avec lesquelles je ne suis pas d’accord ou que je voudrais changer ?

Le cercle de parole

Le cercle de parole est une tradition des peuples autochtones d’Amérique du Nord. Il est utilisé pour résoudre les conflits et instaurer une situation dans laquelle le pouvoir est partagé. Chaque personne a la même importance au sein du cercle.

Quelques conseils pour organiser un cercle de discussion : Décidez qui animera le cercle et en présentera le déroulement ; parlez une personne à la fois – pour ce faire vous pouvez utiliser un objet spécial tel qu’un bâton de parole et le faire circuler ; présentez le cercle comme un espace destiné à découvrir et développer des idées qui resteront pour l’instant dans cet espace, à moins que vous n’acceptiez de les mettre en pratique par la suite ; parlez et écoutez avec votre cœur ; ne préparez pas ce que vous allez dire, soyez présent et à l’écoute de la conversation et exprimez ce que vous ressentez et pensez quand c’est le moment de parler ; parlez à la première personne ; ne généralisez pas.

Exercices pour les groupes et mouvements dirigés par des jeunes

Les émotions sous-jacentes à notre travail

Pouvez-vous identifier les émotions qu’Amanda ressent par rapport aux différents aspects du financement mentionnés dans les trois extraits de son journal ?

Avez-vous instauré des pratiques régulières pour exprimer vos émotions et engager un dialogue autour du travail que vous faites avec vos amis et collègues ?

Pour faire l’expérience d’un exemple pratique, vous pouvez organiser un cercle de parole pour partager ce que les gens pensent des ressources pour votre travail.

Episodes de changement ou de crise

Quels ont été les épisodes de changement ou de crise dans votre organisation ? Pouvez-vous identifier trois moments de fort changement, de crise ou de transformation dans votre groupe ? Pistes de réflexion sur ces trois périodes :

Quel nom donneriez-vous à ce moment ? Que s'est-il passé ? Décrivez ce qui s'est passé. Quels étaient les moyens de financement ou les enjeux économiques à ce moment-là ? Qu'est-ce qui a permis de traverser ce moment ? Qu'avez-vous appris personnellement, ou votre groupe ou mouvement ?
Moment 1
Moment 2
Moment 3

Une communication transparente

Comment pouvez-vous communiquer plus ouvertement avec les donateurs ou vos employeurs sur le type de relation que vous souhaitez développer avec eux ? Qu’est-ce qui vous permettrait de vous sentir plus à l’aise pour parler ouvertement avec les donateurs ou vos employeurs ?

Créez une liste de recommandations concernant vos attentes et vos offres, telles que les valeurs et les pratiques, à partager avec les donateurs et les employeurs potentiels.

Changement d’équipe directive

Qui gère les relations avec les donateurs et les partenaires dans votre groupe ou mouvement ? Imaginez que cette personne quitte l’organisation dans six mois. Concevez une stratégie de transfert de ces relations vers d’autres membres de votre groupe ou mouvement.
Demandez-vous si ces relations pourraient être plus réparties au sein de votre groupe ou de votre mouvement.
Pour vous inspirer, voici quelques-unes des activités qu’Engajamundo a réalisées pendant son changement de direction:

Écrire une lettre aux donateurs pour leur présenter la nouvelle personne.

Inviter les donateurs à une formation d’équipe.

Avoir deux personnes en charge de chaque relation avec un partenaire ou un donateur.

Avez-vous fait l’un des exercices précédents ? En quoi l’histoire d’Amanda vous a-t-elle conduit à envisager différemment votre rôle de donateur ou d’organisateur ? Faites-nous part de vos réflexions en écrivant à youth@civicus.org.

Ces exercices et histoires, ainsi que d’autres, sont disponibles dans la version pdf du guide « L’accès aux ressources pour les groupes et mouvements dirigés par des jeunes. Un guide de réflexion destiné aux donateurs et membres d’organisations de jeunes”