Faire partie de CIVICUS nous a permis de défendre les droits des prisonniers au Burundi

English | Spanish  

A l’occasion des 25 ans de CIVICUS, SABUSHIMIKE Mamert, Président de l'Association des Amis de la Nature (AAN) et chargé de la communication et du plaidoyer au sein de la Coalition du Burundi pour la Défense des Droits de l’Homme, exprime comment faire partie de CIVICUS - l’Alliance Mondiale pour la participation des citoyens – a permis à son association d’avoir un impact pour l’amélioration des conditions des prisonniers au Burundi et le respect de leurs droits. @mamertsabushim   

Faire partie de l’Alliance Mondiale pour la participation des citoyens (CIVICUS) est une innovation importante et une très bonne chose pour moi, pour les membres de mon organisation : Association des Amis de la Nature et pour certains prisonniers du Burundi.

J’ai reçu de nouvelles connaissances en plaidoyer grâce à CIVICUS, qui ont été à la base de l’amélioration des conditions de vie, d’hygiène et d’assainissement des prisonniers du Burundi, particulièrement dans la principale prison du pays MPIMBA qui enfermait 3664 détenus en janvier 2018 avec une capacité d’accueil de 800 détenus.

En effet notre organisation avait effectué des visites dans les 11 prisons du Burundi et avait constaté une situation déplorable des conditions de vie des prisonniers en matière d’hygiène et d’assainissement.

  • 150 prisonniers partageaient une seule latrine, 100 une seule douche et 90 un seul robinet d’eau
  • L’exiguïté des espaces où logent les prisonniers. L’aération insuffisante. Présence des punaises. Problèmes d’évacuation des eaux usées. Certains prisonniers dorment à la belle étoile même sous la pluie pendant la nuit. D’autres, sur les planches ou bétons servant de lits, lambeaux de matelas ou nattes, lambeaux de couvertures et moustiquaires délabrés. Manque des savons pour se laver et laver les habits.

Face à cette situation, notre organisation avait entamé un plaidoyer auprès du Ministère de la justice en faveur de l’amélioration des conditions de vie en matière d’hygiène et d’assainissement dans les prisons du Burundi. En écrivant des correspondances officielles, appuyées par des dénonciations aux medias mais pratiquement sans succès.

CIVICUS a organisé un atelier du 7 au 9 aout 2017 sur la protection des défenseurs des droits fonciers environnementaux, à Johannesburg, par lequel j’ai bénéficié d’une formation nouvelle sur les tactiques de plaidoyer que j’ai restitués aux membres de mon organisation.

Avec les nouvelles tactiques de plaidoyer que je venais d’acquérir au cours de cette atelier, nous avons approché secrètement un cadre influent au Ministère de la justice qui a plaidé à notre place, et nous nous en réjouissons de certains changements, notamment :

Construction de 10 nouvelles toilettes et 11 robinets d’eau. Implication des prisonniers dans les activités d’hygiène et d’assainissement. Disponibilité des produits désinfectant la prison et distribution ponctuelle des savons offerts par la Croix-Rouge du Burundi. Il y a eu aussi la libération d’un certain nombre des prisonniers.

Nous remercions vivement CIVICUS pour nous avoir donné des nouvelles connaissances de plaidoyer qui sont à la base de ces changements positifs en faveur des prisonniers de Mpimba. Vive CIVICUS et ses membres.

Si vous aussi, vous voulez partager votre expérience en tant que membre de CIVICUS, par le biais d’un témoignage écrit ou audio-visuel, envoyez vos contributions avec comme objet: [témoignage pour les 25ans de CIVICUS], à membership@civicus.org.